ORIGINES

Abdelhafid Metalsi est né en 1969, dans un petit village près de Maghnia, dans la wilaya de Tlemcen. « Dans l'Algérie profonde, celle de la campagne, où il n'y avait pas d'école. Mes parents étaient des paysans sans terre. Ils n'ont pas pu apprendre à lire ni écrire. Je leur serai éternellement reconnaissant d'avoir réussi à élever leurs huit enfants. Pour mon père, ne pas avoir fait d'études est demeuré une blessure. » En 1970, la famille rejoint le grand-père maternel en France. Abdelhafid conserve un lien fort avec l'Algérie, où il ne retournera qu'à 18 ans.

Abdelhafid Metalsi pour la sortie de son premier roman chez JC Lattès - Photo OLIVIER DION

PROVINCE

Grandi dans les faubourgs de Reims, Abdelhafid se souvient avec tendresse d'une « province douce », où vivaient des familles modestes, « plus de Français de souche que d'immigrés ». Pur produit de l'école laïque, le garçon a « confiance en l'avenir », même s'il ne sait pas très bien de quoi il sera fait. En 4e, sa prof de français emmène sa classe au CDN de Reims voir Cyrano de Bergerac, interprété par son directeur, Jean-Claude Drouot, le mythique Thierry la Fronde. Une révélation. Abdelhafid se lance dans le théâtre amateur, s'initie à la photo, la musique et monte à Paris.

THÉÂTRE

Mal orienté vers la chimie, il entreprend ensuite des études de droit qu'il arrête vite pour subvenir à ses besoins. « C'était ma bohème à moi. Je fréquentais des comédiens, et j'étais très malheureux de ne pas être des leurs. » Alors il se décide. En 1994, après avoir suivi des cours au Théâtre national de Chaillot, il auditionne pour On ne badine pas avec l'amour, de Musset, et est engagé. Désormais, il n'arrêtera pas de jouer, de tourner dans des films et téléfilms, notamment la série policière Cherif (France 2). Après six saisons, il a décidé d'arrêter.

ÉCRITURE

Il a commencé La colline à l'arbre seul, nourri de son enfance, il y a quelques années. Dans chacun de ses personnages, dont le narrateur Chems, Abdelhafid a mis un peu de lui-même. À l'origine, ce devait être le scénario d'un film, mais la forme romanesque s'est imposée. Il envoie son manuscrit à cinq éditeurs, qui le refusent. « C'était avant Cherif », s'amuse-t-il. Par hasard, il rencontre l'ancien éditeur Jean-Étienne Cohen-Séat, devenu agent, qui l'aiguille vers Lattès, où Mahir Guven vient de créer sa collection de premiers romans La Grenade. Entente parfaite : c'est là que, retravaillé, paraît aujourd'hui le livre.

LÉGITIMITÉ Pour Abdelhafid Metalsi, fils d'« illettrés », un mot qu'il n'aime pas, écrire n'allait pas de soi. Il ne se sentait pas légitime, lui, l'homme aux deux langues, l'algérien et le français. Et puis, dans un moment de chômage, il s'est lancé, en mémoire de ses parents, à qui le livre est dédié. La boucle est bouclée.

Abdelhafid Metalsi
La colline à l'arbre seul
JC Lattès
Tirage: NC
Prix: 19 € ; 220 p.
ISBN: 9782709667333

Résumé livre

La colline à l'arbre seul, même si très personnel notamment par son ton, n'est pas une autobiographie. Plutôt un western urbain tendre et drôle, où le héros Chems et ses copains, toujours fauchés, doivent imaginer des petites combines pour gagner leur argent de poche, face à d'autres bandes : les Gitans, les Grands, Luciano le Parigot. Mais ça va marcher. Sinon, il y a aussi la belle Esperanza et ses nattes, le cinéma Paradisio de Marcello, et le curé sympa avec son Petit Jésus qui fascine le gamin, que certains traitent de « p'tit bougnoule ». On pense au Petit Nicolas, à La guerre des boutons.

ENCADRE BIO

1969 Naissance en Algérie. 1978 Premier spectacle à l'école. 1992 Monte à Paris. 1996 Décide de devenir acteur. 2003 Premier court-métrage, Nuit noire. 2013-2019 Série Cherif sur France 2, 60 épisodes.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités