Xavier Moni

« En toute franchise, je me suis beaucoup posé la question. Au SLF, je travaille avec un directoire de neuf personnes avec lesquelles nous nous sommes réunis une trentaine de fois pendant le confinement. Nous avons conclu que les conditions n'étaient pas réunies pour une réouverture. Je pense encore aujourd'hui que nous avons fait le bon choix, compte tenu de la situation sanitaire de l'époque. Souvenons-nous que le président de la République a dit que nous étions en guerre ! Il y avait un vrai danger, et pour moi, l'intérêt de la profession convergeait avec l'aspect sanitaire : plus nous respections le confinement, plus nous pourrions rouvrir tôt. La décision la plus sage, forcément non consensuelle, était de fermer, et je crois que les libraires se sont sentis représentés honnêtement. D'ailleurs, nous avons reçu de très nombreux messages de soutien. Avec le recul, je trouve que le public a pris conscience de l'importance de la librairie et nous avons engagé une vraie relation de confiance avec l'édition, comme le montre la campagne publicitaire "Le soleil, la mer, mon libraire". »

Xavier Capodano

« Je crois que le SLF a manqué de discernement dans la gestion de cette crise. Même si, personnellement, j'étais plutôt favorable à une fermeture, à partir du moment où Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, nous entrouvre la porte, il faut prendre le temps de discuter. J'ai réussi à sauver les meubles et à ne pas dégrader les conditions de travail de mes salariés, notamment grâce au réseau Librest, dont Le Genre urbain fait partie, et en déstockant, mais il y a beaucoup de situations différentes d'une librairie à l'autre, et c'était la survie de notre commerce qui était en jeu. Par ailleurs, parler d'interdiction de recevoir du public et de vendre des livres comme cela a été fait, en tant que libraire, cela me rend dingue. On pouvait employer les mots stopper ou freiner, par exemple. En tout cas, il était possible de trouver un vocabulaire différent, et moins choquant. »

Xavier Capodano, librairie Le genre urbain (Paris 20e)

libraire Le genre urbain 30,rue de Belleville - Xavier Capodano - Xavier Capodano - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION
libraire Le genre urbain 30,rue de Belleville - Xavier Capodano - Xavier Capodano - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION

Xavier Moni, président du SLF

Xavier Moni - Photo OLIVIER DION
Dirige la librairie comme un roman et président du SLF - Xavier Moni - Librairie comme un roman - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION
Président du syndicat de la librairie française - Xavier Moni - Librairie comme un roman et SLF - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION
Président du syndicat de la librairie française - Xavier Moni - Librairie comme un roman et SLF - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION
Président du syndicat de la librairie française - Xavier Moni - Librairie comme un roman et SLF - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION
Président du syndicat de la librairie française - Xavier Moni - Librairie comme un roman et SLF - Photo OLIVIER DION - ©OLIVIER DION - OLIVIER DION
Xavier Moni - Photo OLIVIER DION
04.09 2020

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités