Bilan contrasté pour Livre Paris 2019 | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 17.03.2019 à 22h24 (mis à jour le 18.03.2019 à 11h52) Manifestation

Bilan contrasté pour Livre Paris 2019

Livre Paris 2019 - Photo OLIVIER DION

Dimanche soir, les éditeurs et libraires exposants à Livre Paris 2019 tiraient un bilan contrasté de la 39eédition de la manifestation. La fréquentation a été en baisse samedi en raison des manifestations des gilets jaunes.

Au sortir du week-end des 16 et 17 mars, les exposants à la 39e édition de Livre Paris affichaient un bilan contrasté. La faute aux manifestations des gilets jaunes qui ont eu lieu samedi dans la capitale.

Reed Expo, organisateur de Livre Paris avec le Syndicat national de l’édition, a observé une baisse de 3% de la fréquentation samedi par rapport à la même période un an plus tôt. Ce constat est ressenti par de nombreux éditeurs et groupes éditoriaux tels Albin Michel, Madrigall et Média Participations.  « Nous avons été doublement pénalisés, d’un côté une fréquentation en baisse, de l’autre, des signatures importantes ont été annulées. Eric Fottorino et Bruno Lemaire n'ont pas pu se déplacer en raison des manifestations», souligne Béatrice Lacoste, en charge du salon pour le groupe Madrigall. Sur le stand du pôle BD de Média participations, la baisse des ventes est estimée à  6% vendredi comme samedi par rapport à 2018. Chez HarperCollins France comme Actes Sud, cette baisse s’est élevée à 15%. 

De l’avis général toutefois, Livre Paris a bien démarré vendredi grâce à la forte affluence de scolaires. Une solide présence qui s'est ensuite poursuivie pendant le week-end. A L’école des loisirs, Guillaume Fabre annonce des ventes « en nette augmentation » par rapport à 2018. Arthur de Saint-Vincent, directeur général d’Hugo Publishing, se réjouit du bon accueil de l’inédit 49 jours, je compterai pour toi de C.S Quill qui sera disponible en librairie à partir du 28 mars. « En créant cet événement, nous contribuons à hausser la fréquentation de Livre Paris. La signature de C.S Quill a duré quatre heures et son livre s’est écoulé à 250 exemplaires », a t-il défendu. Les éditeurs de romance, comme Bragelonne, mais aussi de mangas tels Pika ou Kana, saluent  la venue en nombre du jeune public. La sortie, le 7 mars, du manga Magus of the Library de Mitsu Izumi chez Ki-oon a fait exploser les compteurs de l’éditeur à Livre Paris : 400 exemplaires ont été vendus, le titre a été épuisé sur place. Le deuxième tome est prévu en juin.
 
Livre Paris 2019 - Photo OLIVIER DION
Les éditeurs de poche tirent aussi un bilan positif de la manifestation. Le Livre de poche, seul stand de littérature présent du groupe Hachette, enregistre dimanche soir une augmentation de 25% des ventes en cumulé par rapport à 2018. La directrice générale, Véronique Cardi, se félicite notamment du succès des auteurs Delphine de Vigan, Isabelle Carré ou Olivier Guez qui, tous trois, étaient présents sur la programmation du salon. De son côté, Bénédicte Gimenez, responsable libraires d’Univers poche (Editis), salue les séances de dédicaces des auteurs, Joann Sfar et Douglas Kennedy, mais aussi le succès des rencontres que l’éditeur a organisé pour la première dans son stand. « Nous avons proposé des rencontres VIP pour des groupes d’une dizaine de personnes mais aussi des ateliers d’écriture pour adolescents à partir du livre Deviens #jeuneauteur de Christopher Edge », a-t-elle souligné.

Au stand du Seuil, les libraires ont enregistré de belles ventes tout au long du week-end, tirées par des signatures fortes et diversifiées autour d’Anny Duperey, Michel Pastoureau ou David Diop. Chez P.O.L aussi, le directeur commercial Jean-Paul Hirsch se réjouit de sa participation, à tous les niveaux. «Notre présence, celle de Minuit ou de Sabine Wespieser, montre que le public n’est pas si populaire que cela, contrairement à ce que disent certains qui ont préféré s’abstenir. Nos auteurs apprécient ce moment de rencontre. On voit ici des gens qui aiment lire», déclare-t-il. Après quatre ans d'absence, Eyrolles a fait son grand retour à Livre Paris. « Nous n’avons pas présenté nos titres de business, mais dédié notre stand à notre ligne Pop’littérature Eyrolles. Cela a été un succès», se félicite  la directrice générale  d'Eyrolles, Marie Pic-Pâris Allavena.
 
Dans les allées on ne parle que de lui... le stand Amazon. - Photo OLIVIER DION
Amazon au cœur du salon

Si cette année, les éditeurs et les libraires plébiscitent , en général, l’organisation du salon, ils s’émeuvent néanmoins de l’emplacement d’Amazon, placé au centre du pavillon 1. L’organisation « a mis Amazon au cœur de la manifestation » a regretté Renny Aupetit, coordinateur du groupement Librest qui assure l’approvisionnement des livres pour l’emplacement de l’Île-de-France. Déjà jeudi, lors de l’inauguration de Livre Paris, Francis Esmenard, président du conseil d’administration d’Albin Michel, et Antoine Gallimard, président des éditions Gallimard et du Groupe Madrigall, avaient déploré cette décision hautement symbolique. Contactée, Amazon n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Après une matinée dédiée aux professionnels, Livre Paris ouvrira une dernière fois ses portes au grand public lundi 18 mars à midi. 
close

S’abonner à #La Lettre