Foire de Bologne

Une Master Class numérique pour partager des applications tactiles et interactives

Le Nosy Crow appliqué à l'histoire des « Trois petits cochons » - Photo © DR

Une Master Class numérique pour partager des applications tactiles et interactives

En avant-première de la 51e Foire du livre de jeunesse de Bologne, qui se déroule du 24 au 27 mars, sont proposées des Master Class numériques. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet,
à Bologne, Italie,
Créé le 24.03.2014 à 16h31,
Mis à jour le 24.03.2014 à 17h00

En avant-première de la 51e Foire du livre de jeunesse de Bologne, la directrice de la Foire Roberta Chinni a proposé une première Master Class sur le numérique. Au total, quatre Master Class remplaceront les TOC (Tools of Change) organisés les trois années précédentes, comme dans les autres foires, par l'Américain O'Reilly. 
 
Sous l'intitulé "Generation Remix. Dust or Magic”, la première Master Class a analysé l'offre actuelle d'applications pour la jeunesse à travers deux expériences britanniques : celle de John Cromie, cofondateur de Touch Press, spécialisé dans le documentaire, et celle de Kate Wilson, fondatrice de Nosy Crow, surnommé par USA Today, le Steven Spielberg des applications (qui coédite la collection des Contes avec Gallimard Jeunesse). Créer des produits entièrement nouveaux, utiliser l'écran tactile (instinctif chez l'enfant), et l'interactivité ont été les maîtres mots des deux intervenants. Les prouesses techniques ont été applaudies comme l'apparition des différentes étapes du dessin dans l'application Disney animation (Touch Press), ou l'animation d'un personnage à partir d'un dessin en T - et d'un algorithme très savant - (Nosy Crow). "Nous avons toujours l'enfant en tête. C'est lui qui a le pouvoir. On ne conçoit pas une scène de la même façon pour un enfant de 2 ans, qu'on peut effrayer, ou un enfant de 5 à 8 ans” a insisté Kate Wilson. 
 
Une qualité reconue
Une telle rencontre a incontestablement démontré la maturité des applications. La qualité est désormais au rendez-vous. Restent leur coût et surtout leur visibilité, notamment à travers le référencement toujours problématique. "Nous dépendons des décisions d'Itunes” a lancé Kate Wilson. Tandis que Warren Buckleitner, fondateur de la Children's Technology Review, soulignait qu'il n'existe pas moins de 165 applications des Trois petits cochons, du meilleur au pire. 
 
Drôle et pragmatique (conseils à l'appui), la session était aussi ouverte aux participants qui souhaitaient montrer leurs projets. Ainsi le néerlandais Kies En Verhaal a montré une application qui privilégie le son et les jeux typographiques pour mettre en scène le dragon qui mange les enfants... La Master Class s'est terminée par une démonstration de Warren Buckleitner des titres sélectionnés pour les prix BolognaRagazzi numériques. 
 
"Dust or Magic’ est suivie le mardi 25 mars de "How to animate Your Children's Story”, le mercredi 26 mars de "Story-Telling and Story-selling. Digital Kids between transmedia experience ans market trends” et de "Bologna Digital Rights Workshop”. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités