Des étudiants pour seconder les bibliothécaires | Livres Hebdo

Par Laurence Santantonios, avec ls, avec AFP, le 04.01.2008

Des étudiants pour seconder les bibliothécaires

Un décret permet d’engager avec plus de souplesse des étudiants dans les bibliothèques.

Même si les bibliothécaires insistent sur la nécessité de personnels qualifiés dans leurs établissements, nombre de responsables de bibliothèques réclamaient plus de souplesse pour pouvoir engager des étudiants et renforcer ainsi leurs équipes. C’est chose faite avec le nouveau décret qui vient de paraître au JO du 30 décembre.

Comme le prévoyait la loi Pécresse de réforme des universités votée cet été, les étudiants peuvent désormais être recrutés par les universités et les grandes écoles pour des contrats à mi-temps dans les bibliothèques, comme tuteurs, ou comme assistants d'étudiants handicapés. Le décret prévoit que les établissements publics d'enseignement supérieur peuvent embaucher les étudiants pour des contrats conclus pour 12 mois maximum, « n'excédant pas 670 heures » (correspondant à un emploi à mi-temps) entre le 1er septembre et le 30 juin et ne pouvant excéder 300 heures durant les grandes vacances (pas plus de 35 heures hebdomadaires).

« Tutorat », « service d'appui aux personnels des bibliothèques », « assistance et accompagnement des étudiants handicapés », « soutien informatique et aide à l'utilisation des nouvelles technologies », « animations culturelles, scientifiques, sportives et sociales », « aide à l'insertion professionnelle » sont parmi les principales activités prévues. Rémunéré au minimum au Smic, l'étudiant embauché pourra aménager ses horaires « en fonction des exigences spécifiques de la formation suivie » et ne pourra être astreint à une obligation de travail pendant les enseignements obligatoires et les examens. En revanche, son contrat sera rompu s'il « interrompt ses études, manque à l'obligation d'assiduité aux enseignements obligatoires ou ne se présente pas aux épreuves de contrôle des connaissances sans motif légitime ».

Selon une enquête de l'Observatoire de la vie étudiante (OVE) parue en septembre, trois étudiants sur quatre exercent au moins un petit job pendant l'année universitaire ou les vacances d'été, mais un sur cinq a un emploi parallèle lourd qui hypothèque la réussite de ses études.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre