Hackathon, divulgâcher, ramen et ubérisation dans le Petit Larousse 2020 | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 07.05.2019 à 16h47 (mis à jour le 15.05.2019 à 12h39) Dictionnaire

Hackathon, divulgâcher, ramen et ubérisation dans le Petit Larousse 2020

Extrait du Petit Larousse 2020

Les nouveautés de l’édition 2020 du Petit Larousse illustré ont été dévoilées ce mardi 7 mai au Sénat. Elles ont pour thème d’être "indicatrices d’une société" entre 2000 et 2020.
 

L’édition 2020 du petit Larousse illustré s'est enrichie de 150 nouveaux mots issus de la francophonie, des langues régionales ou encore des mutations sociétales.
 
Cette année, les lexicographes se sont penchés sur les nouvelles préoccupations sociologiques de la société. Ainsi, la charge mentale est reconnue par le dictionnaire comme un "poids psychologique que fait peser (particulièrement) sur les femmes la gestion des taches domestiques et éducatives, engendrant une fatigue physique et psychique".
 
La vie professionnelle engendre aussi une certaine fatigue selon l’ouvrage avec le terme bore-out à savoir le "syndrome d’épuisement professionnel dû à l’ennui provoqué l’absence de tâches intéressantes à effectuer" (burn-out est entrée en 2010). Les troubles cognitifs spécifiques qui apparaissent au cours de l’enfance, appelés communément troubles « dys » arrivent cette année. Ces nouveautés peuvent laisser présager une société plus inclusive, qui intégrerait une personne ou un groupe en mettant fin à leur exclusion. Même si le suprémacisme, "idéologie qui postule la supériorité d'un peuple ou d'une civilisation sur tous les autres", menace cette cohésion.
 
Ramen
Dans les assiettes aussi, les adeptes d’alimentation japonaise ou régionale verront leur amour pour les ramens reconnu, une "variété de nouilles plongée dans un bouillon à base viande ou de poisson aromatisé", là où les udons se différencient par "leur consistance élastique et molle".

En métropole, les régions ne sont pas en reste. Le stollen de l'Est,"gâteau en forme de pain long recouvert de sucre glace souvent fourré à la pâte d’amandes contenant des fruits confits macérés dans du rhum", pourra être klouké en Bretagne, autrement dit mangé avec avidité. Après le repas, la sensation d’être rassasié se traduit par le terme bénaise dans l'Ouest ou par le terme Gonfle en Provence.
 
"Antispécisme" et "Ubérisation"  révèlent des mutations économiques et sociétales

Le monde sociétal connaît une forte mutation, illustrée par l’apparition des termes antispécisme (vision du monde qui récuse la notion de hiérarchie entre les espèces animales) et spécisme. La capacité à ressentir une émotion se comprend désormais par le terme sentience. Face à ces constats, le survivalisme caractérise le mode de vie d’une personne ou d’un groupe qui se prépare à la survenue à plus ou moins longue échéance d’une catastrophe.
 
L'économie se dote de trois nouveaux termes comme cryptomonnaie ou smicardisation, c’est-à-dire l’augmentation du nombre de salariés dont la rémunération est durablement bloquée au smic. Passé dans le langage courant et utilisé régulièrement par les médias, l’ubérisation consiste à rendre obsolète un modèle économique existant via l’utilisation de plateformes numériques. Le langage des transformations numériques et technologiques est illustré par l'arrivée de "Deep Learning", "Hackathon", processus créatif souvent utilisé en bibliothèque, illectronisme, cybercrime, Darknet et fachosphère.

La francophonie enrichit le vocabulaire de sept nouveaux mots. La révélation prématurée d’un élément clé de l’enquête n’est ainsi plus un « spoil », il a été « divulgâché » selon les Québecois. Toujours au Québec, percuter un cycliste en ouvrant sa portière de voiture a désormais un nom : l’emportiérage. En Côte d’Ivoire, un boucantier peut être une personne qui aime afficher son aisance matérielle et se faire remarquer par un style de vie ostentatoire. De Suisse, on  admet désormais le verbe raguiller (remettre d'aplomb) et de Belgique le nom gayolle, cage à oiseaux ou familièrement, une prison.
 
Barbara Cassin en 2011 - Photo OLIVIER DION
Patrick Grainville et Gisèle Halimi  parmi les personnalités.

Outre Barbara Cassin, philologue et philosophe, marraine de cette nouvelle édition, 40 noms propres font leur entrée: Les écrivains Patrick Grainville auteur des Flamboyants (Points, 2019), de Lumière du rat (,2008), Gisèle Halimi ( La Cause des femmes, Grasset) ou Claude Jasmin arrivent dans  les pages du célèbre dictionnaire. Ils sont rejoints par Régis Jauffret (Microfictions) et André Miquel (Layla ma raison), Michael Morpurgo (Cheval de guerre), le philosophe François Jullien et le dramaturge Martin Crimp.

Didier Deschamps est défini par ses qualités de "milieu de terrain défensif" et ses titres de champions du monde en 1998 et 2018. Le cinéma place aussi ses stars avec l'arrivée de Tom Cruise, Cécile de France ou Guillermo del Toro. On croisera aussi Girogio Armani, Etienne Daho, une nouvelle grotte paléontologique sibérienne, un nouveau satellite de Saturne et les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).
 
Les équipes du Larousse ont étudié cette année les entrées des 20 dernières années afin d’examiner "ce qui a formé notre modernité" durant cette période. L'environnement, les nouvelles technologies et les concepts sociologiques sont les thèmes qui ont apporté le plus de nouveaux mots parmi les 5000 enregistrés depuis 2000.
close

S’abonner à #La Lettre