Décès de l'académicien Marc Fumaroli | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 24.06.2020 à 19h14 (mis à jour le 24.06.2020 à 20h31) Disparition

Décès de l'académicien Marc Fumaroli

Marc Fumaroli

Professeur au Collège de France, essayiste et historien, Marc Fumaroli avait 88 ans.

Historien spécialiste du XVIIe siècle, l'Académicien Marc Fumaroli, Grand officier de la Légion d'honneur, est mort mercredi à l'âge de 88 ans, a annoncé l'Académie française. L'institution ne compte plus que 37 membres.

"Le Secrétaire perpétuel et les membres de l’Académie française ont la tristesse de faire part de la disparition de leur confrère M. Marc Fumaroli, décédé le 24 juin à Paris. Il était âgé de quatre-vingt-huit ans. Il avait été élu le 2 mars 1995 au fauteuil d’Eugène Ionesco", indique le communiqué.

Érudit et conservateur, connu notamment pour ses réquisitoires contre la démocratisation de l'art, Marc Fumaroli prônait un retour à la sagesse antique, à la foi, aux classiques, aux disciplines rhétoriques, à "l'intelligence du passé", au détachement de l'école par rapport à l'actualité.

Gardien du temple

Né le 10 juin 1932, professeur à la Sorbonne et titulaire d'une chaire au Collège de France, membre correspondant de la British Academy, Marc Fumaroli était président du jury du prix Chateaubriand, membre du jury du prix de la BnF et du prix Jean d'Ormesson. Lui-même avait reçu plusieurs distinctions dont le prix de la critique de l'Académie française et le prix Reino de Redonda. Il était docteur honoris causa aux universités de Naples, Bologne, Gênes et Madrid et avait reçu au cours de sa carrière les ordres du mérite en Italie et en Pologne.

Très critique vis-à-vis de la politique culturelle française, il regrettait l'inflation des projets et l'interventionnisme étatique illimité, tout en préconisant un resserrement visant à développer l'excellence. De manière plus contestable, alors qu'il siège à la Commission d'enrichissement de la langue française, il avait signé une tribune grossière et provocatrice dans Le Monde sur la féminisation des noms de métiers en français.

Il a publié une trentaine d'œuvres parmi les quelles Le Poète et le Roi, Jean de La Fontaine et son siècle (De Fallois), L'État culturel : une religion moderne (De Fallois), L'École du silence.: Le sentiment des images au XVVIe siècle (Flammarion) Chateaubriand : poésie et Terreur (De Fallois), Paris-New York et retour : voyage dans les arts et les images : journal, 2007-2008 (Fayard), Le livre des métaphores : essai sur la mémoire de la langue française (Robert Laffont), Des Modernes aux Anciens (Gallimard), et les deux derniers, Partis pris (Robert Laffont) et Le poète et l'empereur : et autres textes sur Chateaubriand (Les Belles Lettres).
 
close

S’abonner à #La Lettre