Dossier

Dossier Livre Paris : la boîte à outils de nos voisins européens

Livres d'auteurs français traduits en langues européennes - Livres en langues européennes - Livres en langues étrangères - Photo OLIVIER DION

Dossier Livre Paris : la boîte à outils de nos voisins européens

A l'occasion de la mise à l'honneur de l'Europe du 15 au 18 mars à Livre Paris, Livres Hebdo présente dix bonnes idées développées chez nos voisins, qui pourraient inspirer les professionnels du livre français. _ par Cécilia Lacour

J’achète l’article 4.5 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 08.03.2019 à 00h00,
Mis à jour le 08.03.2019 à 14h38

A l'image de l'Europe - invitée d'honneur de Livre Paris du 15 au 18 mars -, la littérature et les pratiques professionnelles sur le Vieux Continent sont riches et plurielles. Ces pratiques peuvent être historiques comme l'instauration, en 1859, du « système partagé » en Finlande qui permet aux libraires de vendre des services de presse, ou encore l'organisation de la « Boekenweek » aux Pays-Bas, pays qui ne propose pas de salon du livre mais deux fêtes nationales littéraires - l'une pour les adultes et l'autre consacrée aux enfants - dignes du Festival de Cannes.

Dans un souci d'évolution face aux nouvelles contraintes économiques, certains professionnels ont trouvé des idées innovantes. C'est notamment le cas au Danemark, où les deux distributeurs du pays ont mis en place en 2008 une plateforme commune de gestion des commandes de libraires, ou encore en Allemagne où une librairie familiale propose depuis 2013 un assortiment insolite de pain, œufs et saucisses au sein de ses rayons.

D'autres encore, face aux défis que pose l'essor du numérique, ont choisi de miser sur les nouvelles technologies pour favoriser l'apprentissage de la lecture. Quand l'Espagne profite d'Internet pour lancer Leoteca, un réseau social destiné aux jeunes lecteurs, l'Allemagne n'hésite pas à introduire des robots humanoïdes dans ses bibliothèques municipales afin d'accompagner les usagers mais aussi pour leur offrir un apprentissage des nouveaux langages informatiques - et, pourquoi pas, susciter de nouvelles ambitions professionnelles.

D'un bout à l'autre de l'Europe, de bonnes pratiques se mettent en place et des expériences insolites sont tentées comme le partenariat des libraires britanniques avec un site de rencontres. Autant d'idées qui peuvent inspirer les acteurs de chaque marché national des 28 pays de l'Union européenne. Dans cet esprit, Livres Hebdo a sélectionné dix initiatives, des plus techniques aux plus anecdotiques, des projets qui n'existent guère en France mais que les professionnels du livre pourraient tenter.

Pays-Bas : Deux Festivals de Cannes littéraires

Le Boekenbal pendant la Boekenweek 2018. - Photo CHRIS VAN HOUTS/BOEKENWEEK

La littérature est une fête aux Pays-Bas. Chaque année depuis 1932, la Boekenweek - la « semaine du livre » en français - est une célébration nationale qui mobilise le monde du livre autour d'un thème choisi par le Collectieve -Propaganda van het Nederlandse Boek (CPNB), l'équivalent du Centre national du livre français. Cette année, la Boekenweek aura lieu du 23 au 31 mars autour du thème de la femme. Au cours de la semaine, les clients des librairies reçoivent gratuitement, dès 12,50 euros d'achat, un roman signé par un auteur célèbre - Jan Siebelink cette année - qui se transforme en billet de train lors du dimanche qui clôt la manifestation.

Depuis 1987, la Boekenweek met aussi en avant un essai - Mijn moeders strijd de Murat Isik (non traduit en France) pour cette 84e édition - que les clients peuvent acheter à prix doux. L'une des particularités de la Boekenweek reste le Boekenbal, une soirée de gala prestigieuse digne de l'ouverture du Festival de Cannes. Chaque année, elle attire au sein de l'Opéra d'Amsterdam 1 300 auteurs et éditeurs triés sur le volet par le CPNB.

La manifestation se -décline en littérature jeunesse depuis 1955. La Kinderboekenweek - qui aura lieu du 2 au 13 octobre 2019 - s'ouvre, elle aussi, sur une soirée de gala. Elle propose aux libraires et bibliothécaires d'organiser des activités à destination des enfants sur un thème choisi comme le voyage, théme de cette année. Un album est également offert aux jeunes lecteurs dès 10 euros d'achat en librairie.

Danemark : une même plateforme pour Deux distributeurs

Bogportalen - Photo DR

Pour faciliter le quotidien des libraires, les deux distributeurs danois Dansk Boghand-leres Kommissionsantalt (DBK) et Nordisk Bog Center (NBC) - qui appartiennent respectivement aux deux plus grandes maisons d'édition, Gyldendal et Lindhardt & Ringhof - ont signé un accord en 2006 pour mettre en place une plateforme commune de gestion des commandes de libraires. C'est un peu comme si Hachette et Interforum abandonnaient le contrôle de leur logistique pour créer un portail de commande commun.

Avec Bogportalen - « portail du livre » en français -, les deux acteurs de la distribution danoise promettent des livraisons plus faciles, moins chères et un « système plus flexible », selon le magazine professionnel Bog Markedet. Le portail est gratuit pour les libraires et vise à remplacer BiBi, un système payant de commande appartenant à l'association des libraires danois, ce qui permettrait à l'ensemble de la librairie de réaliser l'équivalent de 135 000 euros par an.

Sur Bogportalen, lancé en juin 2008, les libraires peuvent passer leurs commandes, convenir des conditions de prix, de remise et de paiement avec les éditeurs. Le portail permet également de consulter les stocks en temps réel, d'obtenir des factures ou encore de commander des ouvrages pour une livraison ultérieure. En collaboration avec la base Bog Info - l'équivalent d'Electre Data services -, Bogportalen fournit également des informations détaillées sur les ouvrages : bibliographie, critiques, ou encore couverture médiatique.

Avec la vocation de devenir un portail unique pour l'ensemble du marché du livre, Bogportalen devrait à terme « accueillir 95 % des titres disponibles sur le marché », souligne Bog Markedet.

Mais le portail a rencontré de nombreux problèmes informatiques, qui ont longuement retardé son développement. Si bien qu'actuellement « le portail du livre permet aux libraires d'avoir accès à environ 80 % des publications récentes mais seulement un quart de l'ensemble de la production danoise », selon l'association des libraires danois.

Allemagne : Nao et Pepper les robots-bibliothécaires

NAO et Pepper font visiter la bibliothèque, aident les usagers à localiser les livres et les accompagnent dans l'apprentissage de la lecture. - Photo DR

La réalité est en train de dépasser la fiction. Depuis quelques années déjà, les robots envahissent les bibliothèques. En Allemagne, dès 2016, la bibliothèque municipale de Cologne s'est dotée d'un robot humanoïde Nao, développé par la société franco-japonaise SoftBanks Robotics. Il a pour missions d'aider les usagers à localiser les ouvrages, de faire visiter les lieux et d'accompagner l'apprentissage de la lecture. Mais pas seulement.

Pepper - Photo UNIVERSITÉ TECHNIQUE DE WILDAU

« La robotique est une technologie socialement pertinente. Nous voulons donner aux usagers l'occasion de faire connaissance avec les robots dans un environnement non commercial », expliquait alors Bettina Scheurer, chargée du projet au sein de la bibliothèque, au quotidien régional Kölnische Rundschau. Une fois par mois, l'établissement propose à ses usagers d'assister à la programmation de Nao. Elle dispense même des cours de code et de programmation pour enfants et adultes, « les robots étant un excellent facteur de motivation pour apprendre à coder », selon la bibliothèque.

Les humanoïdes ont séduit d'autres établissements allemands comme la bibliothèque municipale de Wildau qui, depuis 2017, utilise le robot Pepper - le grand frère de Nao - pour accompagner les usagers, numériser et imprimer des documents. Avec l'aide de son compagnon digital, la bibliothèque souhaite, à terme, rester ouverte 24h/24. De son côté, la bibliothèque municipale de Francfort adoptera Nao cette année, a annoncé Elfriede Ludwig, responsable des services numériques.

Belgique : Des manuels scolaires numériques adaptés

En Belgique, NumaBib permet aux enfants d'obtenir gratuitement la version PDF de leurs livres scolaires. - Photo MAGAZINEPROF-FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES

Plus de 40 000 enfants belges présentent des troubles de l'apprentissage touchant le langage, l'écriture ou encore la lecture, selon l'Association belge de parents et professionnels pour les enfants en difficulté d'apprentissage. Pour les accompagner, l'organisme s'est associé à trois éditeurs scolaires francophones membres de l'Association des éditeurs belges - Erasme, Plantyn et Van In - pour créer NumaBib, une bibliothèque numérique de manuels adaptés.

La plateforme permet aux enfants d'obtenir gratuitement la version PDF de leurs livres scolaires, directement exploitables sur la plupart des logiciels spécialisés d'aide à la lecture. « Les élèves peuvent consulter, lire, compléter et étudier les ressources pédagogiques [...] de la même manière que sur une version papier », précise l'Association des éditeurs belges sur son site Internet.

Jusqu'à la création de NumaBib, c'était aux parents de contacter les éditeurs pour obtenir le format numérique des manuels scolaires.

En centralisant l'offre mais aussi la demande, la plateforme permet aux parents et aux éditeurs de gagner du temps. Afin de respecter la législation sur les droits d'auteur, les ouvrages sont « personnalisés par un filigrane indiquant son nom, le nom de son établissement scolaire ainsi que l'année scolaire concernée », explique l'équipe de NumaBib qui propose déjà plus de 600 manuels. Pour l'heure, NumaBib a confié la conversion des ouvrages à son partenaire ADIBib, la bibliothèque numérique de manuels adaptés créée en 2008 en Flandre. Après dix ans d'activité, cette plateforme néerlandophone reçoit plus de 11 000 commandes par an.

Une initiative similaire a été créée en 2017 à destination des pays de l'Union européenne. Baptisée Dyspraxiatheca, la plateforme propose 125 livres et 200 ressources pédagogiques, disponibles dans cinq langues, aux élèves dyspraxiques, à leurs parents et accompagnants. A noter également, en France, l'initiative de Belin Education qui, à la rentrée dernière, a numérisé sa collection « Colibri », lancée en 2016 à destination des enfants dyslexiques.

Roumanie : Des transports gratuits pour les lecteurs

L'auteur Victor Miron a initié 20 actions pour promouvoir le livre. - Photo DR

Cluj-Napoca, ville de 320 000 habitants au nord-ouest de la Roumanie, a testé pendant trois jours, en juin 2015, la gratuité des voyages en bus pour les passagers qui lisaient pendant leur trajet. Cette idée a été mise en place après un an de tractations menées par l'auteur Victor Miron. « Il est mieux de promouvoir la lecture en récompensant ceux qui lisent plutôt qu'en critiquant ceux qui ne lisent pas », assurait-il alors dans un article publié sur le site Bored Panda. Les voyageurs qui postaient ensuite sur Facebook une photo d'eux en train de lire dans les transports bénéficiaient de réduction chez les libraires, les coiffeurs ou même les dentistes de la ville.

Si l'initiative n'a pas été reconduite, Victor Miron a, depuis 2015, lancé dix-neuf autres actions pour promouvoir la lecture. Par exemple, chaque personne qui poste sur Facebook un selfie où une couverture recouvre la moitié de son visage bénéficie de 10 % de réduction en librairie, ou bien les couples qui se marient en juillet reçoivent un recueil de poèmes d'amour avec leur photo sur la couverture.

Italie : Une Star Ac' littéraire

Les candidats devaient écrire sur un thème imposé durant les épreuves éliminatoires. - Photo COPIE D'ECRAN RAI3

Après les chanteurs, les cuisiniers et les agriculteurs, place aux écrivains. En 2013, la chaîne italienne Rai3 a diffusé « Master-piece », une émission de téléréalité consacrée à la littérature, coproduite par Fremantle, la société de production à l'origine de « Nouvelle Star » ou de « L'amour est dans le pré ».

