Roman/Canada 12 mars Tanya Tagaq

Vers poétiques insérés dans une prose à la fois hallucinée et crue, mythologie animiste s'invitant dans un récit de formation d'inspiration autobiographique, le premier roman de l'artiste Tanya Tagaq ressemble aux captivantes performances vocales qui l'ont rendu célèbre bien au-delà de son Grand Nord canadien natal.

Grandie dans un village du Nunavut, également peintre et photographe, elle s'est fait connaître comme « chanteuse de gorge », interprétant en solo ces chants traditionnels inuits qui se pratiquent entre deux femmes en face-à-face. Croc-fendu dédié « aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées, ainsi qu'aux survivants des pensionnats », n'a rien d'une ode élégiaque aux beautés de l'Arctique. Il y est affaire de domination masculine, d'acculturation, de haine de soi et de lien viscéral aux autres vivants et aux esprits. Tanya Tagaq y décrit une jeunesse âpre, « abrutie par l'ennui » et violentée par la peur, marquée par les extrêmes : « l'immensité sans arbre », le Froid écrit avec un grand F, la Neige, les saisons radicales - trois mois de nuits, trois mois de jours. Et ses mots de glace et de feu résonnent comme un son venu du fond du corps pour témoigner et alarmer : « Souffle enfiévré/Poumon de glace/Gorge éraillée/Ventre de lave ». 

Tanya Tagaq
Croc fendu - Traduit de l'anglais (Canada) par Sophie Voillot
Bourgois
Tirage: 4 000 ex.
Prix: 20 euros ; 208 p.
ISBN: 9782267032000





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités