Dossier

Dossier Rentrée jeunesse : moins de vampires, plus de jeu

Photo OLIVIER DION

Dossier Rentrée jeunesse : moins de vampires, plus de jeu

Fiction, albums, petite enfance et documentaire : Livres Hebdo présente tous les points forts des programmes d'automne des éditeurs, qui misent sur la diversité de l'offre et une approche à la fois ludique et pédagogique.

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet, Charles Knappek,
Créé le 31.08.2012 à 00h00,
Mis à jour le 16.10.2014 à 15h06

De la mythologie et de l'histoire antique dans les fictions, la réédition du Maximagier ou un Père Noël qui disparaît dans les illustrations ; des albums à lire dans l'obscurité ou "en pyjamarama" ; des pop-ups à foison ; des documentaires sur Léonard de Vinci, qui bénéficie d'une grande exposition à la Cité des sciences et de l'industrie, et des coffrets pleins de découvertes culinaires : l'édition pour la jeunesse fait sa grande rentrée. De fait, de la rentrée scolaire aux fêtes de fin d'année, elle concentre une bonne part de sa production qui approche les 9 000 nouveautés et nouvelles éditions annuelles. En avant-première du 28e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, principale manifestation spécialisée qui aura lieu cette année du 28 novembre au 3 décembre sur le thème de l'aventure, nous avons retenu quelques-uns de ses temps forts.

La rentrée jeunesse se fera aussi sur les écrans, et les éditeurs accompagneront les sorties de films. L'adaptation d'Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent (Casterman) par Daniel Pennac sera l'événement de l'automne. Les plus petits auront aussi droit à de nouvelles aventures de Kirikou de Michel Ocelot, et Milan propose toute une gamme autour de Kirikou et les hommes et les femmes, qui sort le 24 octobre dans les salles. Tandis que les plus grands attendent avec impatience Astérix et Obélix au service de Sa Majesté (17 octobre), Twilight 5. Révélation, 2e partie (14 novembre) et Bilbo Le Hobbit : un voyage inattendu (12 décembre).

De son côté, l'illustrateur Shaun Tan, prix Astrid-Lindgren 2011, signe un album d'une grande qualité graphique, accompagné d'un court-métrage d'animation qu'il a lui-même réalisé. A n'en pas douter, La chose perdue (Gallimard Jeunesse) sera l'un des cadeaux de Noël 2012.

La fiction jeunesse plonge dans l'Histoire

Les programmes de nouveautés pour adolescents et jeunes adultes se révèlent moins obnubilés par les vampires et la dystopie.

Le dernier ours de Charlotte Bousquet (Rageot Thriller).

Finis les vampires et la dystopie, en route pour l'Histoire et l'aventure ? Sous l'influence de Rick Riordan et de sa série mythologique Percy Jackson, la fiction jeunesse redécouvre les mythologies grecques et romaines et même égyptiennes : Rick Riordan ajoute une "sequel", Les héros de l'Olympe (Albin Michel Jeunesse) à sa série phare et en développe une sur l'Egypte (Le trône de feu, le 2e, Albin Michel Jeunesse) ; Michelle Paver, l'auteure des Chroniques du temps obscur, s'intéresse à l'Antiquité grecque avec Le temps des héros (Hachette Jeunesse) ; Anthony Horowitz, l'auteur d'Alex Rider, s'est lancé dans une nouvelle série mythologique, Dieux et guerriers ; et Hélène Kérillis adapte la mythologie pour les 6-7 ans ("Hatier poche. Ma petite mythologie").

DE ROME À MOSCOU

A découvert de Harlan Coben (Fleuve noir et Pocket Jeunesse).

Rome est le décor de la série Gladiateur de Simon Scarrow, dont le premier volet, Le combat pour la liberté, paraît en septembre (Gallimard Jeunesse) ; mais aussi de la série Gladiator boy de David Grimstone, l'histoire d'un jeune garçon enlevé par un marchand d'esclaves (3 volumes chez Pocket Jeunesse) ; et du 9e opus de la série Les découvreurs du monde de Philippe Nessmann, Dans la nuit de Pompéi (Flammarion). L'Histoire en général, terreau de toutes les aventures, connaît un renouveau, qu'il s'agisse du XVIIIe siècle avec Le passage des Lumières de Catherine Cuenca (tomes 4 et 5 chez Gulf Stream) Le diamant bleu de Louis XIV, d'Annie Pietri et Léon ou les confesions d'un orphelin ordinaire (Bayard), ou du XIXe avec le 2e Sublutetia d'Eric Senabre (Didier Jeunesse) sur les traces du magicien Robert Houdin, tandis que le Britannique Damian Dibben fait voyager son héros, Jack Djones, de la Normandie du XIXe siècle à la Renaissance, de Venise à Cologne... (Les gardiens de l'Histoire, Gallimard Jeunesse).

Troubles de Claudine Desmarteau (Albin Michel Jeunesse).

Des auteurs ont aussi choisi pour trame la Seconde Guerre mondiale, comme Christian Lehmann qui clôt sa trilogie No pasarán (L'Ecole des loisirs) ; le départ en Palestine pour le jeune juif ukrainien du Royaume d'Eliousha d'Uri Orlev (Flammarion) ; l'histoire de la Russie avec la Révolution de 1917 pour Dans la nuit blanche et rouge de Jean-Michel Payet (Les Grandes Personnes) ou le règne de Staline pour La lignée, premier volume de la trilogie de Carole Trébor, Nina Volkovitch (Gulf Stream).

Nox d'Yves Grevet (Syros).

Roman initiatique par excellence, le roman d'aventures a le vent en poupe. C'est le cas avec Les trois vies d'Antoine Anacharsis d'Alex Cousseau (Rouergue, "DoAdo"), qui met en scène un esclave né à Madagascar en quête du trésor d'un vrai pirate Levasseur ; King Kong sur Seine de François Devenne (Actes Sud Junior, "Aventure ado"), l'enquête de Victor, 12 ans, sur un singe semant la panique au musée du Louvre ; Petit Aigle de Lucie Leprêtre, jeune auteure de 13 ans (tome 2, XO) ; Septentrion, 2e tome des Cornes d'ivoire, dans lequel Lorris Murail imagine ce qui se passerait si les Noirs étaient les maîtres et les Blancs les esclaves (Pocket Jeunesse), ou le 2e volet d'Aventuriers malgré eux de C. Alexander London (Les Grandes Personnes).

Les amateurs de romans d'espionnage liront le 3e tome des Effacés de Bertrand Puard (Hachette), le 5e et dernier du Pouvoir des Cinq d'Anthony Horowitz, le 3e Gregor de Suzanne Collins (tous chez Hachette Jeunesse), le 5e Henderson's boys et un volume supplémentaire (vol. 8, 1/2) de Cherub, de Robert Muchamore (Casterman).

Le thriller est également à la mode. Guillaume Lebeau, qui a lancé "Rageot thriller", parie sur les auteurs français avec en octobre Dans la peau d'une autre de Johan Heliot, sur le show-biz et le clonage, Le dernier ours, un thriller écologique d'anticipation de Charlotte Bousquet, Interception de Marin Ledun, sur fond de mondes parallèles, et le 3e volet du road movie d'Hervé Jubert,Vagabonde (qui signe aussi La règle de Seth chez Gründ). On lira aussi Microphobie d'Emmanuel Dadoun (Sarbacane) sur l'industrie pharmaceutique ; Trackers, une traque sur Internet et Le spectre des abysses, un thriller des profondeurs (Bayard) ; Layla, le 2e volume de la Trilogie noire de Martial Caroff (Galapagos) ; La prophétie de Venise, qui inaugure une nouvelle série de thrillers écrits par Moka chez Play-Bac ; A découvert, une nouvelle aventure de Myron Bolitar, par Harlan Coben, avec... son neveu Mickey, publiée à la fois au Fleuve noir et en Pocket Jeunesse ; le tome 2 de Black rain de Chris Debien, un thriller politique avec Komiko sur la mafia japonaise à Hongkong, et un thriller d'Hubert Ben Kemoun chez Flammarion, Seuls en enfer, qui propose aux plus jeunes de nouvelles aventures de Penelope Green et de Wilma Tenderfoot.

NANO-ROBOTS ET ARBRES À BONBONS

La dystopie ne disparaît pas pour autant, mais elle se sophistique. BZRK de Michael Grant, l'auteur de Gone, s'intéresse à des nano-robots qui pénètrent dans le corps humain et contrôlent les consciences (Gallimard Jeunesse). Gabrielle Zevin (La mafia du chocolat, Albin Michel Jeunesse) imagine que le chocolat et le café sont interdits à New York en 2083. Yves Grevet, auteur de la trilogie Méto, met en scène Nox, une ville baignant dans un épais brouillard où les hommes doivent pédaler pour produire de la lumière et se marient à 17 ans (Syros). Epitaph road de David Patneaude (City) se déroule en 2097, alors que 97 % des hommes ont été décimés par une épidémie de peste et que les femmes ont réduit les 3 % restant en esclavage. Les héros de Glitch, d'Heather Anastasiu ont une puce implantée dans le cerveau et ceux de Version Beta, de Rachel Cohn, ont des clones («R», Laffont). On lira aussi de nouvelles séries : L'épreuve de James Dashner (Pocket Jeunesse) ; New Victoria de Lia Habel (Bragelonne) ; Fugitive (2e tome du Dernier jardin) de Lauren Destefano et Legend de Marie Lu (Castelmore) ; le tome 2 de Black Eden d'Ana Alonso et Javier Pelegrin (Milan) ; ou le 2e Divergente de Veronica Roth (Nathan), Confusion, de Cat Clarke («R», Laffont). Côté steam-punk, Darkiss annonce L'étrange pouvoir de Finley Jayne, de Kady Cross.

La jeunesse n'en a pas fini non plus avec le fantastique et la fantasy. Tara Duncan de Sophie Audouin-Mamikonian (XO), Mathieu Hidalf de Christophe Mauri, A comme Association d'Erik L'Homme (Gallimard Jeunesse), Oscar Pill d'Eli Anderson (Albin Michel Jeunesse) sont au rendez-vous. Eric Boisset (L'étincelle d'or, Magnard Jeunesse) invente des "dulcophytes", des bonbons qui poussent sur des plantes et transmettent émotions et connaissances à ceux qui les mangent. Et le genre se décline également dans Velvet de Mary Hooper (Les Grandes Personnes) ; Les orphelines d'Abbey Road d'Audren et Lunerr de Frédéric Faragorn (L'Ecole des loisirs) ; L'oracle du vent de Xavier Müller (Gulf Stream) ; Les chroniques de feu, suite de l'Atlas d'émeraude, de John Stephens (Milan) ; le 3e volet des Chroniques de la mort blanche de Nicolas Cluzeau (Galapagos) ; Never Sky de Veronica Rossi, le 2e Beyonders de Brandon Mull, le 3e Krine, le maître des hybrides, de Stéphane Taraillon (Gründ)ou encore le 3e Time Riders d'Alex Scarrow (Nathan).

Quant aux vampires, ils hantent encore Ames soeurs de Rebecca Maizel (Albin Michel Jeunesse) ; Le baiser interdit, de Melissa Darnell et Immortelle, de Julie Kagawa (Darkiss) ; Rouge vampire de Lewis Harris (Flammarion, "Castor poche") ; le 6e Journal de Stefan (Hachette Jeunesse) ; le 3e tome de la trilogie de Susan HubbardLa saison des dangers (L'Ecole des loisirs) ; le 2e de Personal Demons de Lisa Desrochers (Castelmore) ; le 5e de Chroniques du Marais qui pue de Paul Stewart et Chris Riddell (Milan) ; le 3e volet de La peau des rêves de Charlotte Bousquet, de la "bit-lit post-apocalyptique" (Galapagos). Les loups-garous sont dans Déchaînés de Nancy Holder et Debbie Viguié, les zombies dans Les proies d'Amélie Sarn (Milan) ; les "banshees" (qui volent les âmes de ceux qui vont mourir) dans N'ouvre pas les yeux, de Rachel Vincent (Darkiss) ; et des vies antérieures dans Phoenix, de Carine Rozenfled («R», Laffont). Galapagos propose un roman gothique, L'ombre du crépuscule, de Jane Kinkster.

LE QUOTIDIEN DES ADOS

La vie des ados reste parallèlement un thème récurrent dans la littérature jeunesse, et certains auteurs ont choisi d'en traiter avec humour, comme Anne Percin (Comment devenir une rock star (ou pas), Rouergue), Colas Gutman (Les vingt-cinq vies de Sandra Bullot, L'Ecole des loisirs), Sophie Dieuaide (La vie rêvée ou presque de Manon D., Casterman), Aurélie Gerlach (Où est passée Lola Frizmuth ?, Gallimard Jeunesse), ou encore Axl Cendres (La drôle de vie de Bibow Bradley, Sarbacane), qui met en scène "un Forrest Gump qui s'en va-t'en-guerre au Vietnam et finit agent de la CIA en mission chez les Soviets". Pascale Maret préfère une histoire vraie, celle d'un ado qui a volé... des avions (La véritable histoire d'Harrison Travis, Thierry Magnier), tandis que Le secret d'Edith, petite fille cachée de Kathy Kacer est le témoignage d'une enfant réfugiée à Moissac (Flammarion).

Le thème de l'amitié est décliné dans Troubles de Claudine Desmarteau (Albin Michel Jeunesse), roman sur "l'âge des sorties, des expériences, de la prise de risque où on consomme alcool et pétards" sur fond de désastre économique ; Mary-Lou de Stefan Casta, dont l'héroïne se retrouve en chaise roulante (Thierry Magnier) ; Le coeur en braille de Pascal Ruter, qui narre la rencontre entre Victor le mauvaise élève et Marie-José, violoncelliste en train de perdre la vue (Didier Jeunesse).

La part sombre de l'adolescence n'est pas éludée dans Bras de fer de Jérôme Bourgine, l'histoire d'un champion de natation victime d'un accident de moto (Sarbacane) ; L'enfer au collège d'Arthur Ténor, sur le harcèlement (Milan) ; La pouilleuse de Clémentine Beauvais, qui met en scène un groupe de jeunes des beaux quartiers qui kidnappent une fillette d'origine africaine (Sarbacane) ; Le coeur n'est pas un genou que l'on peut plier de Sabine Panet (Thierry Magnier), l'histoire d'un jeune Sénégalaise vivant en France dont le mariage est arrangé avec un cousin au pays ; Au ventre du monde de Gilles Barraqué (L'Ecole des loisirs), un conte dont l'héroïne, Paohétama, est la première fille autorisée à pêcher en mer ; Colin Fisher, un garçon extraordinaire de Zach Stentz et Ashley Miller, sur l'autisme (Hélium) ; ou Inventaire après rupture, de Daniel Handler, l'auteur des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (Nathan). Sans oublier l'étrange héroïne d'Alice de Poncheville (Mon Amérique, L'Ecole des loisirs), qui a des plumes qui poussent sur la tête.

Pour les plus jeunes, dominent l'écologie (séries "Opération sauvetage", Bayard Jeunesse ; "Sauvenature", Flammarion ; "FBI. Animaux disparus", Scrineo) et des héroïnes ébouriffantes, comme Sû, 3 ans et demi, fan de la chanteuse pop Megumi, imaginée par Jérôme Noirez (Sushi nerveux, Galapagos), ou Zigomette de Pénélope Pastel (Show-biz, Galapagos). Le Rouergue leur propose une collection, "Boomerang", dont chaque volume propose deux courtes histoires en recto-verso (Plié de rire/Vert de peur de Rachel Corenblit et Mon cheval s'appelle Orage/ Mon frère est un cheval d'Alex Cousseau) et Albin Michel Jeunesse "Witty" (lancée au printemps), dans laquelle ils retrouveront Will Gallows et Madame Pamplemousse et découvriront Monsieur Kipu de David Walliams, et 43, rue du Vieux-Cimetière de Kate et Sarah Klise.

Parmi les curiosités, citons Max et Moritz avec Claque-du-Bec & Cie de Wilhelm Busch (1832-1908), un incontournable de la littérature enfantine allemande (L'Ecole des loisirs) ; La brigade des crimes imaginaires de Daniel Nayeri, une exploration des genres littéraires : SF, hard-boiled, western et conte de fées (Hélium), Le matin des trois soleils de Christophe Galfard, la suite du Prince des nuages, un docu-fiction sur la planète et le climat (Pocket Jeunesse). L'édition jeunesse a aussi fait appel à des auteurs "people" comme la comédienne Juliette Arnaud (Arrête de pleurer Pénélope), avec Arsène, l'histoire de Georges, 11 ans, petit et myope, amoureux de sa voisine (Casterman) ; le romancier Olivier Rolin, qui livre son premier texte pour les enfants, Le roi des taupes (L'Ecole des loisirs) ; et Isabelle Lortholary, journaliste à Elle, qui signe Ma nouvelle vie (Casterman).

Des albums très pédago

La production d'albums de la rentrée 2012 emprunte volontiers au documentaire et aux ouvrages d'éveil.

Tromboline et Foulbazar : le A de Claude Ponti (L'Ecole des loisirs).

Ludique et distractifs, mais aussi pédagogiques, les albums programmés pour la rentrée 2012 font fi des frontières avec le documentaire pur comme avec la production d'éveil. Dans sa collection "Archimède", L'Ecole des loisirs publie plusieurs albums à la dimension éducative affirmée : Octavius et le gladiateur d'Emmanuel Cerisier, L'île du loup de Celia Godkin, Pas de tutu pour l'écuyère de Seurat de Christine Flament et Les verriers de Noël de Fabian Grégoire. Milan également, avec les nouveaux albums de sa collection "Mes p'tites questions" : Les animaux de la forêt, Les rêves, Les animaux qui font peur et Les dents. En publiant Le beau selon Ninon d'Oscar Brenifer et Delphine Perret, Autrement enrichit de son côté d'un nouvel opus sa collection "Les petits albums de la philosophie".

DES CHIFFRES ET DES SINGES

Les aventures de Pinocchio de Lorenzo Mattotti (Hélium).

Dans Un gorille : un livre à compter d'Anthony Browne (Kaléidoscope), le jeune lecteur appréhende les chiffres en découvrant différentes espèces de singes. Avec Magali Bardos, les enfants sauront aller Jusqu'à 100 (Actes Sud). Davide Cali aborde le calcul sous un angle plus guerrier avec 10 petits tanks s'en vont en guerre (Thierry Magnier), tandis que Ruth Vilar et Arnal Ballester optent pour une façon loufoque de découvrir les chiffres avec un facteur pas comme les autres dans Le facteur Quifaiquoi (La Joie de lire).

Lyuba ou la bonne étoile : les Roms, de la Roumanie à l'Ile-de-France de Valentine Goby et Ronan Badel (Autrement).

Sans le A de Kris Di Giacomo et Michaël Escoffier se présente comme un "anti-abécédaire" permettant de se familiariser avec la langue française. Chez Thierry Magnier, Jean Lecointre joue aussi avec les mots aux sonorités voisines dans Bazar bizarre. On retrouve par ailleurs Michaël Escoffier à L'Ecole des loisirs, avec Cherche figurants dans la collection d'albums "Lutin poche", chez Loulou et Cie avec Bonjour facteur, et chez Thierry Magnier avec Allô Vénus.

LE CONTE EST BON

Les classiques inspirent tout autant les éditeurs pour la jeunesse, avec une Boucle d'or particulièrement en verve cette année : des albums sont consacrés au célèbre conte chez Actes Sud, Hélium, Milan et au Rouergue ! Chez Actes Sud, Adolfo Serra prête son pinceau au Chaperon rouge tandis qu'Elsa Oriol dessine Cendrillon (Kaléidoscope), et Julie FaulquesLe Petit Poucet (Magnard). Messire Loup, écrit par Bénédicte Carboneill et illustré par Frédéric Coince, revisite Le loup et l'agneau de La Fontaine (Limonade). Gründ mise aussi sur les valeurs sûres avec un Cendrillon en trois dimensions, le livre animé Casse-Noisette et Le roman de Renart. L'éditeur fête les 200 ans du personnage de Blanche-Neige avec des illustrations originales de Stella Gurney et Zdenko Basic. Rose Poupelain illustre aussi chez Gründ son premier grand texte avec Alice au pays des merveilles.

Lorenzo Mattotti s'approprie Les aventures de Pinocchio chez Hélium, un éditeur qui exhume quelques pépites du XXe siècle avec Pampilio, fable polonaise d'Irena Tuwim datant de 1962 et illustrée par Monika Hanulak, et Léopold, l'incroyable aspirateur à miettes de l'Américain James Flora, décédé en 1998. Simone Rea vulgarise quant à elle les Fables d'Esope (Actes Sud), alors que le conte traditionnel russe Ivan et le loup gris est repensé par Marie Desbons chez Magnard. Chez Flammarion Jeunesse, Charlotte Gastaut illustre le conte d'Andersen Le petit sapin. L'écrivain danois est également adapté par Nathalie Choux avec Poucette (Milan), MissClara avec La princesse au petit pois (Gautier-Languereau) et Claire Degans avec Contes d'Andersen (Gründ).

Benjamin Lacombe fait un Swinging Christmas avec Olivia Ruiz (Albin Michel Jeunesse). Et Rue du Monde nous fait découvrir les contes du monde entier avec la collection "Papagayo".

DE PONTI À GUILLOPPÉ

Les grandes plumes de l'édition jeunesse sont par ailleurs au rendez-vous de la rentrée. Claude Ponti revient avec La venture d'Isée (L'Ecole des loisirs) et Tromboline et Foulbazar : le A dans la collection d'albums "Lutin poche". Jean-François Chabas et David Sala, déjà auteurs de La colère de Banshee, ont livré Féroce (Casterman), tandis que le duo Pittau et Gervais est encore une fois de la rentrée avec l'album Promenade au jardin (Gallimard Jeunesse Giboulées) et le livre animé Nacéo (Les Grandes Personnes), consacré aux créatures marines. François Delecour et Sophie Chaussade ont quant à eux travaillé de concert sur La famille Glagla (Didier) et Les frères Pujol à l'école du délire (Actes Sud). L'Ecole des loisirs rend hommage à Philippe Corentin en publiant Zigomar et zigotos, recueil comprenant les cinq meilleurs albums de ce pilier de la maison d'édition. De son côté, Mijade fête les 25 ans de Plume de Hans de Beer, avec Plume s'échappe en septembre, et Plume et la station polaire en octobre. Enfin, Casterman célèbre les 20 ans des Derniers géants de François Place, avec une nouvelle édition exceptionnelle en tirage limité et contenant un supplément inédit.

Très actif pour le rendez-vous automnal, l'illustrateur Ronan Badel met en images Lyuba ou la bonne étoile : les Roms, de la Roumanie à l'Ile-de-France de Valentine Goby (Autrement), Tout ce qu'une maman ne dira jamais et La mémé de ma mémé de Noé Carlain à L'Elan vert, ainsi qu'Emile veut un plâtre et Emile fait la tête de Vincent Cuvellier (Gallimard Jeunesse Giboulées). Vincent Cuvellier signe également La fille verte, illustré par Camilla Engman, toujours chez Gallimard Jeunesse Giboulées. Gautier-Languereau s'en remet cette année encore au talent d'Antoine Guilloppé avec Ma jungle, un nouveau livre relié cartonné de découpes laser, qui s'inscrit dans la lignée des best-sellers Plein Soleil et Pleine Lune, parus ces deux dernières années. Tandis que cet auteur prolifique publie également La moufle (L'Elan vert), Mango Jeunesse se revendique clairement de son influence avec Il a neigé ce matin de la jeune illustratrice Steffie Brocoli, l'une de ses priorités de la rentrée. On retrouvera le duo Francis Roca et Fred Bernard pour leur 18e album, La fille du samouraï (Albin Michel Jeunesse).

Seront aussi présents les illustrateurs Iris de Moüy (Hélium), Soledad Bravi (Loulou et Cie, et Gallimard Jeunesse pour la parution en poche de Louise Titi), Beatrice Alemagna (Les Grandes Personnes), Thierry Dedieu (Petite Plume de carotte), Sébastien Pelon (Flammarion Jeunesse et Milan), Elisabeth Brami (Les Grandes Personnes et Seuil Jeunesse), entre autres. Olivier Tallec dépeint l'absurdité de la guerre dans Waterlo & Trafalgar (Flammarion Jeunesse) et illustre deux nouveautés dans la collection à succès "Rita et Machin" qu'il coréalise avec Jean-Philippe Arrou-Vignod (Gallimard Jeunesse). Stéphane Henrich met en scène deux perroquets pirates dans Eden et Kao (Kaléidoscope). Après un premier album chez Sarbacane l'an dernier, Alexandra Huard confirme pour cette rentrée en illustrant Rikimini de Marie-Sabine Roger (Casterman). Quelques jeunes auteurs livrent également leur première production, tels Alexandre Juza (Kino, L'Ecole des loisirs) ou Mattias De Leeuw (A pas de géant, Mango). Enfin, signalons les illustrations très originales de Princesse Camcam pour l'Album de famille (Autrement).

VOULEZ-VOUS JOUER AVEC MOI ?

Au Rouergue, Gaëtan Dorémus publie Mon ami : une aventure de Géant Gris, premier volet, centré sur la couleur, d'une série appelée à se développer sur d'autres thèmes (ombre, pointillisme...). Vogue la petite souris et Le petit cochon têtu sont les petits derniers de l'illustratrice Martine Bourre, chez Didier. Phaidon se distingue avec les deux dernières créations d'Hervé Tullet, Jeu de sculpture et Jeu dans le noir, et la réédition de Jeu de couleurs, anciennement chez Panama. Jeu dans le noir, notamment, se présente sous la forme de pages blanches phosphorescentes ne pouvant être lues que dans l'obscurité. Dans La grande évasion de Mlle Oignon, livre-jeu de Sara Fanelli, toujours chez Phaidon, les pages détachables permettent à l'enfant de reconstituer un oignon au fil de sa lecture et de faire progressivement disparaître le livre.

PLUS DURE LA VIE

Les éditeurs n'hésitent pas à proposer aux enfants des sujets parfois difficiles. Chez Naïve, Où es-tu Lulu ? de Laurence Pérouème et Cécile Rescan traite de la mort d'un enfant et de la façon d'aborder la tragédie. L'arrivée d'un élève handicapé auditif dans une classe constitue le sujet de Gabriel, un geste, une voix de Valérie Weishar-Giuliani, illustré par Shiilia (Limonade). Dans Horacio ne veut plus aller à l'école de Loreto Corvalan (Thierry Magnier), il est question de l'exclusion dont sont parfois victimes certains élèves de la part de leurs camarades. Plus grave encore, la persécution des juifs par les nazis est abordée dans Le soulier noir de Françoise Legendre, illustré par Jean-François Martin (Thierry Magnier).

LES ALBUMS FONT LEUR CINÉMA

Au moins trois éditeurs s'appuient sur la sortie au cinéma de films jeunesse pour promouvoir leurs albums. Il en va ainsi d'Ernest et Célestine (Casterman), les histoires de la petite souris abandonnée et de l'ours marginal, qui donne lieu à un film d'animation du même nom et dont la sortie est programmée au 12 décembre prochain. Une livre puzzle et un roman sont également en préparation. De la même façon, Milan profite du passage en octobre de Kirikou et la sorcière dans les salles obscures pour produire un album consacré au petit Africain. Enfin, Gallimard Jeunesse commercialise Le petit Gruffalo : coffret poilu qui contient deux livres et le DVD du film sorti en 2011.

Petite enfance : tactile, sonore et animée

Forcément ludiques, les ouvrages programmés sur le segment de l'éveil, dont de très nombreux imagiers, font de plus en plus appel à des moyens multiples pour mieux faire comprendre en s'amusant.

Moi en pyjamarama de Michaël Leblond et Frédérique Bertrand (Rouergue).

De l'imagier aux comptines en passant par les coffrets, les livres animés, les livres sonores, voire les documentaires, tout est bon pour favoriser l'éveil des tout-petits. A mi-chemin entre la petite enfance et le docu, C'est nous ! (Gründ, "Ma petite encyclo Gründ") de Fani Marceau et Marion Billet est un exemple de grand imagier (250 dessins à observer, à nommer et à reconnaître) à cheval sur les genres. La collection "Manon" de Milan, enrichie par deux nouveaux titres à la rentrée (Apprends les chiffres avec Manon et Apprends les couleurs avec Manon), s'inscrit dans la même tendance précocement éducative. Milan publie d'ailleurs dans "Mes docs à coller" quatre nouveautés consacrées aux chevaliers, aux maisons du monde, aux princesses et aux voitures.

C'est un régal ! de Marie-Hélène Parenty (Actes Sud Junior)

Comprendre en s'amusant, c'est aussi le credo de Bayard, qui inaugure une nouvelle collection d'ouvrages deux-en-un (un doc et des activités) en collaboration avec le magazine Youpi et comprenant les titres Le château fort, Le cirque, Chevaux et poneys et L'heure. Fani Marceau et Claire Le Grand ont réalisé L'imagier bilingue sonore (Gründ) afin d'aider les enfants de 3 ans et plus à acquérir leurs premières notions dans la langue de Shakespeare. Milan est également présent sur ce marché linguistique avec Mon imagerie français-anglais de Sarah Moroz, qui contient 1 000 mots anglais pour l'école primaire. Dans L'histoire de mon bébé (Mijade), Laurence Bourguignon et Claude K. Dubois aident les tout-petits à percer les secrets de la naissance.

FLAPS, MAGNETS ET MATIÈRES

C'est toutefois moins l'apprentissage que l'éveil et les loisirs que visent la plupart des éditeurs. Actes Sud propose par exemple un imagier des premiers mots dans Le petit roro de Corinne Dreyfuss, illustré par Benjamin Chaud, ainsi que l'imagier des aliments C'est un régal ! de Marie-Hélène Parenty. Au Seuil Jeunesse, Veronika Klimova se joue des formes dans la collection "Tourne et découvre", des livres d'éveil animés constitués de quatre mini-imagiers et contenant des flaps. Elle publie aussi En route vers la ville et En route pour le zoo, deux livres-jeux de 6 mini-imagiers. Chez Casterman, Florence Guiraud a réalisé un imagier intitulé La balade en couleurs, tout comme Fani Marceau avec Dans le livre, illustré par Joëlle Jolivet (Hélium).

Chez Loulou et Cie, la Franco-Japonaise Kimiko publie Maximots, un imagier sur les animaux, tandis que Milan développe les livres tactiles dans la collection d'éveil "Les imagiers" avec Les couleurs et Les formes de l'illustrateur Xavier Deneux, qu'on retrouve au Seuil Jeunesse dans En quoi tu te déguises ?, un livre-matières signé Julie Clélaurin dans la collection "Les albums caresses". Au Seuil Jeunesse, l'arrivée d'une nouvelle édition du livre-valise, doté d'une couverture en mousse, Maximagier de Grégoire Solotareff et Alain Le Saux, est annoncé comme l'événement de la rentrée. Paru pour la première fois en 1990 et écoulé depuis lors à plus de 50 000 exemplaires, l'ouvrage devrait bénéficier du sentiment de nostalgie des jeunes parents l'ayant eu entre les mains dans les années 1990.

France Cottin et Didier de Calan, avec des illustrations de Charlotte Roederer, lancent chez Gallimard Jeunesse Mon premier livre d'éveil, ouvrage de hors-série petite enfance qui comprend dix magnets souples électrostatiques, quatre feutres effaçables et seize pages interactives. Chez Mango, le livre d'activités Sticky au Japon de Laurent Bazart se démarque avec ses 1 200 carrés autocollants. L'Elan vert aborde les moments forts de la journée avec l'album à couverture matelassée Au revoir ! Bonjour ! de Catherine Leblanc et Laurent Richard. Raphaël Fejtö s'interroge sur la fonction des objets de la vie courante dans A quoi tu sers ? (Loulou et Cie).

Chez Gallimard Jeunesse, le livre-jouet La ferme de Corina Fletcher et Britta Teckentrup est un pop-up articulé qui se lit des deux côtés et se transforme en plateau de jeu en 3D. Dans la collection "La vie en rond", chez Casterman, Bénédicte Guettier assure la rentrée avec six titres, dont quatre sont des remises sur le marché et deux des nouveautés : L'arbre de Nutello et Le panier de Souki. La collection se présente sous forme de petits livres cartonnés adoptant une forme en lien avec un animal. Bénédicte Guettier publie également Les rêves de Trotro et La ciboulette hachée menue chez Gallimard Jeunesse Giboulées et Tu me préfères ou tu préfères un cornichon ? (Loulou et Cie). La jeune illustratrice Satu Kontinen livre quant à elle Mo-ko-ma-ki (Sarbacane), un tout-carton coloré construit sur une lecture-observation stimulante pour les tout-petits.

TIRETTES ET POP-UPS

Chez Gründ, Matthew van Fleet propose Safari, un livre à toucher riche en textures et tirettes permettant de découvrir une centaine d'espèces d'animaux et de plantes, alors que dans la série Petit poisson blanc, accessible dès 24 mois chez Mijade, Guido Van Genechten revient avec plusieurs nouveaux opus consacrés aux sentiments, aux repères dans l'espace ou encore aux nombres. Enfin, chez Gallimard Jeunesse Giboulées, Annette Tamarkin initie les jeunes lecteurs aux notions de grand et de petit dans le livre pop-up Grand Petit. On la retrouve aux éditions Les Grandes Personnes avec les livres animés aux couleurs vives, Mes jouets : cherche la petite fleur, Mon goûter : cherche la petite bête et Bleu vache ?. Les Grandes Personnes se distingue d'ailleurs par la qualité visuelle de ses ouvrages avec le livre percé : 2 yeux ? de Lucie Félix, le livre objet L'invitation de Kveta Pacovska, dont les graphismes rappellent justement le travail d'Annette Tamarkin, et le très coloré Big bang pop de Philippe Ug, un livre pop-up à la couverture en biais offrant une expérience visuelle pour le moins explosive.

Nathan, Milan et Gründ se distinguent quant à eux par une offre particulièrement abondante en petite enfance. Dans la collection "Mes p'tits contes", Milan s'enrichit de quatre nouveautés : Le loup et les 7 chevreaux, Le Petit Chaperon rouge, Les Trois Petits Cochons et Boucle d'or, et encore de quatre inédits dans la série Flocon illustrée par Frédéric Stehr. Mon imagier de Noël de Nathalie Choux paraît chez Nathan (Nathalie Choux est également chez Syros avec L'ogresse poilue de Fabienne Morel et Debora Di Gilio).

Nathan commercialise un livre sonore qui met en scène son célèbre T'choupi et enrichit sa collection "Mes histoires douces" avec Maya l'abeille. L'éditeur use également de motifs fluorescents dans Les livres des bébés, un ouvrage accessible à partir de 6 mois, illustré par Emiri Hayashi. Chez Milan, Deborah Pinto publie deux livres à toucher, En route Anatole et Anatole fait son cirque, équipés de puces sonores. Milan, toujours, qui continue de développer les héros avec le petit pingouin Guili dans Guili et les petites bêtes et Bonne nuit Guili de Léa Weber.

Pour Noël, Mylène Rigaudie publie Mon beau sapin (Casterman), et de leur côté Charlotte Moundlic et Marion Billet sortent Chamalo fête Noël (Flammarion Jeunesse). Chez Bayard, La fille du père Noël d'Agnès Laroche et Rémi Courgeon se présente sous la forme d'un calendrier de l'avent avec ses volets à ouvrir. Dans Où est caché le père Noël ? (Casterman), Olivier Latyk et Jacky Goupil invite l'enfant à trouver l'homme en rouge parmi de grandes images remplies de détails, tandis que La maison du père Noël de Sébastien Braun (Gründ) est un livre sonore qui montre comment le père Noël se prépare la veille du réveillon.

ET TOUJOURS DES COFFRETS

Les coffrets sont cette année encore au rendez-vous et il y en a pour tous les goûts. Très présent sur ce secteur, Deux coqs d'or commercialise Ma super fête Haribo avec un livre et des accessoires proposant des recettes à base de bonbons et reprend le même concept dans Mes petits biscuits. Des coffrets Scoubidous et bracelets brésiliens, Magie, Mes plus belles princesses et Casse-tête et illusions d'optique complètent l'offre de l'éditeur. Gallimard Jeunesse Giboulées a produit un coffret hors série intitulé La ruche de Mireille l'abeille qui contient un livre sonore et six personnages prédécoupés avec leurs socles. Thierry Magnier commercialise quant à lui une édition limitée de La boîte à lire, un coffret de quinze albums de sa collection "Tête de lard". Enfin, Hachette Jeunesse s'installe en librairie avec Mon coffret cuisine avec Hello Kitty.

Les valisettes ne sont pas en reste. Chez Gründ, Samantha Meredith publie Bip ! Bip !, qui contient six magnets géants et un grand décor aimanté. La même auteure est aussi présente avec deux livres-hochets que l'enfant peut secouer pour voir tomber la neige : Mes jouets de Noël et Mes amis de l'hiver. Gründ, toujours, s'empare des apprentissages fondamentaux dans quatre livres-cubes consacrés aux mots, aux couleurs, aux chiffres et aux contraires réunis dans Ma valisette p'tits imagidoux de Fani Marceau et Claire Le Grand.

En ce qui concerne les comptines, Emile Jadoul revisite Au feu les pompiers dans un tout-en-carton chez Casterman. Conçu pour enrichir la motricité des petits, Gym et comptines pour les petits de Rida Ouerghi, illustré par Elsa Fouquier, paraît chez Gallimard Jeunesse. Jane Chapman tente d'endormir les enfants avec J'ai pas sommeil ! (Gründ), tandis que la série Histoires du soir (Gründ également) bénéficie d'une nouvelle maquette. Vincent Bourgeau part en voyage dans Le petit train (Autrement), tandis que le Néerlandais Wouter van Reek fait grimper les tout-petits sur La grande échelle (Bayard). Dans Crocolou d'Ophélie Texier (Actes Sud Junior), une maîtresse emmène les élèves en pique-nique. Au Rouergue, Olivier Douzou et Frédérique Bertrand inaugurent la collection "Les comptines en continu" avec quatre premiers titres. Chez le même éditeur, Frédérique Bertrand illustre Moi en pyjamarama de Michaël Leblond, dont les images s'animent lorsqu'on glisse sur elles une feuille en plastique transparente rayée. Thierry Magnier publie pour sa part la berceuse Le calme de la nuit de Virginie Aladjidi et Caroline Pellissier, illustré par Emmanuelle Tchoukriel, et Une belle bête de Riri, dès deux ans. De quoi trouver le sommeil sans peine.

Un documentaire peut en cacher un autre

Les éditeurs de documentaires pour la jeunesse visent l'originalité sur un segment où la production est à la fois abondante et contrainte par l'éventail limité des thèmes les plus attractifs.

Ce que je fais de Nicola Davies et Marc Boutavant (Seuil Jeunesse).

Renforcer les collections existantes, en lancer de nouvelles : les éditeurs de documentaires pour la jeunesse n'ont pas chômé pour la rentrée 2012, au risque de se marcher un peu sur les pieds. Actes Sud Junior complète la collection "A petits pas" avec deux titres inédits (Les inventions et Les sociétés animales) et une nouvelle édition (Le développement durable), tandis que La Martinière Jeunesse s'appuie sur le duo d'auteurs Elisabeth de Lambilly et Rémy Saillard pour proposer deux nouveautés dans sa collection "Encyclo des petits curieux" intitulées En route vers la préhistoire et Voyage au pays du recyclage. L'éditeur fait aussi de 2012 l'année du renouveau pour sa collection "Raconté aux enfants" avec la parution de Grandes villes du monde, de La danse, et des Métiers de l'extrême. Gallimard Jeunesse lance sa collection de petites encyclopédies "Discovery Education" et Gulf Stream ajoute trois opus à sa collection d'abécédaires "Et Toc !" avec Les dessous de la presse, La Toile et toi, et Vers un monde alternatif ?. Pour sa part, Hachette Jeunesse opère un lifting de la collection "Il était une fois", avec de nouvelles présentations des titres consacrés à l'humanité et au corps humain.

LE CORPS D'ABORD

Léonard de Vinci (Nathan).

L'éventail limité des thèmes fortement attractifs génère une belle bousculade entre éditeurs concurrents. En science, par exemple, plusieurs ouvrages consacrés au corps humain investissent simultanément les librairies. Outre Hachette Jeunesse, ce sont Gallimard Jeunesse avec deux titres, Flammarion Jeunesse, Auzou, Gründ, ou encore Thierry Magnier avec un étonnant Dictionnaire fou du corps de Katy Couprie qui viennent enrichir l'offre sur ce segment très prisé des parents. Gallimard Jeunesse affirme aussi sa présence avec Histoire de la révolution numérique et Deux coqs d'or avec Dis pourquoi le ciel est bleu ?. Dans Les trésors de la nature, Gallimard Jeunesse Giboulées lance un très bel album regorgeant d'animations.

LA VIE DES BÊTES

Et Eugène inventa la poubelle de Dimitri Delmas (Actes Sud Junior).

La thématique animale est également en vogue. Mango Jeunesse propose une série d'ouvrages (Le requin, Le cheval, La fourmi...) réalisée par l'association coréenne d'éditeurs Dreaming Queen. Chez Fleurus, Les créatures de la mer et Monstres font irruption dans la collection "TopDoc". Emmanuelle Figueras publie Les animaux familiers chez Mango et Les animaux chez Milan, qui lance également Les grenouilles & Co et Mes animaux préférés. Au Seuil Jeunesse, Connais-tu les animaux ? de Pronto se présente sous forme de 50 devinettes animées. Et l'auteur-illustrateur à succès Marc Boutavant propose, en association avec Nicola Davies, deux livres animés consacrés aux animaux : Qui vit ici ? et Ce que je fais. Gallimard Jeunesse s'illustre avec La panthère, Les animaux extraordinaires et Les dinosaures.

LÉONARD DE VINCI ET LES AUTRES

Autre segment qui inspire les éditeurs : l'histoire. Jean-Baptiste de Panafieu - par ailleurs auteur d'Histoire de squelettes (Gallimard Jeunesse) et de Nucléaire, pour quoi faire ? (Gulf Stream) - publie Préhistoire, la grande aventure de l'homme (Bayard Jeunesse) et Léonard de Vinci chez Casterman. L'éditeur surfe sur la grande exposition "Léonard de Vinci" organisée cet automne à la Cité des sciences et de l'industrie. Tout comme Milan, chez qui Axel Planté-Bordeneuve et Mickaël Merley mettent en scène l'auteur de la Joconde dans Les expériences incroyables, et Nathan qui propose un Léonard de Vinci dans sa collection "Questions/Réponses" parmi une vague de nouveautés consacrées à l'Egypte, aux Romains, aux pirates ou encore à la Révolution française. Avec La fabuleuse histoire des bateaux, Gallimard Jeunesse espère rééditer les bonnes performances de La fabuleuse histoire des trains, écoulé à 13 000 exemplaires depuis sa parution en octobre 2011 (source : Sodis). Un thème ferroviaire repris en cette rentrée par Olivier-Marc Nadel et Marie Venditelli dans Les trains mythiques (La Martinière Jeunesse). Deux Coqs d'or lance quatre livres animés sur les châteaux forts, l'Egypte ancienne, les pirates et les dinosaures ; Fleurus mise sur Les personnages du XXe siècle, tandis qu'avec L'âge de pierre (Quatre fleuves) et Archéologie, une histoire sans fin (Gallimard Jeunesse Giboulées), les jeunes lecteurs remontent bien plus loin dans le temps. Actes Sud Junior se démarque avec Et Eugène inventa la poubelle.

PHILOSOPHES OU ARTISTES ?

Pour les philosophes en herbe, Pourquoi ? (Bayard), Ma boîte à idées et Etre et avoir chez Milan ou Chouette ! philo (Gallimard Jeunesse Giboulées) répondront aux attentes des plus curieux. Flammarion Jeunesse inaugure de son côté la collection "Philofolies" avec deux albums documentaires. Les artistes en devenir auront aussi de quoi lire avec Mon très grand livre de l'art (Milan) de Doris Kutschbach qui propose des devinettes sur des oeuvres célèbres. Un angle ludique repris dans L'art en récré, de la même auteure associée à deux autres plumes. Milan, toujours, publie De l'art ou du cochon ? et la rétrospective des personnages mythiques Myth'art, qui succède à son best-seller Besti'art.

QUESTIONS/RÉPONSES

Plon Jeunesse avec l'édition 2013 de L'encyclo des filles, Hachette Jeunesse avec L'abc des filles, et Milan avec Vive les filles ! ciblent les futures adolescentes. Les sujets de société ne sont pas oubliés : Comment vit-on sans maison ?, demandent Sandra Laboucarie et Charles Dutertre chez Tourbillon. Pourquoi y a-t-il des gens racistes ?, interrogent Sophie Bordet-Petillon et l'omniprésent Stéphane Hessel chez Bayard. Sophie Bordet-Petillon publie aussi D'où vient le sel de ma salière ? et Les bébés animaux chez Tourbillon. Philippe Godard est présent avec Une poignée de riches, des milliards de pauvres chez Syros et une nouvelle édition de Grandes villes du monde racontées aux enfants à La Martinière Jeunesse. Enfin, chez Flammarion Jeunesse, l'album documentaire Tous les enfants ont les mêmes droits ! propose un éclairage sur l'avancée des droits de l'enfant dans le monde, tandis que Gallimard Jeunesse promet d'apporter Toutes les réponses aux questions des enfants.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités