Librairie

Ici Paris

Librairie Ici Paris 75002 Paris - Librairie Ici - Librairie Ici - Photo OLIVIER DION

Ici Paris

Sous le sobre nom d'« Ici », deux libraire aguerries, Anne-Laure Vial et Delphine Bouétard, ouvrent à la mi-octobre sur 500 m2 sur les Grands Boulevards la plus grande librairie indépendante de la capitale. Un défi inédit, aussi ambitieux qu'enthousiasmant. - par Clarisse Normand

J’achète l’article 1.50 €

Créé le 05.10.2018 à 00h00,
Mis à jour le 05.10.2018 à 00h30

C'est un événement. Une librairie généraliste indépendante, sobrement baptisée Ici, ouvrira à la mi-octobre à Paris.Sur 500 m2 dont 450 m2 dédiés à la vente, c'est la plus grande librairie indépendante ouverte d'emblée avec une telle surface dans la capitale. Remplaçant un magasin de vêtements pour enfants Orchestra, elle est située sur les Grands Boulevards dans le 2e arrondissement, au numéro 25 du boulevard Poissonnière, où elle occupe un rez-de-chaussée de 200 m2 et un sous-sol de 300 m2.

Anne-Laure Vial : « Nous voulions un regard neuf. » - Photo OLIVIER DION

Certes, l'an dernier La Mouette rieuse avait vu le jour dans le Marais dans un local de 500 m2, mais le magasin se présentait plus comme un concept store que comme une librairie. Dix ans plus tôt, en 2006, l'installation du Merle moqueur dans un ancien garage de 500 m2, dans le 20e arrondissement, relevait d'un déménagement et non d'une création. De même, en 1996, pour Le Divan. L'installation de la librairie, propriété de Gallimard, sur 500 m2 dans le 15e arrondissement faisait suite à son départ du boulevard Saint-Germain.

Un rez-de-chaussée de 200 m2 et un sous-sol de 300 m2. - Photo OLIVIER DION

La création d'Ici est d'autant plus marquante qu'elle signe le retour du livre sur les Grands Boulevards, après la disparition en 2012 de Del Duca, puis en 2013 d'Extrapole, devenu Virgin.

Audacieuse, l'ouverture de cette nouvelle librairie est l'initiative de deux professionnelles aguerries. Anne-Laure Vial et Delphine Bouétard ont chacune vingt-cinq ans d'expérience dans le livre. Avant leur rencontre chez Virgin, où la première était directrice du livre et la seconde responsable de la librairie des Champs-Elysées, elles ont respectivement travaillé pour Interforum, la Fnac et Flammarion Diffusion, et pour les librairies Kalila Wa Dimna à Rabat au Maroc, Furet du nord à Boulogne-sur-Mer et Extrapole (1).

Delphine Bouétard : « Impliquer les clients dans la vie de la librairie. » - Photo OLIVIER DION

40 000 références

Partageant « le même désir de travailler en équipe et de proposer un lieu de vie ouvert à tous sans jugement de valeur », expliquent-elles de concert, elles ont, après plusieurs années de réflexion, décidé de donner vie à leur projet. A 47 ans, elles ont toutes deux démissionné des postes qu'elles occupaient. Anne-Laure Vial, responsable du livre chez Amazon, a quitté ses fonctions en mars 2017, suivie quelques mois plus tard de Delphine Bouétard, alors directrice des ventes chez Volumen Diffusion. « Nous voulions créer une librairie qui ne soit pas déceptive pour le client, ce qui nous a amenées d'emblée à viser un assortiment de 40 000 références, explique Anne-Laure Vial. Sachant que le chiffre d'affaires est corrélé au nombre de références, nous avons construit notre projet sur les bases d'un magasin réalisant 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires. »

Potentiel commercial

Ayant repéré le local adéquat dès janvier 2017, elles n'en signent la reprise qu'en avril 2018 au terme d'âpres négociations. Leur détermination à ne céder sur rien et à finaliser l'opération à des conditions raisonnables est d'autant plus forte que le propriétaire est un bailleur social de la ville de Paris. « Cela faisait partie de notre cahier des charges », note Anne-Laure Vial, consciente que « l'inflation des loyers dans le privé est à l'origine d'une bonne partie des problèmes actuels des librairies ». La persévérance des deux entrepreneuses est aussi à la hauteur du potentiel commercial qu'elles recherchent, avec un local situé face à une bouche de métro dans un quartier en pleine mutation. « Entre les passants, les habitants et les gens qui travaillent dans le quartier, on devrait avoir une clientèle très variée », estime Delphine Bouétard, rappelant qu'Extrapole-Virgin, de l'autre côté du boulevard, a réalisé jusqu'à 5,5 millions d'euros de chiffre d'affaires dans le livre.

Accompagnées très tôt par l'Adelc et le Centre national du livre, les associées à 50-50 ont peaufiné leur projet sur un plan aussi économique que commercial. « Notre volonté de proposer un lieu ouvert passait par la largeur de l'offre, mais aussi par la qualité de l'accueil, donc l'équipe », précise Anne-Laure Vial. Entourées de six libraires, dont trois ex-Virgin et trois jeunes diplômés des métiers du livre, ainsi que d'un stockiste et d'un apprenti, elles estiment poursuivre la mission qui a toujours été la leur : « Faire qu'un texte trouve ses lecteurs. » Pour Delphine Bouétard, « il y a une continuité entre Ici et Virgin où les libraires avaient la main sur les achats, comme des indépendants. »

Mobilier modulable

Fortes de leurs expériences respectives, elles ont aussi porté une attention particulière à l'aménagement. « Nous voulions un regard neuf, affirme Anne-Laure Vial, et nous avons fait appel à de jeunes architectes designers qui n'avaient jamais travaillé sur une librairie. » Confié au studio Bertheraud Briand, l'aménagement joue sur la clarté avec des murs blancs, un sol gris clair tacheté de rouge, et du mobilier modulable en bois clair, équipé de roulettes et extrêmement maniable. Accueillant en son centre un coin café, qui offre un espace de respiration avec quelques chaises hautes autour du comptoir et deux banquettes, le rez-de-chaussée s'ouvre, à droite, sur la littérature grand format, suivie par le poche, puis le polar et la SF, tandis que, sur le côté gauche, sont installés les caisses avec une petite offre de papeterie ainsi que le rayon beaux livres. Accordant une belle place à la jeunesse et aux sciences humaines, le sous-sol accueille aussi les rayons bande dessinée, vie pratique, ainsi que parascolaire et entreprises. Intégrant un site Internet, le projet repose également sur l'organisation régulière d'animations, débats, rencontres ou encore ateliers pour les enfants, ainsi que sur une dimension participative forte. « Nous voulons impliquer les clients dans la vie de la librairie », note Delphine Bouétard, qui évoque des réflexions autour de coups de cœur rédigés par des lecteurs.

Attachée de presse

Compte tenu de l'ampleur du projet et du niveau d'investissement, qui avoisine le million d'euros, « il va falloir se faire connaître très vite », admettent les deux cogérantes. D'où, fait rarissime dans la profession, le recours à une attachée de presse extérieure pour gérer la communication. Une trace sans doute des méthodes des grands groupes par lesquels elles sont passées. Même si l'élément qui les a le plus marquées chez Virgin reste « l'énergie qui se dégageait des équipes et qui compensait le manque d'outils en gestion », notent les deux libraires qui ont choisi, pour Ici, le logiciel de gestion Bookshop proposé par CDI.

Si elle a fait naître quelques inquiétudes chez les libraires du 2e arrondissement, l'ouverture d'Ici suscite en revanche l'enthousiasme des éditeurs qui « ont joué le jeu de notre lancement », observe Anne-Laure Vial. La librairie mise sur un chiffre d'affaires de près de deux millions d'euros dès la première année.

(1) Voir LH 1181 du 6.7.2018, p. 38.

Grand format

500 m2
dont 450 m2 de surface commerciale

40 0000
titres différents

1 million
d'euros d'investissement

7 salariés
dont 6 libraires et un stockiste

3,5 millions
d'euros de CA  attendus d'ici trois ans,
dont 2
dès la première année






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités