Bande dessinée

Dossier Bande dessinée : un regain de confiance

Photo OLIVIER DION

Dossier Bande dessinée : un regain de confiance

En dépit des tensions économiques, d’une production élevée et d’une forte concurrence, les éditeurs, qui se retrouveront du 29 janvier au 1er février au 42e Festival d’Angoulême, observent sur le marché de la bande dessinée des signes positifs qui les incitent à innover tout en valorisant le patrimoine.

J’achète l’article 4.5 €

Par Fabrice Piault, Anne-Laure Walter,
Créé le 23.01.2015 à 00h00,
Mis à jour le 26.01.2015 à 11h58

A la veille du 42e Festival international de la bande dessinée, du 29 janvier au 1er février à Angoulême, ils sont tous contents, ou presque. Si le marché de la BD s’est tassé en 2014 de près de 1% en euros courants d’après nos données Livres Hebdo/I+C (voir graphique ci-contre), "il n’est pas en mauvais état, assure François Pernot, le directeur du pôle image de Média-Participations (Dargaud, Dupuis, Lombard, Kana, Urban Comics…). Il souffre simplement d’un effet de comparaison défavorable avec l’année précédente, marquée par les ventes, toujours considérables, de la nouveauté Astérix." "Le marché reste relativement dynamique au total", estime également le P-DG de Fluide glacial et de Futuropolis, Thierry Capot, qui concède seulement qu’il a "souffert du déséquilibre de la programmation dans l’année". "Globalement, les bons auteurs et les bons livres, les éditeurs et les libraires qui travaillent bien, avec une politique de qualité, obtiennent de bons résultats", ajoute Louis Delas, à l’initiative de Rue de Sèvres.

"Nous avons eu de grosses difficultés en hypermarchés (- 35 %) ainsi que sur le second niveau."Olivier Sulpice, Bamboo - Photo OLIVIER DION

Les gros tirages chez Glénat/Vents d’ouest (Joe Bar team, t. 8, Kid Paddle, t. 14, ou Game over) qui confirment la tendance à "l’hyperpolarisation du marché" selon le DG Jean Paciulli, ont "compensé la baisse structurelle du manga". Grâce à de nombreux poids lourds dont Le Chat passe à table, le dernier tome de Magasin général, Tardi ou Bilal, Casterman affiche "une fin d’année exceptionnelle. On parle d’alignement des planètes", se félicite sa P-DG, Charlotte Gallimard, qui rappelle que "le marché de la BD reste quand même l’un des plus dynamiques du livre même s’il est plus tendu qu’avant. Les lecteurs sont exigeants, poursuit-elle, mais c’est normal étant donné l’ampleur de la production." Quant au P-DG de Delcourt, Guy Delcourt, "optimiste prudent" pour cette année, il revendique pour l’an dernier une année "très heureuse. Le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 7 % quand la production en titres reculait de 10 %."

"C’est un constat malheureusement définitif : nous sommes dans un marché de nouveautés."François Pernot, Média-Participations - Photo OLIVIER DION

Des libraires spécialisés dynamiques

Pour les éditeurs, 2014 se caractérise ainsi d’abord par plusieurs signes positifs. "La baisse des ventes de mangas, qui constituait un vrai souci depuis deux ou trois ans, s’est réduite à 3 ou 4 %", constate Guy Delcourt. "Le resserrement des tirages initiaux, qui s’accompagne d’une hausse des réassorts, est plus sain même si cela complique un peu les choses", observe le directeur général de Dargaud, Philippe Ostermann. "Les libraires spécialisés se portent vraiment très bien", "la Fnac se révèle brillante pour la deuxième année consécutive", et même si la grande distribution demeure en retrait dans le domaine du livre, "Auchan se porte mieux", observe de son côté François Pernot. Le patron du pôle image de Média-Participations se réjouit aussi de la capacité du marché de la bande dessinée à générer des succès inattendus et atypiques comme Les vieux fourneaux (2 tomes chez Dargaud). "120 000 exemplaires, c’est énorme, alors qu’il n’y a eu quasiment aucune vente en hyper et très peu dans les grandes surfaces culturelles", pointe-t-il. De même chez Rue de Sèvres, Louis Delas se félicite des 45 000 ventes nettes du Château des étoiles d’Alex Alice. "C’est vraiment encourageant de démarrer à ce niveau une série de 8 tomes", souligne-t-il. "En dépit de sa saturation par une surproduction extrêmement nocive, le marché est capable de s’emparer de choses nouvelles et d’en faire de vrais succès", renchérit Philippe Ostermann.

"Nous avons monté avec Wandrille un "chantier auteurs" pour nourrir un pôle pour la BD indépendante au sein de Steinkis."Moïse Kissous, Jungle - Photo OLIVIER DION

Pour contourner le décrochage des ventes en hypermarché, les éditeurs d’humour ont fini par réorienter leur diffusion. Le P-DG de Bamboo, Olivier Sulpice, note "de grosses difficultés en hypermarchés (- 35 %) ainsi que sur le second niveau", mais a fini l’année à un niveau étal grâce à "une répartition différente des ventes". Pour le P-DG du groupe Steinkis (Jungle !, Steinkis, Vraoum-Warum, Splash !), Moïse Kissous, aussi, "le premier niveau et les grandes surfaces culturelles ont pris le relais des hypermarchés et sont devenus nos premiers réseaux, en adéquation avec l’évolution de notre catalogue".

En parallèle, l’essor du comics se confirme (voir encadré p. 66), se réjouit François Pernot, qui note qu’"Urban Comics continue de dépasser très largement les objectifs que nous nous étions fixés". La multiplication des formats se poursuit également, "avec des titres sur Lip ou les Femen qui trouvent leur public, salue François Pernot. Il y a de plus en plus de niches. Les grandes séries continuent, mais elles ne sont plus les seules maîtres du marché." Pour Philippe Ostermann, le directeur général de Dargaud, "il n’y a plus de format type pour la BD, et les formats vont encore s’enrichir en 2015".

Inventivité éditoriale

Ces signaux positifs n’empêchent pas certaines difficultés de subsister, qui seront peut-être débattues dans le cadre des états généraux de la bande dessinée lancés, à l’initiative des auteurs, vendredi 30 janvier à Angoulême. Le niveau élevé de la production conduit plusieurs éditeurs à une stratégie de modération. Delcourt, qui a réduit le nombre de ses nouveautés de 10 % entre 2012 et 2014, poursuivra le mouvement en 2015. Casterman prévoit 125 titres cette année, contre 135 l’an dernier. Selon Louis Delas, le marché de la bande dessinée est aussi handicapé par "la pression financière court-termiste. Notre métier ne s’en accommode pas. Ceux qui y sont confrontés ne s’en sortent pas", observe-t-il en se réjouissant que L’Ecole des loisirs ait décidé en créant Rue de Sèvres de procéder à un investissement à long terme dans la BD. La commercialisation du fonds est également toujours plus difficile, sauf, semble-t-il, pour Futuropolis qui "se défend plutôt bien" sur ce plan selon Thierry Capot. "C’est un constat malheureusement définitif : nous sommes dans un marché de nouveautés, déplore François Pernot chez Média-Participations. Cela oblige à beaucoup d’inventivité éditoriale pour valoriser le catalogue, en diversifiant les formes d’édition du fonds."

