Du « moment Orsenna » à l’inspection générale des bibliothèques | Livres Hebdo

Bibliothèques au présent

Yves Desrichard

Yves Desrichard est bibliothécaire depuis plus de 35 ans, l'occasion de nourrir le regard sur l'actualité quotidienne des bibliothèques d'un apport historique pouvant éclairer les enjeux et les évolut ions des établissements et des réseaux. Auteur, entre autres, d'"Administration et bibliothèques" et, plus récemment, de "Cinquante ans de numérique en bibliothèque", tous les deux publiés au Cercle de la Librairie, il a aussi été rédacteur en chef du "Bulletin des bibliothèques de France". lire la suite

Il y a 4 mois 3 jours Bibliothèque

Du « moment Orsenna » à l’inspection générale des bibliothèques

La bibliothèque intercommunale de Gourdon (46) - COCO ARCHITECTURE

Le nouveau collège des « bibliothèques, [de la] documentation, [du] livre et [de la] lecture publique » traduit l’écart qui s’accentue, sur un même territoire, entre la politique de l’Etat et celle des collectivités territoriales.

Par un arrêté en date du 14 octobre 2019[1], le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) a acté la création du service de l'inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGÉSR). Ce nouveau service inclut, entre autres, un certain nombre de « collèges » ayant en charge des missions autour de l’enseignement supérieur, des politiques éducatives, de l’expertise pédagogique,… et des « bibliothèques, [de la] documentation, [du] livre et [de la] lecture publique » - ce dernier collège étant connu, dans un ministère friand de sigles, sous celui de BDL2L.
 
Parmi d’autres, se trouve ainsi signée la fin, en tant que telle, de l’inspection générale des bibliothèques, créée par décision royale le 1er juin 1822[2]. Ce n’est pas la première fois que l’inspection fusionne, puisque, entre 1884 et 1945, elle était part de l’inspection générale des archives et des bibliothèques, avant qu’un décret du 13 septembre 1945 ne la rétablisse en tant que telle, concomitamment à la création, le 18 août 1945, de la direction des bibliothèques de France et de la lecture publique (DBLP) qui, jusqu’à son éclatement en juillet 1975, assurera la cohérence de l’action de l’Etat en matière de bibliothèques.

Bipolaire
 
A partir de 1975, les bibliothèques relèvent de deux départements ministériels différents, qui perdurent aujourd’hui sous des formes contrastées, le service du Livre et de la Lecture du ministère de la Culture d’une part, le département de l'Information scientifique et technique et des Réseaux documentaires du MESRI d’autre part. L’inspection reste alors la seule à avoir, sur ces sujets, un rôle « transversal », même si la libre administration des collectivités territoriales consacrée par l’article 72 de la Constitution rend, pour ce qui est de la lecture publique, l’exercice de ces prérogatives assez délicat – les bibliothèques municipales, intercommunales, départementales, dépendant uniquement de structures territoriales.
 
Dans une interview à Livres-Hebdo[3], le doyen de l'inspection indique que le BL2L continuera à s’occuper des bibliothèques territoriales. Cela faisant, il souligne lui-même l’ambiguïté de la démarche en arguant que, si l’inspection avait été fusionnée avec l’inspection des affaires culturelles du ministère de la Culture, « l’IGB aurait inévitablement été coupée du monde de l’Enseignement supérieur et de la recherche ». Il est lors facile de retourner l’argument, et de considérer que, s’il s’agit d’un signe positif pour souligner l’importance des bibliothèques universitaires dans l’enseignement supérieur, c’est aussi un signe négatif pour souligner l’écart, l’abime, qui existe désormais entre deux « mondes » qui n’ont plus grand-chose en commun – si ce n’est leurs utilisateurs… - les bibliothèques publiques et les bibliothèques universitaires. Si les unes et les autres sont devenues des outils politiques, il y a peu à voir entre le souci d’une intercommunalité de préserver le tissu social sur son territoire et celui d’un président d’université de grappiller quelques places dans le classement de Shanghai, d’un maire de lutter contre la désertification de sa commune ou d’une université de faire face à l’augmentation continue des effectifs étudiants.

Ecartèlement
 
Plus largement, l’institution de la BL2L traduit aussi l’écart qui s’accentue, sur un même territoire, entre la politique de l’Etat et celle des collectivités territoriales, désormais plus engagés dans le conflit que dans la coopération. Si les réformes de l’activité de l’Etat, et notamment celles initiées par la RéATE[4] à partir de 2010 et par la loi NOTRE[5] à partir de 2016 ont indéniablement contribué à rationaliser cette activité, elles ont aussi eu pour conséquence un désengagement de l’Etat, qui vaut aussi pour le soutien aux activités culturelles comme les bibliothèques.
 
Le « moment Orsenna » qui aura caractérisé les débuts de l’action du nouveau gouvernement sur ce plan ne peut lui non plus occulter le fait que la Bibliothèque nationale de France (BnF) accapare l’essentiel des 306 millions d’euros dévolus au livre et aux industries culturelles par le ministère de la Culture. Il y a bien longtemps que les collectivités territoriales (les communes depuis toujours, les départements depuis les lois de décentralisation des années 80) financent bien plus largement que l’Etat le développement de leurs bibliothèques, ce dont on ne peut que se réjouir. Il reste que, dans un pays si fort attaché aux symboles, l’accentuation régalienne de cette dichotomie sera à éprouver en scrutant l’activité de la BL2L au-delà des déclarations d’intention.
 
  • (1) [1] https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/bulletin-officiel.html?annee=2019&mod=2&mois=11
  • (2) [2] La France se trouvait alors dans la seconde partie du règne de Louis XVIII, qui s’achèvera en 1824.
  • (3) [3] https://www.livreshebdo.fr/article/un-nouveau-cadre-pour-linspection-generale-des-bibliotheques [accès payant].
  • (4) [4] Réforme de l’administration territoriale de l’Etat.
  • (5) [5] Loi nᵒ 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République disponible sur Légifrance.
close

S’abonner à #La Lettre