A Francfort, l'édition indépendante au rendez-vous

Photo PHOTO OLIVIER DION

A Francfort, l'édition indépendante au rendez-vous

Réunis sur un stand commun à la Foire de Francfort, cinq petites maisons de cinq pays différents attirent, pour des échanges, la fine fleur de l'édition indépendante.

J’achète l’article 1.50 €

Par Catherine Andreucci,
avec ca, cc, de francfort,
Créé le 12.10.2012 à 00h00,
Mis à jour le 02.12.2014 à 10h59

C'est le cocktail où s'est retrouvée toute l'édition indépendante : le stand partagé par les cinq petites maisons, l'Italienne NotteTempo, la Finlandaise Siltala, l'Argentine Adriana Hidalgo, l'Espagnole Minuscula, et la Française Viviane Hamy, a fait le plein jeudi soir dans le Hall 5 (dédié aux pays latins) autour de verres de Riesling allemand et de vin rouge français.

L'initiative est venue de quatre éditrices qui se sont unies en 2005 sur une idée de Valeria Bergalli, fondatrice de Minuscula, pour défendre leur catalogue à la Foire - Minuscula, NotteTempo, Voland (Italie), et Les Allusifs (Québec) - « dans une ambiance féminine et méditerranéenne ». Ces deux dernières maisons ont cette année cédé leur place aux éditions Viviane Hamy et, petite révolution, aux deux frères fondateurs de Siltala, seuls représentants de la gente masculine et de l'Europe du Nord.

« La Foire est organisée par pays : c'est ennuyeux. On a créé un réseau informel. Quand on a un contact, on le présente aux autres maisons. C'est un espace multiplicateur des contacts et des informations », explique Valeria Bergalli qui ajoute : « Nous avons des catalogues très différents mais l'esprit est semblable. On ne peut pas créer ça artificiellement ».

« C'est le stand le plus international de la Foire » renchérissent les frères Siltala. « Cela permet de partager un réseau et d'accroître notre visibilité. Nous ne restons pas entre compatriotes, qui sont aussi nos concurrents, sur le stand finlandais. On peut laisser traîner ses papiers... » note Touko Siltala. « Nous partageons une façon de travailler et d'être polyvalents dans les ventes et achats de droits », ajoute Maÿlis Vauterin, chez Viviane Hamy.

L'initiative pourrait prendre de l'ampleur car d'autres éditeurs, notamment le néerlandais Wereledbibliotheek, sont intéressés. « Mais il faut rester dans une dimension que l'on puisse gérer », souligne Valeria Bergalli.


12.10 2012

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités