Poésie

11 éditeurs en lice pour reprendre la collection « Le cinéma des poètes » des Nouvelles éditions Place

11 éditeurs en lice pour reprendre la collection « Le cinéma des poètes » des Nouvelles éditions Place

11 éditeurs en lice pour reprendre la collection « Le cinéma des poètes » des Nouvelles éditions Place

Spécialisées en poésie, les Nouvelles éditions Place viennent de déposer le bilan. Carole Aurouet, directrice de la collection « Le cinéma des poètes », a lancé un appel pour la reprise de son catalogue par un nouvel éditeur.

J’achète l’article 1.5 €

Par Charles Knappek,
Créé le 07.09.2022 à 17h21 ,
Mis à jour le 16.09.2022 à 18h23

Mise à jour (16/09/2022)
Quidam éditeur reprend « Le cinéma des poètes »

Parmi la douzaine d’éditeurs intéressés, le choix de Carole Aurouet s’est finalement porté que Quidam éditeurs. La directrice de collection fait valoir sa décision pour plusieurs raisons : « Aucune obligation d’apport financier ; une rémunération des auteurs ; une politique éditoriale aventureuse quant au contenu ; un investissement passionné de l’éditeur ; un tirage et un placement conséquents ; une bonne distribution-diffusion ; une indépendance dans le choix des poètes appréhendés et dans les approches variées des ouvrages ; un maintien du travail graphique existant et un prix de vente peu élevé ; une réactivité avec une première parution dès janvier et trois titres en 2023. »

 

Breton, Cendrars, Prévert, Lorca... nombreux sont les grands noms de la poésie française et internationale du 20e siècle à figurer au catalogue de la collection « Le cinéma des poètes » des Nouvelles éditions Place, anciennement Éditions Jean-Michel Place.

Depuis l’annonce du placement en liquidation judiciaire de l’entreprise en juin dernier, Carole Aurouet, qui dirigeait la collection depuis sa création en 2015, s’efforce de lui trouver un repreneur. Par ailleurs maîtresse de conférences à l’université Gustave-Eiffel, elle a lancé un appel sur les réseaux sociaux le 1er septembre. Moins d’une semaine après cette « bouteille à la mer », l’éditrice a déjà retrouvé un semblant de sourire : « Onze éditeurs français et étrangers ont manifesté leur intérêt. Je ne m’attendais pas à un tel engouement », se réjouit-elle.

27 titres 

Carole Aurouet, qui a déjà reçu deux éditeurs en entretien, signale la grande variété des profils des candidats. « Il y a des éditeurs de littérature générale désireux d’ouvrir une nouvelle ligne, des spécialistes de la poésie, du cinéma, ou encore des presses universitaires. Je les remercie tous pour leur intérêt et prends maintenant le temps d’examiner chaque proposition. »

Riche de 27 titres chacun tirés à 600 exemplaires et se présentant sous la forme de petits formats vendus 10 euros, la collection « Le cinéma des poètes » s’intéresse aux rapports qu’entretiennent la création poétique et le cinéma. Essentiellement composée de monographies, elle comprend aussi une étude transversale consacrée aux poètes spatialistes.

Au sein des Nouvelles éditions Place, Carole Aurouet préparait également le lancement d’une nouvelle collection « Le cinéma invisible ». La disparition de l’entreprise la conduit là aussi à rechercher un nouveau partenaire, sans exclusive des discussions en cours pour « Le cinéma des poètes ». « Les titres à venir du "Cinéma invisible" reposeront sur une maquette et un graphisme plus sophistiqués que pour "Le cinéma des poètes", détaille-t-elle. Chaque collection peut intéresser des éditeurs aux profils très différents. »

Les dernières
actualités