PRIX LITTÉRAIRE

David Diop remporte l'International Booker Prize 2021

David Diop - Photo © HERMANCE TRIAY

David Diop remporte l'International Booker Prize 2021

Le jury de l'International Booker Prize couronne David Diop et son roman Frère d'âme (Prix Goncourt des lycéens 2018). L'auteur est le premier lauréat français de l'histoire du prix.

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 03.06.2021 à 12h57,
Mis à jour le 04.06.2021 à 18h50

Le français David Diop a remporté, le 2 juin, l'International Booker Prize pour son roman Frère d'âme (Seuil), paru au Royaume-Uni chez Pushkin Press sous le titre At Night All Blood is Black (traduction du français par Anna Moschovakis, qui traduit aussi Albert Cossery et Annie Ernaux). Il succède à l'écrivain néerlandais Marieke Lucas Rijneveld, distingué l'an dernier pour son roman Qui sème le vent (Buchet Chastel). L'éditeur britannique a d'ores et déjà annoncé qu'il allait réimprimé le livre à quelques dizaines de milliers d'exemplaires.

A 55 ans, l'écrivain est le premier lauréat francophone depuis la création en 2005 du prix britannique, doté de 50000 livres (environ 55000 euros) partagé entre l'auteur et la traductrice. Alain Mabanckou, Maryse Condé, Michel Tournier, Marie NDiaye, Amin Maalouf, Annie Ernaux et Mathias Enard ont été nommés à ce prestigieux prix littéraire lors des éditions précédentes.

Lucy Hughes-Hallett, présidente du jury a estimé que l'histoire de Frère d'âme "a un pouvoir terrifiant. Le protagoniste est accusé de sorcellerie, et la façon dont le récit agit sur le lecteur a quelque chose d'étrange. Nous, les juges, avons convenu que sa prose incantatoire et sa vision sombre et brillante avaient fait vibrer nos émotions et nous avaient époustouflés. Il nous a jeté un sort".

Dans son deuxième roman, vendu à plus de 170000 exemplaires (grand format et poche), récompensé du Prix Goncourt des Lycéens 2018, du Prix Ahmadou Korouma et du Prix Patrimoines, David Diop explore le deuil à travers l'amitié entre Alfa Ndiaye et Mademba Diop, tirailleurs sénégalais et amis d'enfance, qui participent à un terrible assaut lancé un matin de la Grande Guerre. Blessé à mort, Mademba s'écroule sous les yeux de son camarade. Alfa perd la raison et répand la violence sur le champ de bataille au point d'effrayer ses frères d'armes. Son retour forcé à l'arrière est l'occasion de se remémorer son passé en Afrique. 

Dans son avant-critique du roman pour Livres Hebdo, Kerenn Elkaïm avait salué un "texte […] hypnotique et ténébreux [qui] nous emporte comme une tornade. On désire le lire à voix haute, afin de mieux faire résonner la litanie de cet homme osant affronter son vrai visage."

Né en 1966 à Paris, David Diop a grandi au Sénégal et étudié en France. Il est l'auteur de 1889, l’Attraction universelle (L’Harmattan, 2012) et de la Rhétorique nègre au XVIIIe siècle (Classiques Garnier, 2018), sur représentation de l'Africain et de la parole africaine dans la littérature du XVIIIe siècle. Son troisième roman, La porte du voyage sans retour paraîtra au Seuil le 19 août. 


 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités