Angoulême

FIBD : trois autrices en lice pour le Grand prix 2022

FIBD : trois autrices en lice pour le Grand prix 2022

FIBD : trois autrices en lice pour le Grand prix 2022

Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Julie Doucet concourront pour le Grand prix du festival international de la bande dessinée d'Angoulême reporté cette année du 17 au 20 mars. Le nom de la lauréate du Grand Prix 2022 sera dévoilé le 16 mars prochain.

Par Adriano Tiniscopa,
Créé le 01.03.2022 à 15h28

Les trois autrices Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Julie Doucet sont les finalistes du Grand prix du festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Elles ont récolté le plus de voix lors du premier tour de vote qui s'est déroulé du 21 au 27 février derniers. C'est respectivement la 3e et la 2e nomination consécutives pour Catherine Meurisse et Pénélope Bagieu. Il s'agit aussi du « lepremier trio de nommées, dans l'histoire du Grand Prix du Festival, exclusivement composé d'autrices », souligne un communiqué de presse.

Le Grand Prix du FIBD 2022, anciennement le « Grand Prix de la ville d’Angoulême », récompense « une autrice ou un auteur pour l’ensemble de son œuvre et son empreinte sur l’histoire de la bande dessinée », rappelle le communiqué. Le collège électoral, composé de pairs (autrices et auteurs), est invité à retourner aux urnes (électroniques) du 2 au 8 mars pour élire la lauréate dont le nom sera révélé le 16 mars.

Penelope Bagieu
Photo EVA CAGIN

La dessinatrice Pénélope Bagieu est née en 1982 à Paris. Elle étudie aux Arts décoratifs de Paris puis à la Central Saint Martins College of Art and Design à Londres. Son blog illustré et humoristique « Ma vie est tout à fait fascinante » connaît un certain succès et est décliné en BD aux éditions J.-C. Gawsewitch en 2008. La dessinatrice signe un premier long récit avec Cadavre exquis (Gallimard, 2010) puis son titre Culottées (Gallimard, 2016), une série de portraits de femmes, ancre Pénélope Bagieu dans le mouvement féministe. C'est le succès soudain, les deux tomes sont traduits en 20 langues et récompensés d'un Eisner Award (2019) dans la catégorie « meilleure bande dessinée dans la catégorie édition américaine d'un ouvrage international ». Son dernier ouvrage, Les Strates (Gallimard, 2021), rassemble une quinzaine d'histoires vécues, souvenirs marquants de l'enfance et de l'adolescence de Pénélope Bagieu.

Julie Doucet
Photo KATE-MADA

Julie Doucet, « une des autrices de bande dessinée les plus importantes de la fin du siècle dernier » établit le communiqué, est née en 1965 à Montréal, y étudie les arts plastiques avant d'obtenir un certificat en arts d'impression. Elle commence par publier un fanzine Dirty plotte dans lequel elle raconte et partage, en français et anglais, sa vie quotidienne, ses rêveries et ses affects. Sa BD est reprise en 1991 par l'éditeur Drawn & Quarterly à Montréal qui les publie. La dessinatrice est à présent revenue dans sa ville natale, dans laquelle elle travaille désormais dans le champ des arts graphiques (collage, roman-photo). Elle est parfois éditée en sérigraphie par Drawn & Quarterly. En 2018, l'essayiste américaine Anne-Elizabeth-Moore, qui voit chez l'auteure le germe d'un nouveau féminisme en BD, publie une étude sur le travail graphique de Julie Doucet Sweet Little Cunt: The Graphic Work of Julie Doucet (non traduit).

Catherine Meurisse
Photo DARGAUD/RITA SCAGLIA

Née en 1980, Catherine Meurisse commence par étudier les lettres modernes, poursuit à l'école Estienne (École supérieure des arts et industries graphiques), puis intègre l'École nationale supérieure des Arts décoratifs à Paris. Aussi reporter et caricaturiste pour de grands titres nationaux de la presse (Le MondeLibérationCharlie Hebdo...), dessinatrice et illustratrice d'albums pour la jeunesse, Catherine Meurisse publie en 2016 La Légèreté chez Dargaud, « récit bouleversant de son retour à la vie, au dessin et à la mémoire, après l'attentat contre Charlie Hebdo auquel elle a échappé ». Plus récemment, Delacroix (Dargaud, 2019) est une adaptation du discours d'Alexandre Dumas en hommage au peintre, mort un an auparavant, durant lequel l'écrivain relate les souvenirs de leur amitié lors de l'inauguration d'une exposition présentant 300 toiles de Delacroix (1864). Son nouvel album, La Jeune Femme et la Mer (Dargaud, 2021) livre un conte philosophique qui questionne la place de l’être humain dans la nature. En 2020, une grande rétrospective est consacrée à la dessinatrice à la BPI du Centre Pompidou qui devient cette année-là la première autrice de bande dessinée membre de l'Académie des beaux-arts. Elle précède dans la section « Peinture » Arnaud d'Hauterives, peintre disparu en 2018.

Les dernières
actualités