Ernesto Sabato est mort

Ernesto Sabato © DR

Ernesto Sabato est mort

L'un des derniers grands écrivains argentins s'est éteint le 30 avril. Il avait notamment publié Le tunnel, premier roman salué par Camus, Graham Greene et Thomas Mann.

J’achète l’article 1.50 €

avec aa,
Créé le 02.05.2011 à 00h00,
Mis à jour le 02.05.2011 à 00h00

L'écrivain argentin Ernesto Sabato est mort samedi 30 avril, à 99 ans, des suites d'un rhume, dans sa maison de Santos Lugares, dans la province Buenos Aires. “Il a eu une bronchite il y a quinze jours, et à son âge c'est terrible”, a annoncé sa femme.

Alors qu'il est considéré comme le dernier grand écrivain argentin, de l'étoffe de Jorge Luis Borges, Adolfo Bioy Casares et Julio Cortázar, tous les stades argentins, pays où le football revêt un caractère quasi sacré, ont respecté une minute de silence à sa mémoire.

Fils d'émigrés italiens, Ernesto Sabato était le dixième d'une famille de onze enfants. Après avoir lu Misère de la philosophie de Karl Marx, il adhère au Parti communiste en 1930, et est secrétaire des Jeunesses communistes en 1930, alors que l'Argentine se trouve sous le joug dictatorial du général Uriburu.

Dans les années 1930, il séjourne deux ans à Paris, hébergé par un concierge trotskiste de l'ENS de la rue d'Ulm. Il se spécialise dans les radiations atomiques et travaille à l'Institut Curie, aux côtés d'Irène et Frédéric Joliot-Curie. En parallèle, il fréquente les surréalistes à Montparnasse et passe le plus clair de ses soirées à la brasserie du Dôme, en compagnie d'André Breton et de Tristan Tzara.

Ernesto Sabato enseigne ensuite brièvement au Massachussets Institute of Technology, aux Etats-Unis, et à l'Institut de la Plata en Argentine. En 1945, il publie un premier essai : L'un et l'univers, puis son premier roman en 1948, Le tunnel, salué par Albert Camus, Thomas Mann et Graham Green et édité au Seuil en 1978 (réédition en 1995). Réflexion sur l'isolement de l'artiste et la passion amoureuse, l'action se déroule dans l'Argentine des années 1940, et met en scène Juan Pablo Castel, un peintre assassin de sa maîtresse.

En 1961, l'écrivain publie Alejandra (Seuil, 1967), réédité chez Points en 2009 sous le titre Héros et tombes. L'ange des ténèbres, écrit en 1947 et publié eu Seuil en 1996, clôt sa trilogie consacrée à Buenos Aires.

Ernesto Sabato a publié de nombreux autres essais et romans. En 1984, il a été nommé président de la commission d'enquête sur les 30 000 opposants disparus en Argentine pendant la dictature.
Il a été nommé chevalier de la légion d'honneur en 1979, a reçu le prix Cervantès en 1984 et le prix Ismaïl Kadaré en 1996.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités