Edition

Botanique : les éditions Belin rééditent "La Grande Flore"

Belin

Botanique : les éditions Belin rééditent "La Grande Flore"

A l'heure où le réchauffement climatique menace nos écosystèmes, les éditions Belin ont décidé de rééditer La Grande Flore, oeuvre majeure de la botanique, en cinq volumes, le 30 août prochain.

J’achète l’article 1.5 €

Par Laurent Lemire,
Créé le 07.07.2023 à 10h29

« Nous remettons en majesté le fonds Belin ! ». Géraldine Blanchard est enthousiaste. Cette jeune éditrice, arrivée il y a quatre ans dans cette maison du groupe Humensis, se réjouit de republier le 30 août prochain La Grande Flore de Gaston Bonnier, une œuvre majeure de la botanique datant de 1901. L’ouvrage en lui-même relève d’une aventure peu commune. Gaston Bonnier (1853-1922) avait créé sa propre maison d’édition pour accueillir les treize volumes de son herbier, répertoriant plus de 3 000 espèces, fruit de trente ans d’observations scrupuleuses.

Dans ce grand travail d’identification et de classification des plantes en France, en Suisse et en Belgique, il est accompagné par une femme sans qui ce projet n’aurait jamais atteint une telle perfection : Julie Poinsot. Elle a dessiné chaque espèce végétale à l’échelle, pour permettre aux lecteurs de les identifier et, dans un échange permanent avec Bonnier, elle a posé les couleurs les plus exactes sur près de 8 000 illustrations, chaque plante faisant l’objet de plusieurs détails. L'ouvrage est remarquable par son niveau de précision et sa richesse d'informations. Sur les planches originales, on retrouve dans les marges ce dialogue entre le botaniste et l’artiste du genre : « monter légèrement le rouge sur cette grappe de fleurs ».

Une renaissance à la faveur de la problématique écologique

Belin a donc décidé de reprendre le fonds des éditions Bonnier en 1985 et de réimprimer ce classique. Mais les plaques de cuivre sont en très mauvais état, inutilisables. Cinq ans sont nécessaires pour retrouver chez les ayants droit et collectionneurs les originaux de Julie Poinsot. En 1990 paraît en fac-similé et en cinq volumes cartonnés les 729 planches en couleurs, suivis des notices explicatives et d’un index. La Grande Flore est vite épuisée puis un peu oubliée du grand public. Mais pas des spécialistes. Des manuels comme La petite flore de France de Régis Thomas, David Busti et Margarethe Maillart publié depuis 2016 chez Belin s’inspirent des travaux de Bonnier, dans une approche plus contemporaine de la botanique. Puis, à la faveur de la prise de conscience écologique et des espèces à protéger, la décision est prise de rendre de nouveau l’ouvrage accessible, dans un format souple et à un prix réduit.

Là encore, il a fallu quatre ans de travail pour tout numériser et proposer un ensemble au format 21,2 x 28,5 qui conserve la même échelle. « Avec cette édition, souligne Géraldine Blanchard, nous visons un public renouvelé à la fois intéressé par la botanique, le patrimoine et l’œuvre d’art. À l’heure où nous constatons la disparition des espèces, ce monument est une illustration de la biodiversité au début du XXe siècle ». L’index mis à jour est très utile car la nomenclature évolue et le nom de certaines plantes a changé. Quant aux fameux cartons qui contiennent les planches et les différentes étapes de leur élaboration, ils vont quitter définitivement Belin. Le trésor de Bonnier et Poinsot a été confié au Muséum d’Histoire Naturelle pour restauration, conservation et numérisation, avec quelques belles expositions en perspective.

La Grande flore de Gaston Bonnier, en cinq tomes chez Belin.

Les dernières
actualités