Aussi, la remise au jour permanente du patrimoine demeure un axe majeur des éditeurs, notamment à travers des rééditions en intégrales. "Pour vendre le fonds, on doit repasser par la case table ou facing, rappelle Thierry Capot. Sinon, une série chasse l’autre, c’est l’oubli, surtout s’il s’agit de séries qui ne sont plus alimentées par des nouveautés." Pour Le Lombard, 2015 sera "une grosse année de redécouverte de son patrimoine, avec des "reboots" des séries Bob Morane et Ric Hochet", indique François Pernot. Rahan reviendra chez Soleil. Dupuis donnera un nouvel éclairage sur sa série classique Les Tuniques bleues en valorisant la recherche documentaire qu’elle a générée dans une collection thématique "Les Tuniques bleues présentent" inaugurée en février par un titre consacré aux batailles. Casterman a renforcé dès l’an dernier ses collaborations avec la fondation Hergé, avec laquelle elle lancera en fin d’année les deux premiers tomes (80 € chacun) des œuvres complètes d’Hergé en 12 volumes, Hergé, le feuilleton intégral, avec non seulement ses albums mais aussi ses illustrations et ses travaux pour la publicité. La maison travaille plus largement sur "le retour des séries emblématiques du catalogue", indique Charlotte Gallimard. Vingt ans tout juste après la mort d’Hugo Pratt, un nouveau Corto Maltese est annoncé dès la fin de cette année, signé par Juan Díaz Canales et Ruben Pellejero. De même, une intégrale à tirage limité du Monde d’Edena de Mœbius. Des nouveautés Nestor Burma, Amours fragiles ou encore Le transperceneige sont également prévues. Dans un esprit analogue chez Dargaud, on assistera en fin d’année au retour du Chat du rabbin, de Joann Sfar, avec un tome 6, et de Gus de Christophe Blain, avec un tome 4.

Redéploiement

Mais l’heure est aussi au redéploiement chez plusieurs éditeurs. "Le lancement de nouveaux projets et de nouvelles séries est un défi auquel nous sommes tous confrontés, reconnaît Guy Delcourt. Mais ne pas en lancer conduirait à la décroissance. Il faut plus que jamais aujourd’hui s’inscrire en recherche et en développement." Dans cet esprit, Delcourt lancera en fin d’année, sous un label spécifique, une collection d’albums de 24 pages en très grand format pour les jeunes qui débutent la lecture, ainsi que, en coédition avec First, les "livres "pour les nuls" en BD". Soleil proposera des préquelles de la série télévisée Un village français et des adaptations d’OSS 117. Dargaud continue de développer sa ligne de biopics, également travaillée par d’autres éditeurs, avec cette année des albums consacrés à Colette par Annie Goetzinger, Einstein par Corinne Maier et Anne Simon, Isadora Duncan par Clément Oubrerie et Julie Birmant, Glen Gould par Sandrine Revel, ou encore Sartre par Ramadier et Depommier. Futuropolis élargit le sillon de l’enquête en BD avec, en octobre, une grosse enquête sur les scandales des débuts de la Ve République, Cher pays de notre enfance par Etienne Davodeau et Benoît Collombat.

Rue de Sèvres adapte Au-revoir là-haut, le Goncourt 2014 de Pierre Lemaitre (septembre), et reprend pour les plus jeunes les univers phares de L’Ecole des loisirs avec notamment Le chat assassin et les œuvres de Susie Morgenstern. Chez Fluide glacial, Margaux Mottin revisite le best-seller La femme parfaite est une connasse ! (mai). Bamboo a acquis les droits de l’adaptation en bande dessinée de l’œuvre de Marcel Pagnol et publiera en septembre dans le label Grand Angle Topaze et La gloire de mon père, adaptés par Serge Scotto et Eric Stoffel. L’éditeur se diversifie aussi en lançant "Bamboo au carré", une collection de fantasy inaugurée le 25 février par Appa de Thomas Bonis et Dav, et Isaline : sorcellerie culinaire de Maxe L’Hermenier et Yllya, où chaque histoire est déclinée en deux formats, l’un en album et l’autre en manga.

Jungle, où les ventes des Simpson s’érodent mais où le reste de l’activité se porte bien, privilégie pour les prochaines années la création car elle permet, contrairement à l’adaptation, de faire de la cession de droits et donc apporte des revenus complémentaires. "Suite à l’intégration en mars de Vraoum, nous avons monté avec Wandrille un "chantier auteurs" pour nourrir un pôle pour la BD indépendante au sein de Steinkis", explique Moïse Kissous. La stratégie de Jean Paciulli pour Glénat/Vents d’ouest consiste, à côté de la programmation de quelques blockbusters pour assurer la fin d’année avec un nouvel album Titeuf de Zep, un tome de Lou par Julien Neel et un de Game over par Midam au second semestre, à "construire des grandes collections pour déclencher une dynamique d’entraînement des achats". Dans ce sens, la maison va se concentrer sur la collection de biographies historiques coéditée avec Fayard. Elle prépare pour mars une série de biographies sur les grands peintres et pour la rentrée scolaire une collection sur la mythologie avec Luc Ferry. Chez Casterman, le lancement l’an dernier de la collection "Professeur Cyclope" se prolongera notamment avec un deuxième tome du Teckel d’Hervé Bourhis.

Profitant de la célébration de ses 40 ans pour réaffirmer son identité (voir encadré p. 64), Fluide glacial va lancer de nouvelles séries comme Magic Bus de Thiriet et Bercovici (février) ou Les avocats du surnaturel de l’Américain Batton Lash (avril et octobre). Chez Dupuis, qui lance en mars la série Dad de Nob, mettant en scène un père célibataire au foyer, "le Journal de Spirou se porte bien, avec une nouvelle génération d’auteurs qui renouvelle l’école de Marcinelle", se félicite François Pernot. Jungle va se concentrer sur ses points forts que sont la branche comique, avec le développement hors BD de livres d’humour (15 par an) ou la version illustrée du Dictionnaire de Laurent Baffie, et la jeunesse, avec le développement de deux à trois nouvelles séries par an dans le label Miss Jungle.

La BD et le manga en chiffres

La production

source : Livres hebdo/electre - Nouveautés et nouvelles éditions

A 4 856 nouveautés et nouvelles éditions (données provisoires), la production en titres de bandes dessinées et de mangas est restée quasiment stable en 2014 (+ 0,5 %).

Les principaux éditeurs

Source : GfK/Livres Hebdo - Ventes en valeur en 2014

Les ventes de bandes dessinées ont représenté au total en 2014, selon GFK, un chiffre d’affaires de 408,8 millions d’euros correspondant à 35 millions de volumes vendus.

Le segment du manga

Source : GfK/Livres Hebdo - Ventes en valeur en 2014

Selon GFK, le segment du manga représente en 2014 comme l’année précédente 21 % de l’activité du marché de la BD en valeur, et 33 % des volumes vendus, contre 32 % en 2013. A eux seuls, Glénat, Pika, Kana, Ki-oon, Delcourt et Kurokawa assurent plus de 80 % des ventes de mangas en valeur.

Les ventes de BD par rapport au total livre

Source : Livres hebdo/I+C - Évolutions en euros coiurants

Evoluant les années précédentes au-dessus de la moyenne du marché du livre, les ventes de BD au détail ont subi en 2014 le contrecoup de l’"effet Astérix" de l’année précédente et enregistré un tassement sur les trois premiers trimestres de l’ordre de - 0,7 %, soit un chiffre proche de celui de l’ensemble du marché du livre (- 0,6 %).

Fluide glacial : "40 ans, c’est le bel âge"

Thierry Capot. - Photo OLIVIER DION

Marquée dès janvier par la publication d’un hors-série spécial, Il était une fois Fluide glacial, 2015 est, pour le mensuel et la maison d’édition fondés par le dessinateur Marcel Gotlib, l’année de ses 40 ans. "40 ans, c’est le bel âge, souligne le P-DG actuel de Fluide glacial, Thierry Capot. Avec derrière nous une riche histoire dont nous sommes fiers, nous voulons être la marque de référence dans l’humour."

La filiale du groupe Madrigall, qui a quitté fin décembre ses bureaux chez Flammarion pour s’installer dans des locaux de type industriel du 10e arrondissement de Paris "plus conformes à [son] identité", fêtera son anniversaire toute l’année. En avril, un livre de Bruno Léandri retracera ses années Hara Kiri et Fluide glacial, braquant le projecteur sur les années 1970 et 1980. Surtout, la maison lance une collection ponctuelle, "Edition 40 ans", dans laquelle s’inscriront au fil de l’année 12 albums qui ont marqué les 40 ans de Fluide, chacun réédité avec un dossier les replaçant dans la carrière de leur auteur et dans l’histoire de la maison. Parmi eux, le Superdupont de Gotlib, les Idées noires de Franquin, la Carmen Cru de Lelong, Les Bidochon de Binet, Jean-Claude Tergal de Tronchet, Litteul Kévin de Coyote ou encore Pascal Brutal de Riad Sattouf. Traditionnellement de 25 à 30 titres par an, la production de la maison grimpera ainsi à 40 cette année, "mais c’est ponctuel", précise Thierry Capot. Le mensuel, lui, affiche des ventes stables de l’ordre de 50 000 exemplaires par numéro, auxquelles s’ajoutent 60 000 exemplaires pour les hors-séries trimestriels. F. P.

Comics : le réveil de la force

Visuel extrait de la bande annonce de Star wars, épisode VII, dans les salles le 18 décembre 2015. - Photo LUCAS FILM LTD

L’édition de bande dessinée américaine explose depuis trois ans. Ce succès est lié, selon Sébastien Dallain, directeur de Panini France, qui édite notamment la licence Marvel, aux stratégies des studios américains qui relancent les principales séries à partie du numéro 1, mais aussi à l’attrait d’un public élargi pour les super-héros ou les zombies de Walking dead. Selon GFK, le rayon comics était à la fin novembre, à un an d’intervalle, en progression de 14 % en nombre d’exemplaires vendus et de 17 % en valeur. 2015 s’annonce particulièrement dynamique avec la création du salon Comic Con à Paris (du 23 au 25 octobre prochain à la Villette), le passage à la vitesse supérieure de "Glénat comics" avec le recrutement d’Olivier Jalabert, ainsi que la sortie en décembre des films Snoopy et surtout Star wars, épisode VII. Le réveil de la Force, accompagné de nombreux titres publiés par Panini (pour les nouveautés) et Delcourt (pour le fonds et les dérivés). "Si le marché du comics se développe intelligemment, avec une qualité éditoriale, il a une marge de progression", affirme Pôl Scorteccia, le directeur d’Urban Comics, qui progresse de 20 % en 2014. Titulaire de la licence DC, le label créé au sein de Média-Participations en 2012 poursuit son travail de pédagogie en lançant la collection jeunesse "Urban kids" en mars. Mais les acteurs historiques s’inquiètent du développement accéléré du secteur. "Le comics a pris de la place, la production explose… peut-être trop par rapport au potentiel réel, alerte Thierry Mornet chez Delcourt. En 2014, il a été plus difficile de faire émerger de nouveaux titres car le rayon est submergé." Delcourt termine cependant 2014 en progression, dopé par la publication d’un album supplémentaire de Walking dead par rapport à 2013. La série recrute toujours de nouveaux lecteurs et le tome 1 vient de passer la barre des 200 000 exemplaires. A.-L. W.

Manga : enfin l’embellie

Depuis juillet, les ventes de mangas redémarrent. Le marché bénéficie des nouvelles stratégies éditoriales fondées sur des séries plus courtes, un travail du fonds et des créations originales.

Couple de cosplayers lors de la Japan Expo 2014. - Photo ANNE-LAURE WALTER/LH

Au Japon, Shueisha vient de programmer la parution du tome final de Naruto. Cette annonce scelle symboliquement la fin d’une époque, celle des séries à près de 100 tomes et des ventes foisonnantes, et libère le secteur du modèle ancien de l’édition de manga. Après plusieurs années de chute liée à la transformation d’un marché arrivé à maturité, le secteur du manga en France se reprend depuis juillet. Sur l’ensemble de l’année 2014, selon GFK, le recul a été réduit à - 2 % en volumes vendus et à - 1 % en valeur. Si, en 2013, un seul tome 1 a dépassé les 30 000 ventes, en 2014 trois nouvelles séries ont dépassé ce cap. "Dans un marché certes mature, nous retrouvons depuis l’été un secteur stable et solide", se félicite Christel Hoolans, qui pilote Kana. Pour Iker Bilbao, directeur de Soleil manga et qui participe à la coordination des trois marques du groupe Delcourt (Delcourt manga, Tonkam et Soleil), "la dégringolade se calme et on devrait finir à - 2 % avec une réduction de près d’un tiers de la production". Ki-oon, qui a fêté ses 10 ans, poursuit sa progression avec un bilan provisoire pour 2014 à + 13,5 % tandis que Pika termine à + 3 %, ce qui le conforte dans sa 2e place, grâce à l’installation de L’attaque des titans, le lancement de Seven Deadly Sins et le maintien de Fairy tail. L’embellie du marché incite aussi Casterman à "redévelopper le secteur manga, sans reproduire ce qui se fait ailleurs, mais en l’abordant de côté, avec des titres qui ne touchent pas seulement les fans comme Wet moon, prix ACBD Asie 2014", explique la P-DG de la maison, Charlotte Gallimard.

"Les séries courtes sont moins intimidantes. Cette tomaison est le mode de consommation de notre lectorat."Ahmed Agne, Ki-oon - Photo OLIVIER DION

Glénat, le leader du secteur, épouse plus ou moins la courbe du marché et réalise en termes d’office le même niveau que l’an passé, avec des retours "sains", mais peine sur le fonds. Et pour les maisons historiques du secteur, ce fonds est plus que fourni. Face à cette dégradation des ventes du fonds observée ces dernières années, plusieurs éditeurs ont mis en place des stratégies qui commencent à payer. "Nous limitons les opérations commerciales ponctuelles qui financent surtout le flux sans retombées financières. Nous avons testé en 2014 une mise en avant d’un titre sur l’ensemble d’une année avec une stratégie à 360 degrés sur toute la licence, ce qui s’est révélé satisfaisant pour Black Butler", précise Christel Hoolans.

Faire court

Désormais, les éditeurs fondent leur stratégie éditoriale sur la priorité aux séries courtes, ce qui n’est pas sans rapport avec les difficultés de travailler le fonds de séries qui courent sur plus de 50 volumes. "Les longues séries ont vécu, elles ne tiennent plus, même au Japon, constate Stéphane Ferrand, chargé du manga chez Glénat. Les séries qui se développent en moins de 20 volumes se multiplient au Japon et pourraient être une véritable solution de marché." Symptomatiquement, Ki-oon, qui dès son lancement, s’est positionné sur des séries courtes car, "moins intimidante, cette tomaison est le mode de consommation de notre lectorat", selon son directeur, Ahmed Agne, développe pour les séries plus longues un découpage en saisons indépendantes les unes des autres, sur le modèle de la série télé. Tonkam, lui aussi, édite en saisons et proposera cette année la saison 4 de JoJo’s bizarre adventure.

L’autre piste de développement amorcée ces dernières années est de reprendre la maîtrise de la vente des droits, soit en acquérant l’intégralité de la licence (comme l’a fait Glénat pour Chi), soit en développant la création originale en direct avec des auteurs français ou japonais. Glénat a lancé Cagaster en juillet dernier et annonce pour juin une nouvelle création ; Ki-oon a mis en place un tremplin pour repérer de nouveaux auteurs français et proposera en mars un nouveau titre de leur auteur phare Tetsuya Tsutsui.

Enfin, concernant le numérique, les éditeurs tâtonnent toujours avec, pour objectif premier, la lutte contre le piratage via une offre légale adaptée. L’année a été marquée par la première expérience de "simulpub", tentée fin août par Kana, qui propose les chapitres de Naruto en français avec quelques heures de décalage par rapport à la publication dans les magazines japonais. "L’application a été énormément téléchargée, mais ce téléchargement s’est rarement transformé en achat de chapitres, note Christel Hoolans. Il reste tout un travail pédagogique à faire pour expliquer qu’il faut payer pour avoir du "simultrad"". Pika se lancera dans l’aventure avec L’attaque des titans au cours de ce trimestre, avec aussi une vente au chapitre. "L’objectif à long terme est de traiter le lecteur français comme un lecteur japonais, annonce Alain Kahn, P-DG de Pika, avec une parution en chapitres, puis du livre, en même temps que le Japon, pour contrer le "scantrad"". A.-L. W.



Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités