Disparition

Georges Lautner est mort

Georges Lautner en 2010 - Photo (c) DR

Georges Lautner est mort

Georges Lautner, réalisateur d’une quarantaine de films en soixante ans de carrière, dont les inoubliables "Tontons flingueurs", est décédé vendredi des suites d’une longue maladie.

Par Charles Knappek ,
avec AFP
Créé le 24.11.2013 à 00h22 ,
Mis à jour le 31.10.2016 à 11h16

Le cinéaste Georges Lautner est décédé vendredi 22 novembre à l’âge de 87 ans. Il laisse derrière lui une série de films entrés dans le patrimoine du cinéma français, tels que "Les Barbouzes", "Flic ou voyou", "Le Professionnel" et bien sûr les légendaires "Tontons flingueurs".
 
Né le 24 janvier 1926 d’un père aviateur et d’une mère comédienne qu’il fera apparaître dans plusieurs de ses films, Georges Lautner a démarré dans le cinéma en 1949 comme assistant réalisateur avant de signer son premier long-métrage en 1958, "La Môme aux boutons". Dès le début de la décennie suivante il rencontre le succès populaire avec "Le Monocle noir" en 1961, avant de trouver deux ans plus tard la consécration avec "Les Tontons flingueurs", comédie qui doit autant à ses qualités de metteur en scène qu’aux dialogues ciselés de Michel Audiard. Le duo Lautner/Audiard signe au cours des années suivantes une série de succès où apparaissent notamment Lino Ventura, Jean Lefebvre, Francis Blanche, Mireille Darc et Jean-Pierre Marielle : "Les Barbouzes" (1964), "Ne nous fâchons pas" (1966), "La valise" (1973)…

Le maître du cinéma populaire s’illustrera encore dans les années 1970 et 1980 en mettant en scène Alain Delon dans "Les seins de glace" et "Mort d’un pourri" et Jean-Paul Belmondo dans "Flic ou voyou", "Le Guignolo" ou encore "Le Professionnel". En 2005, il avait publié ses mémoires chez Flammarion sous la forme d’un abécédaire, On aura tout vu, dans lequel la lettre A renvoyait naturellement à son complice Michel Audiard.
 
L’œuvre de Georges Lautner aura également inspiré les auteurs. Dans Allons messieurs, Ne nous fâchons pas (12 bis, 2013), Charles Da Costa et Philippe Chanoinat illustrent 22 scènes cultes du film éponyme. On retrouve Philippe Chanoinat avec plusieurs titres inspirés des films de Lautner dans Les tontons éparpillés façon puzzle et Etui les films du dimanche soir, la dernière séance (12 bis, 2011) ou encore dans Lautner s’affiche (Le Lombard, 2007).

En 2000, José-Louis Bocquet avait consacré au réalisateur un livre d’images et de témoignages, Georges Lautner, foutu fourbi (La Sirène) aujourd’hui épuisé.

Les dernières
actualités