Coulisses

Frais de port : comment Amazon a tenté d’obtenir l’annulation de la loi Darcos

Amazon: Centre logistique de Chalon

Frais de port : comment Amazon a tenté d’obtenir l’annulation de la loi Darcos

Le géant américain était prêt à renoncer à la livraison de livres à un centime à condition que la proposition de loi Darcos sur les frais de port soit retirée.

J’achète l’article 1.50 €

Par Charles Knappek,
Créé le 22.10.2021 à 09h19,
Mis à jour le 22.11.2021 à 08h19

La loi Darcos prévoyant l’instauration d’un prix plancher pour la livraison de livres neufs en France a fait l’objet d’une opposition acharnée d’Amazon. Selon nos informations, un membre de l’état-major du géant du e-commerce, venu spécialement de Seattle, a rencontré fin août la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Ce dirigeant souhaitait obtenir le retrait de la proposition de loi contre la promesse de renoncer à la livraison à un centime.

Un centime d’euro, c’est ce que facture encore actuellement Amazon à ses clients pour la livraison de livres, une pratique qui lui vaut d’être accusé de dénaturer l’esprit de la loi de 2014 qui oblige à faire payer les frais de port aux acheteurs de livres neufs en ligne.

Dans le cadre des échanges avec Roselyne Bachelot, le négociateur d’Amazon a expliqué être prêt à revenir à un niveau commercial des frais de port des livres compris entre 1,8 et 2 euros. C’est un peu en-dessous de ce que devrait mettre en place un futur barème : les ministres de l’Economie Bruno Le Maire et de la Culture Roselyne Bachelot, en concertation avec l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), devraient en effet établir prochainement le montant du prix plancher pour la livraison de livres en France, dans une fourchette comprise entre 2 et 5 euros. L’entrevue s’est in fine soldée par un échec pour Amazon : Roselyne Bachelot a opposé une fin de non-recevoir à l’émissaire de Seattle.  

Déjà au début de l’été, des représentants d’Amazon France menés par Yohann Bénard, son directeur des affaires publiques, avaient tenté d’infléchir la portée de la proposition de loi en approchant Laure Darcos et la rapporteure du texte, la députée Géraldine Bannier. Également en vain.

Finalement adoptée le 6 octobre par l’Assemblée nationale, la loi Darcos vise à « conforter l’économie du livre et à renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs ». Elle a été conçue pour réduire la distorsion de concurrence entre grands acteurs du e-commerce et libraires indépendants.

Faute d’avoir obtenu gain de cause en coulisses, Amazon a contre-attaqué en publiant le 4 octobre dernier, avant-veille du vote, une lettre ouverte signée par le directeur général d’Amazon.fr, Frédéric Duval. Dans ce texte intitulé « Pour la lecture et le pouvoir d’achat ! », le leader du e-commerce accuse, entre autres, la loi Darcos de pénaliser les lecteurs vivant loin des grands centres urbains et sans accès à une librairie de proximité. Le dernier coup d'épée dans l'eau pour le géant des ventes en ligne.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
d

Delphine

il y a 1 mois à 13 h 10

Serait-il trop demander de vous pencher sur pourquoi Hachette Livre via Laure Darcos voulait à tout prix cette loi ?


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités