Tribunes

Editeurs et écrivains demandent le départ d'Hubert Védrine des Rencontres de la photographie d'Arles

Scholastique Mukasonga - Photo Catherine Hélie/Gallimard

Editeurs et écrivains demandent le départ d'Hubert Védrine des Rencontres de la photographie d'Arles

Après de récents propos sur le rôle de la France au Rwanda durant le génocide des Tutsis, de nombreux auteurs, éditeurs et personnalités ont demandé à l'ancien ministre des Affaires étrangères de se retirer de la présidence exécutive de la manifestation.

Par Vincy Thomas ,
Créé le 28.06.2021 à 18h59

Gaël Faye et Scholastique Mukasonga, mais aussi Atiq Rahimi, Laurent Beccaria, Stéphanie Chevrier, Marie Desplechin, Frédéric Martel, Vincent Monadé, Olivier Ribinstein et Patrick de Saint-Exupéry sont parmi les signataires d'une tribune parue dans Libration lundi 27 juin, "Rencontres de la photographie d'Arles: Hubert Védrine doit se mettre en retrait de la présidence".

Ils estiment que l'ancien ministre des Affaires étrangères, après ses propos tenus sur le génocide des Tutsis au Rwanda dans la revue d’extrême droite Eléments, doit quitter le conseil d'administration de la manifestation, car son intervention ne permet plus de poursuivre un dialogue serein avec les photographes africains.

Or, Hubert Védrine reproche aux "gauchistes de la place de Paris" de vouloir "régler leur compte avec François Mitterrand, la Ve République, la France comme puissance...".   "Accuser la France pour son rôle au Rwanda, dit-il à Éléments, c'est un peu comme si l'on accusait les pompiers qui ont tenté d'arrêter l'incendie de Notre-Dame en leur disant qu'il fallait arriver la veille."

Emmanuel Macron a récemment reconnu la responsabilité politique de la France au Rwanda, en étant restée du côté d'un régime génocidaire.

Inacceptable selon les signataires de la Tribune: "Au nom de la mémoire des victimes du génocide des Tutsis du Rwanda, et afin que la réputation de cet événement ne soit pas entachée par la présence d’un président désormais disqualifié, afin également de permettre aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles de poursuivre un dialogue serein avec le continent africain, nous demandons à M. Hubert Védrine de bien vouloir se mettre en retrait de la présidence des Rencontres Internationales d’Arles."

Hubert Védrine a répondu dans le même journal aujourd'hui avec un droit de réponse, jugeant "incompréhensibles" les attaques et rappelant la chronologie des faits historiques, relativisant par ailleurs le rôle de la France. "Quant aux Rencontres de la photographie d’Arles, à la présidence non exécutive desquelles j’ai été réélu il y a un mois, je suggère qu’on les laisse à l’écart de cette controverse historique" conclut-il.

Les Rencontres internationales de la photographie d’Arles s’ouvrent cette année le 4 juillet.

Les dernières
actualités