Suisse

Christian Gallimard : « L’éditeur doit devenir un centre de création multisupport »

Calligram est l'éditeur de Max et Lili - Photo Serge Bloch/D.De Saint Mars

Christian Gallimard : « L’éditeur doit devenir un centre de création multisupport »

Après trente ans sur les territoires suisse et français, Calligram, la maison de Max et Lili, vise une implantation en Italie. Une dynamique en accord avec les récents développements de la maison.

J’achète l’article 1.5 €

Par Pauline Gabinari ,
Créé le 21.03.2022 à 19h21

En Suisse, après avoir repris un à un les droits dérivés de ses ouvrages et créé son propre système de diffusion, Calligram se tourne vers l’international. Le but de son fondateur ? Ne plus s’arrêter à l’objet livre et développer sa maison à travers des supports « d’avenir » comme le Webtoon.

« Je crois que c’est la fin des cessions de droits », tranche le créateur de Calligram, Christian Gallimard. Situant l’avenir dans une perspective internationale, il a récupéré toutes ses licences pour les exporter lui-même. « Les maisons auxquelles je vendais mes droits ne proposaient pas de marketing personnalisé par collection et ne mettaient pas en place une communication s’inscrivant dans la durée », précise-t-il.

Son inscription à l’internationale commencera avec la série best-seller, Max et Lili. Après un an de travail, elle voyagera dans les librairies italiennes dès le 7 avril et aura peut-être comme prochain horizon l’Espagne et le Portugal. « Je connais le marché italien depuis toujours, c’est pour ça que j’ai choisi ce pays en premier », justifie-t-il. Son modèle semble fonctionner : « 80 000 exemplaires ont d'ores et déjà été mis en place ».

La diversification comme cap

Au-delà de l’exportation du livre papier, Christian Gallimard vise la multiplication des supports. Grâce à une base de données numérique (DAM), il ouvre les développements au e-learning et compte mettre au point des « webcast ». « Je ne veux pas être limité par un seul support. Pour moi, l’avenir d’un éditeur est de devenir un centre de création multisupport ouvert à toutes les possibilités y compris le digital », explique-t-il. Une vidéo de deux minutes consacrée au harcèlement scolaire (Lili est harcelée à l’école) devrait par exemple être mise en ligne à la rentrée.

Enfin, Calligram a créé son propre système de diffusion et de distribution en développant une informatique en constante évolution et en sous-traitant à différents opérateurs sans s’appuyer sur les distributeurs traditionnels. Fluide depuis un an, cette nouvelle organisation permet de diffuser l’intégralité des titres de la maison. « Cela n’a pas été facile de faire tous ces changements pendant la pandémie mais ceux-ci permettent d’ouvrir de nombreuses opportunités pour assurer le développement de la maison sur un plan général et international », conclut le dirigeant.

Les dernières
actualités