Arrestation de deux journalistes français soupçonnés de chantage contre Mohammed VI | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, avec AFP, le 28.08.2015 à 15h12 (mis à jour le 30.08.2015 à 21h00) Livre à paraître

Arrestation de deux journalistes français soupçonnés de chantage contre Mohammed VI

Le roi du Maroc Mohammed VI. - Photo STATE DEPARTMENT

Deux journalistes français ont été arrêtés à Paris, jeudi 28 août, soupçonnés de chantage sur le royaume du Maroc. Ils préparaient un livre sur le roi du Maroc Mohammed VI, et auraient demandé 3 millions d'euros pour ne pas le publier. 

Deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, ont été arrêtés jeudi à Paris, soupçonnés d'avoir fait chanter le gouvernement marocain en demandant 3 millions d'euros pour ne pas publier un livre contenant des informations compromettantes, a appris l'AFP de sources judiciaires. 

Contactées par l'AFP, les Editions du Seuil ont confirmé que les deux auteurs préparaient un livre sur le roi du Maroc Mohammed VI, "pour une sortie en janvier-février". En 2012, ils avaient déjà sorti, toujours au Seuil, Le roi prédateur, main basse sur le Maroc.

Les journalistes ont été interpellés après un rendez-vous avec un représentant du Maroc où ils ont reçu de l'argent, a indiqué une source proche du dossier à l'AFP, confirmant des propos de l'un des avocats de Rabat, Me Eric Dupond-Moretti, sur RTL. "Il y a eu remise et acceptation d'une somme d'argent", a rapporté cette source. Ils étaient toujours en garde-vue à l'heure où nous écrivons l'article.

 

Actualisation (30 août 2015)

Les deux journalistes ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi pour chantage et extorsion de fonds, et placés sous contrôle judiciaire.
Au cours de l'une de ces rencontres, Eric Laurent est notamment enregistré par l'avocat en train de réclamer "trois millions d'euros", selon des extraits de ces écoutes publiées par le Journal du Dimanche.
L'avocat marocain se serait chargé lui-même des enregistrements, y compris une fois l'enquête lancée, en lieu et place des policiers, en raison des limites fixées par la loi française à l'écoute des journalistes au nom de la préservation de leurs sources, selon le JDD.

Le Maroc avait déposé plainte à Paris la semaine dernière. Selon le récit de l'avocat du Maroc sur RTL, Eric Laurent avait contacté une première fois le cabinet royal le 23 juillet, en indiquant qu'il préparait un livre.

Un premier rendez-vous aurait eu lieu le 11 août, au cours duquel le journaliste aurait proposé de ne pas diffuser le livre contre trois millions d'euros. Après la plainte, deux autres rendez-vous ont été organisés, dont celui de jeudi, mais sous la surveillance cette fois des enquêteurs.

Eric Laurent a publié de nombreux livres d'enquête: Aux banques les milliards, à nous la crise (Flammarion), qui doit sortir le 9 septembre, La face cachée du pétrole (Plon, 2006), La face cachée des banques (Plon), Bush l'Iran et la bombe (Plon). Catherine Graciet a publié en 2013 Sarkozy-Kadhafi, histoire secrète d'une trahison (Seuil).

"C'est une triste histoire qui risque de déconsidérer le travail de ceux qui essaient de donner une image objective du Maroc" a déclaré à l'AFP Gilles Perrault. "Cela risque de déconsidérer à l'avance toute critique" a-t-il ajouté, estimant également que c'était "très dommage pour la France". Gilles Perrault est l'auteur du retentissant Notre ami le roi publié en 1990 chez Gallimard et qui faisait un bilan accablant de 30 ans du règne d'Hassan II. L'ouvrage s'interrogeait aussi sur la complaisance de certaines élites françaises à son égard.

close

S’abonner à #La Lettre