Sur plus de 5 000 manuscrits reçus en un mois, les 70 candidats retenus se sont affrontés pendant quatre mois et demi. Le vainqueur s'est vu promettre la publication de son roman chez Bompiani, tiré à 100 000 exemplaires. Au programme de l'émission : lecture d'extraits des romans des candidats, immersion dans des lieux insolites suivie d'une retranscription littéraire, ou encore séance de pitchs devant des éditeurs le temps d'un trajet en ascenseur. Suivie par environ 430 000 téléspectateurs, l'émission n'a pas été reconduite au terme de sa première saison.

Masterpiece 01 - Photo COPIE D'ECRAN RAI3

Le faible succès de l'émission pourrait s'expliquer par cette faible appétence pour la littérature. « L'Italie n'était pas le pays adéquat pour une telle émission. La France est LE pays par excellence pour ce talent show littéraire. Contrairement à l'Italie, où seulement 46 % des habitants déclarent avoir lu au moins un livre dans l'année, en France ils sont 70 % », avançait en 2017 Sarah Lefeuvre, alors étudiante à l'Ecole des médias et du numérique de la Sorbonne en master Droit, économie et gestion de l'audiovisuel. Selon elle, « Masterpiece » pourrait être proposée à une chaîne comme France 4, plus ouverte à des « émissions novatrices ».

Royaume-Uni : Trouver l'âme sœur en librairie

Julia Roberts et Hugh Grant dans la librairie de Coup de foudre à Notting Hill. - Photo DR/UNIVERSAL PICTURES FRANCE

Il est commun d'organiser un premier rendez-vous galant dans un café ou un bar. Et si les librairies devenaient le théâtre des rencontres amoureuses ? C'est le pari sur lequel a misé la campagne britannique de promotion des libraires « Books are my bag » (BAMB), organisée par l'association des libraires britanniques depuis 2013. Pour sa cinquième édition, BAMB s'est associée avec le site de rencontres eHarmony, l'équivalent du français Meetic. L'objectif : souligner la « grande diversité des librairies britanniques, qui sont nombreuses à proposer des espaces café, restaurant et même des bars à vin », assurait Meryl Halls, devenue directrice générale de l'association des librairies britanniques en avril dernier.

Destinée aux 1,3 million d'utilisateurs d'eHarmony, la campagne de promotion a principalement porté sur dix librairies réparties sur le territoire britannique qui ont notamment fait l'objet d'un article dédié sur le blog de conseil en relations amoureuses tenu par le site de rencontres.

Espagne : Un réseau social pour jeunes lecteurs

Inés Puig Vázquez, à l'initiative du réseau Leoteca. - Photo DR

Promouvoir la lecture auprès des tout-petits est la mission que s'est donnée l'institutrice espagnole Inés Puig Vázquez. Pour atteindre son objectif, elle a lancé Leoteca en 2014, un réseau social pour les enfants lecteurs de 0 à 14 ans. Ces derniers peuvent trouver des informations sur l'un des 50 000 titres disponibles - issus des catalogues de 1 000 éditeurs -, partager leurs lectures avec leurs amis, commenter les ouvrages et même publier leurs propres écrits.

Leoteca s'adresse également aux parents qui, de manière générale, jouent un rôle actif dans l'apprentissage de la lecture. Ces derniers peuvent s'inscrire sur le réseau social afin de suivre l'évolution des lectures de leur enfant, découvrir des ouvrages à leur recommander et converser avec d'autres parents. Enfin, les professeurs ont aussi accès au site pour, à leur tour, suivre l'évolution de leurs élèves, préparer et partager des questionnaires sur les livres ou élaborer des activités de création littéraire. Cinq ans après sa création, Leoteca compte 15 000 utilisateurs - enfants, parents et professeurs confondus.

D'autres pays de l'Union européenne ont conçu un réseau social à l'usage exclusif des jeunes lecteurs. Dès 2003, l'Allemagne a lancé Antolin Westermann, qui propose les mêmes fonctionnalités que Leoteca avec, en plus, la possibilité pour les enfants de tester leurs connaissances littéraires à travers des quiz ludiques. Ces initiatives ont inspiré la Bulgarie, qui lancera sa plateforme Knigovishte le 24 mai prochain.

Allemagne : Des livres, du pain et des saucisses

La librairie familiale Frühauf, à Bad Sooden-Allendorf, a ouvert des rayons boulangerie et épicerie. - Photo WOLFGANG FRÜHAUF

Population vieillissante, création de centres commerciaux en -périphérie des agglomérations, fermeture des commerces de proximité et détérioration de l'économie -locale... Ces problématiques, caractéristiques de nombreuses communes rurales en France, n'épargnent pas nos voisins allemands.

Dans la petite ville de Bad Sooden- Allendorf, située dans le centre de l'Allemagne, la librairie familiale Frühauf - qui existe depuis près d'un siècle -, rencontre en 2013 de graves difficultés financières. « Nous avions perdu un quart de notre chiffre d'affaires. Nous devions faire quelque chose », se souvient Wolfgang Frühauf, le -petit-fils du fondateur de la librairie, dans les -colonnes du New York Times en -novembre dernier.

La même année, les 8 500 habitants de Bad Sooden-Allendorf apprennent la fermeture prochaine des deux dernières boulangeries de la ville. Aussi, Wolfgang Frühauf propose-t-il à l'un des deux boulangers de continuer à produire du pain qui sera vendu, non plus en boulangerie, mais au sein de la librairie. Au départ interloqués par cette initiative, les habitants de Bad Sooden-Allendorf ont depuis pris l'habitude de se rendre à la librairie pour y acheter leur pain frais. Rapidement, ils ont demandé au libraire de leur fournir d'autres produits alimentaires artisanaux. C'est ainsi que les livres ont aussi commencé à côtoyer des œufs, des -tomates et même des saucisses, spécialité de cette petite ville allemande. Grâce à ce commerce insolite, la librairie de Wolfgang Frühauf a renoué avec la croissance et les clients ne cessent d'affluer.

Cette librairie allemande n'est pas la seule à se substituer à la disparition progressive de certains commerces et services de proximité en Europe. Aux Pays-Bas, de nombreuses librairies proposent désormais des antennes postales - avec des services de relais colis, de vente de timbres, etc. - pour faire face à la disparition, en 2011, des bureaux de poste traditionnels.

Finlande : Des services de presse vendus en librairie

La librairie académique du grand magasin Stockmann, conçue par l'architecte Alvar Aalto. - Photo DALBERA

Alors que la vente des services de presse fait régulièrement l'objet de vives critiques de la part des éditeurs français, cette pratique - appelée « risque partagé » - est courante, et légale, en Finlande depuis 1859. Chaque année, les libraires peuvent -demander aux éditeurs de littérature générale entre 1 000 à 2 000 exemplaires en service de presse afin de les vendre. Au tout début, ces ouvrages étaient envoyés gratuitement. Les libraires s'engageaient alors à les mettre en avant -pendant un an. Une fois l'exemplaire vendu, ils devaient en comman-der un autre au tarif en vigueur. En revanche, si le titre restait invendu passé ce délai d'un an, le libraire avait l'obligation de le retourner à l'éditeur ou de rembourser l'ouvrage.

Ce système présentait un double avantage : les libraires pouvaient proposer une plus large gamme de livres et les éditeurs pouvaient plus facilement placer leurs titres, y compris ceux dont le succès était incertain. Toutefois, sa logistique était « lourde et onéreuse », selon l'étude « Regards sur l'édition de livres pratiques en Finlande » publiée par le Bureau international de l'édition française (Bief) en 2014.

Depuis juillet 2014, ces « livres échantillons » ne sont plus envoyés gratuitement par les éditeurs mais proposés à un bas prix fixe. De fait, ces ouvrages ne sont plus la propriété de l'éditeur mais celle du libraire. Ces derniers n'ont donc plus l'obligation ni de commander un second ouvrage au prix en vigueur, ni de retourner les invendus aux éditeurs. Ces nouvelles dispositions permettent de réduire à la fois les coûts d'envoi et le risque d'abîmer les livres. Ce nouveau système présente aussi d'autres avantages : « puisque les libraires n'ont plus la possibilité de rendre leurs échantillons invendus, la volonté de vendre est plus grande. De plus, les bénéfices sont plus importants sur la vente d'un livre-échantillon », conclut l'étude du Bief.

08.03 2019

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités