Bertrand Lauzanne (Hachette Tourisme) : "J’ai trouvé l’équilibre parfait" | Livres Hebdo

Par Manon Quinti, le 25.07.2014 à 17h59 (mis à jour le 28.07.2014 à 15h08) Qui sont les auteurs de guides touristiques ? 3/6

Bertrand Lauzanne (Hachette Tourisme) : "J’ai trouvé l’équilibre parfait"

Photo MANON QUINTI

Parcourir le monde, dormir à l’hôtel et dîner au restaurant tous frais payés, c'est le métier des auteurs de guides de voyage. Pourtant, on en sait peu sur cette profession qui fait rêver. Parcours, recrutement, galères, souvenirs inoubliables… Suite de notre série pour mieux connaître ces voyageurs pas comme les autres. Cette semaine, Bertrand Lauzanne d'Hachette Tourisme.

Né en Poitou-Charentes, Bertrand Lauzanne, diplômé de Sciences Politiques, a travaillé dans l’événementiel, la culture et le journalisme avant de se consacrer à l’écriture de guides. A 41 ans, il vit désormais à Londres, ce qui lui permet de mettre régulièrement à jour le guide de la ville, de la collection "Un Grand Week-end". Depuis cinq ans, il est aussi éditeur, ce qui lui permet d’avoir une certaine stabilité, un avantage rare dans la profession.

Qu’est-ce qui vous a mené à l’édition touristique ?
En 1998, après Sciences Po Rennes, je viens de finir mon DEA de Sciences Politiques. J’ai une amie, Hélène Firquet, qui travaille à l’époque sur la collection "Vacances" d’Hachette, et qui cherche un auteur pour écrire un guide sur la région Poitou-Charentes. Elle me le propose car je suis originaire de la région. J’aime écrire, découvrir, et puis ça doit être un seul coup, alors je saisis l’opportunité d’avoir cette expérience. J’avais prévu de faire autre chose après, ce que je fais.

Pendant 10 ans, je travaille dans l’évènementiel, dans une grosse agence parisienne, DDB, puis dans de plus petites entreprises. Je passe par le service culture de la région Picardie, puis je deviens journaliste pour l’émission de Catherine Ceylac, "Thé ou café", sur France 2. Quand j’y pense, le lien entre ces différentes activités, c’est l’écriture, que ce soit les guides, le journalisme ou l’événementiel, quand il faut vendre la proposition à un client par le biais d’un dossier écrit. En 2008, je finis de travailler chez France 2.

Hachette me propose alors d’écrire un livre pour enfants, Visite Paris avec Rémi, le rat du film Ratatouille, puis Hélène Firquet, directrice de la collection"Un Grand week-end" me propose une collaboration. Il se trouve que je pars vivre à Londres car j’ai rencontré quelqu’un qui y travaille. Quand Hachette me propose de m’occuper du guide Un grand week-end à Londres, je saute sur l’occasion. Très rapidement, la directrice de la collection Chambre d’hôte, Elodie Louvet, me propose elle aussi une collaboration. C’est une chance pour eux d’avoir quelqu’un sur place. Ça évite certains frais et ils s’appuient sur quelqu’un qui connaît bien la ville.
 
Comment avez-vous été "recruté" ?
Ce qui est le plus important pour un éditeur, c’est que l’auteur respecte les délais, fixés par rapport à la date de commercialisation. Cela passe avant la qualité de l’écriture. A partir du moment où j’avais prouvé sur mes deux premiers essais que je savais écrire et respecter les délais, l’entretien était fait.
 
Avez-vous depuis longtemps cette passion pour le voyage ?
Je voyageais déjà un peu adolescent. Et entre les différentes activités que j’ai exercé, j’ai fait de longs voyages, en particulier Russie, en Sibérie et en Asie centrale.
  
Comment travaillez-vous ? 
Je fais maintenant deux guides par an. Je fais des mises à jour, mais au fil du temps il doit rester 20% du guide original. A Londres par exemple, pour trouver les adresses, c’est d’abord le réseau, les amis qui ont découvert tel resto la veille. Pour mon premier guide, j’ai profité du réseau de ma compagne qui connaissait la ville par cœur. Je lis aussi beaucoup la presse. En règle générale, après le voyage qui dure une dizaine de jours, je me mets à la rédaction, pour environ deux semaines. Ce n’est pas seulement de l’écriture ; je dois par exemple évaluer l’équilibre entre les adresses au niveau des prix.

Quel regard portez-vous sur ce métier d'auteur ?
Ecrire des guides, c’est un tel mélange de choses. On n’est pas historien de l’art mais on doit avoir des connaissances dans ce domaine là, on n’est pas critique gastronomique mais on doit analyser des dizaines et des dizaines de restaurants. C’est d’un éclectisme très séduisant.

Quelles sont les difficultés du métier ?
C’est quand même pas la chaîne chez Renault. Parfois on se sent un peu seul, la famille est loin. Mais le seul inconvénient majeur c’est que pour en vivre correctement il ne faut pas s’arrêter. Il faut enchaîner les titres.

Quel est votre statut ?
Je suis payé en droits d’auteur forfaitaires, qui ne sont donc pas liés aux ventes. Les guides sont des œuvres collectives, ce serait trop compliqué de savoir qui a fait quoi dans chaque édition. Pour les auteurs c’est aussi une garantie : des guides se vendent bien mais d’autres moins. Par contre en tant que freelance, je n’ai pas de congés payés.
 
Arrivez-vous à vivre de cette activité ? 
J’ai la chance d’avoir trouvé l’équilibre parfait. Il y a quelques années j’ai eu un enfant, donc j’ai voulu que mon travail soit compatible avec une vie de famille. Depuis cinq ans, je suis éditeur pour les collections "Un grand week-end" et "Evasion". Tout en continuant à voyager un peu pour écrire des guides, j’ai ce travail qui est mieux rémunéré.
 
Quel est votre pire souvenir ? 
Je n’en ai pas qui me viennent…
 
L'île de Capri en Italie
Et votre meilleur moment ?
Mon souvenir carte postale, c’est une baignade dans une crique à Capri, en octobre, sous un soleil magnifique. Les orangers, la mer turquoise, les falaises blanches… Cette région de l’Italie, c’est se rapproche le plus de l’idée que je peux avoir du paradis.


Petite bibliographie
  • Un grand week-end à Londres (2010, 2013)
  • Un grand week-end à Naples, Pompéi et Capri (2014)
  • Un grand week-end à Saint-Pétersbourg (2011, 2012, nouvelle édition à paraître le 3 décembre 2014)
  • Un grand week-end à Budapest (2011, 2013, nouvelle édition à paraître le 3 décembre 2014)
  • Un grand week-end à Berlin (2013, nouvelle édition à paraître le 24 septembre 2014)
close

S’abonner à #La Lettre