Cinéma

Ex Libris: le documentaire qu'il faut voir!

Ex Libris: le documentaire qu'il faut voir!

Le nouveau documentaire de Frederick Wiseman met en lumière le réseau des bibliothèques de New York. Ex Libris, The New York Public Library est une immersion fascinante dans un réseau, avec ses métiers, ses missions et ses enjeux. Le film se révèle aussi très politique dans une Amérique tétanisée par le "Trumpisme".

J’achète l’article 1.5 €

Par Vincy Thomas ,
Créé le 31.10.2017 à 14h57

En compétition au 74e Festival du film de Venise en septembre, Ex Libris, The New York Public Library, documentaire de Frederick Wiseman, sort dans les salles françaises le mercredi 1er novembre. A l'occasion de la sortie du film, Playlist Society vient d'éditer Frederick Wiseman, à l'écoute, document sur le réalisateur coécrit par Laura Fredducci, Quentin Mevel et Séverine Rocaboy.

Le documentariste, auteur d'une quarantaine de films en cinquante ans dont Ballet, La comédie française, La danse et National Gallery, pose son regard sur le réseau des bibliothèques publiques de la ville de New York. Soit 17,4 millions de visites, 22,6 millions de prêts, 1,9 million d'abonnés, et plus de 55 millions de documents. Fondé en 1895 et désormais présent à travers 88 bibliothèques et 4 centres de recherche, le réseau de la NYPL est devenu au fil des décennies le service public de proximité préféré des new-yorkais.
 
La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.


Au fil des trois heures et quart de ce film mosaïque, tout le spectre de la bibliothèque est couvert: les usages, les métiers, les compétences, les enjeux, les missions. Le réseau révèle ainsi ses objectifs d'ordre social, éducatif, culturel. Sans voix off narrative ni commentaires d'opinions, le réalisateur montre son empathie à travers les visages des usagers, la parole des intervenants et finalement un montage qui oriente le film sur une voie plus politique qu'il n'y paraît. "Je pense que la New York Public Library est bien plus représentative de l’Amérique que Trump, une personne dont le vocabulaire, la pensée et le narcissisme sont ceux d’un enfant de 5 ans” selon le cinéaste.
 
La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.
"Les bibliothèques sont des piliers de notre démocratie.” Cette citation de Toni Morrison, entendue dans le film, résume le propos de Frederick Wiseman. "La NYPL, ce n’est pas seulement un endroit où on va chercher des livres ou consulter des archives: c’est une institution qui est centrale pour les habitants et les citoyens, notamment dans les quartiers pauvres" explique-t-il. Lors d'une conférence réunissant des bibliothécaires du monde entier, la directrice de celle de Delft aux Pays-Bas, rappelle que "la bibliothèque est un lieu où les gens peuvent acquérir le Savoir" et pas simplement un entrepôt de livres.

La bibliothèque, un projet moderne de nos sociètés

Ex Libris veut montrer à quel point la bibliothèque comme accès pour tous à la culture et à l'éducation, mais aussi à la formation et au numérique, est un projet moderne et essentiel à nos sociétés. Le spectateur plonge ainsi dans le cerveau, le ventre et le cœur de ce gigantesque réseau inclusif et pédagogique. 
 
La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.
Mais le spectateur remarque aussi les obstacles qui menacent les bibliothèques, à commencer par l'argent public. La NYPL est financée pour moitié par des aides publiques, qui varient selon les agendas et les priorités des élus. Le reste est dépendant des philanthropes, mécènes, donateurs et entreprises. "Nos moyens sont imprévisibles” rappelle l'une des dirigeantes de la structure, contrainte de faire des arbitrages entre livre numérique et livre pour la recherche, best-sellers et manuels scolaires. Anthony Marx, directeur de la NYPL, sert d'ailleurs de fil rouge à ces débats entre les équipes, esquissant les problèmes à venir comme la renégociation des accords avec les éditeurs concernant le prêt numérique. 

Au final, Ex Libris, œuvre aussi dynamique que positive, expose des lieux (publics), des visages (célèbres comme Elvis Costello, Patti Smith ou Edmund de Waal, et anonymes) et des missions (de l'intégration des immigrants à la lutte contre les inégalités). "Il y a quelque chose de joyeux parce que l’esprit est contagieux, parce que ceux qui travaillent à la NYPL sont inventifs et généreux. Ce n’est pas la solution pour tout ce qui se passe en Amérique, mais c’est magnifique qu’une telle institution existe" résume Frederick Wiseman.
 

Les dernières
actualités