Affaire Maurras

Démissions en nombre au Haut-Comité des commémorations nationales

Charles Maurras dans le box des accusés en janvier 1945 à Lyon. - Photo COUR D'APPEL DE LYON

Démissions en nombre au Haut-Comité des commémorations nationales

Dix des douze membres du Haut-Comité des commémorations nationales ont démissionné, regrettant la décision de Françoise Nyssen de retirer la référence à Charles Maurras des commémorations 2018.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
avec AFP,
Créé le 22.03.2018 à 14h01,
Mis à jour le 22.03.2018 à 15h00

Dix des douze membres du Haut-Comité des commémorations nationales ont annoncé leur démission collective dans une lettre ouverte, mercredi 21 mars. Ce coup d'éclat fait suite à la décision de Françoise Nyssen, le 28 janvier, de retirer Charles Maurras du Livre des commémorations nationales 2018, après des protestations d'associations antiracistes.
 
"La décision que vous avez prise de retirer le nom de Charles Maurras de la longue liste de faits mémorables établie par notre Haut-Comité au titre de l’année 2018 – après l’avoir d’abord ratifiée par une préface élogieuse – et d’interrompre la diffusion du Livre des commémorations nationales nous rend impossible, à notre plus vif regret, de continuer de siéger dans cette instance […] avec, en permanence, la menace soit de la censure soit de l’autocensure", ont écrit les démissionnaires dans leur lettre ouverte à Françoise Nyssen, dont l'AFP a obtenu une copie.
 
"Commémorer, ce n'est pas célébrer"

"La polémique qui s’en est suivie et la réaction qu’elle a entraînée de votre part nous portent à croire qu’à l’avenir de tels incidents risquent de se reproduire", ont-ils mis aussi en garde.
 
Parmi les membres du Haut-Comité qui ont démissionné figurent notamment l'historien et ancien ministre Jean-Noël Jeanneney et l'historien Pascal Ory, spécialiste de la Collaboration durant l'Occupation. Les deux hommes avaient signé une tribune dans Le Monde dans laquelle ils estimaient que "commémorer, ce n'est pas célébrer".
 
Seule la présidente du Haut-Comité, l'académicienne Danielle Sallenave, et Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuelle de l'Académie des sciences, n'ont pas fait part de leur démission. Danielle Sallenave a été chargée par Françoise Nyssen de "piloter une réflexion" sur l'avenir de cette instance.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités