Gallimard prévoit d'assigner Google dans les prochains jours

Les intervenants pendant le débat ©Olivier Dion

Gallimard prévoit d'assigner Google dans les prochains jours

Antoine Gallimard annonce que sa maison, ainsi que d'autres éditeurs, se préparent à assigner Google pour contrefaçon.

Par Hervé Hugueny ,
avec hh Créé le 15.04.2015 à 20h04

“Avec d'autres éditeurs, nous allons intenter une action contre Google dans les jours qui viennent”, a annoncé Antoine Gallimard en réponse à une question dans le cadre d'un débat organisé au Salon du livre.

Intitulée “Le livre et Google... et maintenant ?”, et animée par le sénateur Jack Ralite, qui se passionne pour le sujet à la commission culture du Sénat, cette conférence réunissait Philippe Colombet, responsable du programme Google Livres pour les pays francophones, Jean-Noël Jeanneney, ancien président de la BNF, Jean-Yves Mollier, historien, et le PDG de Gallimard.

“En début d'année, quelques contacts avec Google nous avaient laissé espérer une évolution favorable sur ce dossier, mais rien n'a changé finalement”, explique Antoine Gallimard.

Appel de Google contre sa condamnation

La condamnation pour contrefaçon prononcée le 18 décembre dernier par le TGI de Paris ne concerne formellement que les titres du groupe La Martinière-Le Seuil cités dans ce premier dossier, qui fait maintenant l'objet d'un appel.

Gallimard et les autres éditeurs, qui voudraient assigner le moteur de recherche sur les mêmes bases, doivent donc faire constater à leur tour que Google a numérisé sans autorisation des titres de leur catalogue, avant de déposer leur propre assignation.

Jean-Noël Jeanneney a, pour sa part, développé avec son talent coutumier les arguments qu'il affûte depuis près de cinq ans contre la numérisation telle que l'entreprend le moteur de recherche américain.

Jean-Yves Mollier a repris et développé une proposition de Robert Darnton, président de la bibliothèque de Harvard, suggérant d'indemniser Google pour les livres déjà numérisés, afin de les mettre à librement disposition de la Bibliothèque du Congrès.

“Ces livres numérisés pourraient être rachetés à Google et mis à la disposition de la bibliothèque numérique de l'Unesco, qui est vide pour le moment”, a suggéré Jean-Yves Mollier, en déplorant “la carence, la lâcheté, la démission des pouvoirs publics qui ont abandonné ces projets de numérisation quand il était encore temps de les lancer, au moment de la construction de la BNF”, dans une envolée saluée par le public.

Philippe Colombet a répondu à cette avalanche habituelle de critiques en réexpliquant les différents points du programme de numérisation, la situation des livres concernés (domaine public, oeuvres orphelines, épuisées, ou toujours disponibles dans le commerce), et en souhaitant qu'une solution se dégage pour celle dont le statut juridique fait problème.

“Notre objectif est de montrer aux internautes qui font des recherche sur Google qu'il existe aussi des livres sur les sujets qui les intéressent, à côté des articles en provenance de Wikipédia ou de tout autre site Internet”.

Les dernières
actualités