Frank Witzel remporte le prix du Livre allemand 2015 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 13.10.2015 à 12h49 (mis à jour le 13.10.2015 à 14h00) Allemagne

Frank Witzel remporte le prix du Livre allemand 2015

DIE WELT

Proclamé à la veille de l'ouverture de la Foire du livre de Francfort, le prestigieux prix récompense un gros roman de 800 pages, qualifié par le jury de "mélange hybride de pop, de politique et de paranoïa".

Le prix du livre allemand 2015 a été décerné par le Borsenverein (Fédération des éditeurs et des libraires allemands) à Frank Witzel pour son roman, Die Erfindung der Roten Armee Fraktion durch einen manisch-depressiven Teenager im Sommer 1969 (L’invention de la Fraction armée rouge (RAF) par un jeune maniaco-dépressif à l’été 1969), paru en février 2015 chez Matthes & Seitz. Le prix récompense le meilleur roman de langue allemande de l’année et est doté de 25000 euros. Il a été dévoilé le 12 octobre, en préambule à la Foire internationale du livre qui se déroule à Francfort du 14 au 18 octobre.  

Ce gros pavé de 800 pages décrit l’après-guerre à travers les yeux d’un adolescent de Biebrich, un quartier de la ville allemande de Wiesbaden. "Cette ère de profond changement est convoquée au moyen de différents épisodes qui prennent les formes littéraires les plus diverses, du monologue intérieur à la scène d’action, en passant par le compte rendu d’entretien ou le traité philosophique. Ce roman extravagant et plein d’esprit, cette fresque historique d’une grande audace formelle, est unique dans le paysage littéraire germanophone […] Le prix du Livre allemand vient couronner un chef-d’œuvre linguistique, une mine d’images, un mélange hybride de pop, de politique et de paranoïa", commente le jury.

Frank Witzel a devancé Jenny Erpenbeck, auteure de Gehen, ging, gegangen (Knaus, août 2015); Rolf Lappert, avec Über den Winter (Carl Hanser, août 2015); Inger-Maria Mahlke, avec Wie Ihr wollt (Berlin Verlag, mars 2015); Ulrich Peltzer, avec Das bessere Leben (S. Fischer, juillet 2015) et Monique Schwitter, avec Eins im Andern (Droschl, août 2015). Chacun des finalistes recevra 2500 euros.

Il succède à Lutz Seiler, qui a reçu le prix en 2014 pour Kruso (Suhrkamp), en cours de traduction chez Verdier, et Terezia Mora, lauréate 2013 avec Das Ungeheuer (Luchterhand).
close

S’abonner à #La Lettre