Essai/Syrie 11 septembre Samar Yazbek

« On dit parfois que certains livres brûlent », écrit Catherine Coquio dans la post-face de celui-ci. La Syrie fait souvent l'actualité, mais elle nous semble si irréelle. Alors voici la voix des femmes de ce pays. « A chaque récit, quelque chose de bouleversant a lieu. Courageuses, elles le sont invraisemblablement. » Mouna Freij « veut que le monde entende notre histoire », or il préfère les œillères. Samar Yazbek les arrache à la force de sa plume. « Femme-témoin », elle estime que « ce livre est [sa] façon de résister contre l'oubli ». L'auteure exilée (Les portes du néant et La marcheuse, Stock, 2016 et 2017) agit aussi sur le terrain. Son centre, Women Now for Developpement, prône « la culture des libertés, des droits humains et de la dignité parmi les femmes ».Tout ce qui est bafoué dans la Syrie d'aujourd'hui. Au fil des récits, de ces universitaires, on saisit la complexité politique, sociale, religieuse et patriarcale. Selon Fatima, « des barrages de crainte et d'ignorance se sont dressés entre communautés ». Une situation qui nous guette en Europe.

D'après Faten, « la révolution a dévoré ses enfants. Nous aurions dû entreprendre de grands changements sociétaux. » Les armes ont pris le dessus et balayé des vies bien rangées. « Aucun mot ne peut exprimer ce qui s'est passé », soutient Zayn. Bombardements, attaques chimiques, agressions, viols, tortures, exil, rien ne leur est épargné. « La prison est toujours en moi », avoue Fatima. Or comme le dit Alia, « dans une société en guerre, il faut élaborer des stratégies de survie ». Toutes ces femmes sont des battantes, des phares devant une situation effarante. Sar précise « qu'il ne s'agit pas de s'ériger en héroïnes ou en victimes », juste en actrices du changement. Actives dans « la résistance civile », elles ont pour priorité de créer des écoles pour femmes et enfants car « les passerelles entre êtres humains se construisent par petites touches ». Samar a perdu ses illusions : « Nous rêvions à l'impossible : la justice. » La démocratie et la liberté, mais à quel prix ? « Qu'en est-il de notre capacité à vivre ensemble dans ce pays nommé Syrie ? »

Samar Yazbek traduit les doutes et les espoirs de ces femmes avec une puissance rare. Elle nous secoue tout en faisant apparaître des éclats de lumière. Douha Achour a « aussi fait l'expérience intense de l'amour, de la solidarité et de l'altruisme ». Pour Fatima, « ils ont perdu leur humanité alors que moi j'ai gagné la mienne ».

Samar Yazbek
19 femmes : les Syriennes racontent
Stock
Tirage: 5 000 ex.
Prix: 22,50 euros ;432 p.
ISBN: 9782234086043

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités