Décès

Disparition de Jamil Ahmad, auteur pakistanais du "Faucon errant"

L'écrivain Jamil Ahmad. - Photo © FAUZIA MINALLAH / MAN ASIAN LITERARY PRIZE

Disparition de Jamil Ahmad, auteur pakistanais du "Faucon errant"

Devenu célèbre sur le tard avec son livre Le faucon errant, l’écrivain pakistanais Jamil Ahmad est décédé à l’âge de 83 ans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Souen Léger,
avec AFP,
Créé le 16.07.2014 à 13h09,
Mis à jour le 16.07.2014 à 14h00

L'auteur pakistanais Jamil Ahmad, encensé par la critique pour son Faucon errant, un recueil de nouvelles sur le quotidien des tribus de son pays, s'est éteint à l'âge de 83 ans, a confié sa famille  lundi 14 juillet. "Il était alité depuis trois mois et s'était affaibli. Samedi, il a été terrassé par une crise cardiaque et s'est éteint", a déclaré l'un de ses deux fils, Taimur Aziz.
 
Fonctionnaire de carrière, il avait accédé à la gloire littéraire au soir de sa vie avec la publication en 2011 de Wandering Falcon, paru en français deux ans plus tard en version française, traduite par Sophie Bastide-Foltz chez Actes Sud. Ce livre révèle des histoires d'amour insoupçonnées et toute la brutalité de la vie dans les tribus du nord-ouest du Pakistan, un univers dans lequel Jamil Ahmad a baigné une grande partie de sa carrière.
 
Après des premiers échecs en poésie, Ahmad se lance dans l'écriture de ce recueil complété en 1974 mais qui reste dans ses tiroirs malgré les pressions de sa femme Helga qui, pendant plus de 20 ans, tente de le convaincre de le soumettre à un éditeur.
 
Un jour, son frère entend parler d'un concours de nouvelles à la radio et demande le manuscrit à Helga pour le soumettre au jury à l'insu de son auteur. Le livre attire alors l'attention d'éditeurs et permet à Jamil Ahmad d'accéder, à 80 ans, à la reconnaissance littéraire. Edité aux Etats-Unis par Penguin, Le faucon errant avait été sélectionné en 2011 pour le Man Asian Literary Prize, l'une des plus célèbres récompenses asiatiques.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités