Anne Pauly, lauréate du prix du Livre inter 2020 | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 08.06.2020 à 08h31 (mis à jour le 08.06.2020 à 09h00) Proclamation

Anne Pauly, lauréate du prix du Livre inter 2020

Photo DR/VERDIER

Le premier roman Avant que j'oublie, paru lors de la rentrée littéraire 2019 chez Verdier, a été choisi par le jury de lecteurs de l'antenne de Radio France.

Philippe Lançon, président du jury du 46e prix du Livre Inter cette année, a annoncé la lauréate du prix du Livre inter 2020 dans le journal de 8h de France inter. C'est un premier roman qui a été récompensé. Avant que j'oublie d'Anne Pauly, publié chez Verdier en août dernier, a été désigné au 3e tour de scrutin par 17 voix. C'est la première fois que son éditeur, Verdier, reçoit ce prix.

La lauréate, secrétaire de rédaction dans la presse écrite et commissaire du festival de musiques et de culture queer "Loud and Proud", avait déjà reçu le prix "Envoyé par la poste" et s'est retrouvée dans de nombreuses sélections tout au long de l'année: celles du Goncourt, du Goncourt du premier roman et du Prix Wepler. Le roman est aussi recommandé par l'Académie Goncourt parmi les lectures de l'été.

Avant que j'oublie commence à la mort du père de la narratrice, un unijambiste alcoolique et poète sensible: "Le soir où mon père est mort, on s’est retrouvés en voiture avec mon frère, parce qu’il faisait nuit, qu’il était presque 23 heures et que passé le choc, après avoir bu le thé amer préparé par l’infirmière et avalé à contre-cœur les morceaux de sucre qu’elle nous  tendait pour qu’on tienne le coup, il n’y avait rien d’autre à faire que de rentrer."
Elle doit vider la maison familiale de Carrières-sous-Poissy. Ce capharnaüm invraisemblable devient un réseau de signes et de souvenirs éclairant la personnalité de ce colosse fragile. Un jour, comme venue du passé, une lettre arrive qui dit toute la vérité sur ce père aimé et violent, malgré la distance sociale.

"Qui sont les parents ? On ne sait jamais vraiment. Et quand ils partent, le mystère reste un peu entier. Donc il s'agissait de faire une enquête, justement, et la mener avec tendresse, sans excuser, mais en essayant de comprendre et de ramener cet homme à l'âme qu'il avait, c'est à dire l'âme drôle et l'âme poète" expliquait l'écrivaine lors d'un entretien début mai à Eva Bettan sur France Inter. Anne Pauly a mis quatre ans pour écrire ce portrait contrasté et nuancé.

En raison de la crise sanitaire, le jury n'a pas pu se réunir à Paris selon l'usage. Les 24 jurés et le président du jury se sont réunis par visioconférence durant deux jours pour choisir parmi les livres sélectionnés.

close

S’abonner à #La Lettre