Suède

Décès de Tomas Tranströmer, Prix Nobel de littérature en 2011

Tomas Tranströmer. - Photo ULLA MONTAN/ALBERT BONNIERS FÖRLAG

Décès de Tomas Tranströmer, Prix Nobel de littérature en 2011

Le poète suédois, dont l'œuvre en français est publiée au Castor Astral, avait 83 ans. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 27.03.2015 à 18h02,
Mis à jour le 27.03.2015 à 19h00

L'éditeur suédois Bonnier a annoncé aujourd'hui sur son site la disparition du poète Tomas Tranströmer le 26 mars 2015. Prix Nobel de littérature en 2011, il avait 83 ans.

Né le 15 avril 1931 à Stockholm, il a publié son premier recueil, 17 poèmes, à l'âge de 23 ans. Tomas Tranströmer a aussi travaillé dans des prisons pour mineurs avec des condamnés handicapés et des toxicomanes.

Sa maîtrise de la métaphore et son style presque mystique provoquent une émotion sensorielle à partir de situations souvent banales. Il comparait souvent son travail à celui d'un musicien. Incontestablement, il était le poète suédois le plus connu dans le monde: ses textes ont été traduits dans près de soixante langues. Lors de la proclamation de son Prix Nobel, l'Académie de Suède expliquait: "Par des images denses, limpides, il nous donne un nouvel accès au réel."

En France, l'œuvre de Tomas Tranströmer a été publié au Castor Astral, traduite par Jacques Outin, grand admirateur de l'auteur suédois. Ses Œuvres complètes: 1954-2002 sont parues dans la foulée de son Prix Nobel, en octobre 2011. Parallèlement, le Castor astral avait réédité Les souvenirs m'observent, un recueil de proses poétiques. L'éditeur avait également sorti son ultime recueil, La grande énigme: 45 haïkus en 2004, où ses poèmes croisaient les photographies de Lucien Clergue.

Suite à un AVC en 1990, il avait perdu l'usage de la parole et des jambes. Cela ne l'a jamais empêché de poursuivre son engagement, signant pétitions et manifestes contre la surveillance de masse sur Internet pour libérer des artistes et auteurs chinois.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités