Essai/États-Unis 11 mars James Tabor

« Marie était une femme juive, veuve, seule et mère de huit enfants au moins. » James Tabor a le sens du raccourci. Cet historien américain qui dirige le département d'études religieuses à l'université de Caroline-du-Nord a aussi le sens des défis. Depuis plus de vingt ans, il étudie le courant juif nazaréen et messianique d'où a émergé le christianisme. Après avoir travaillé sur Jésus et sur Paul, il s'est donné pour mission d'écrire la biographie de Marie, « une femme créative et révolutionnaire, fondatrice de la foi chrétienne émergente » dont l'image réelle a été gommée par les dogmes de l'immaculée conception, la naissance virginale, la virginité perpétuelle et la maternité divine. Pour lui tout part de Marie car Marie est à part.

James Tabor nous invite à le suivre dans une enquête savante qui se lit comme du Dan Brown. Il est beaucoup question de textes anciens, de récits bibliques, d'interprétations diverses, de commentaires autour du fameux témoin oculaire du Ier siècle Flavius Josèphe et de fouilles archéologiques sur le mont Sion à Jérusalem où Marie a passé les dernières années de sa vie ; à Sepphoris près de Nazareth où Marie a grandi, à Ein Kerem au domicile de Jean le Baptiste et à Qumram dans le désert de Judée où furent trouvés les manuscrits de la mer Morte.

De tout cela James Tabor tire des « vérités » qui replacent Marie au cœur de cette nouvelle spiritualité. « Marie fut au centre de la révolution messianique initiée par Jésus, jusqu'à sa mort, et elle y a joué un rôle de direction essentiel avec son fils Jacques. » Il fait de la femme la plus célèbre au monde « la fondatrice oubliée du christianisme primitif ». Il retrouve aussi le père biologique de Jésus chez un soldat romain nommé Panthera, hypothèse très controversée chez les spécialistes.

Reste une investigation fascinante, avec ses découvertes, ses recoupements, ses conjectures et l'imagination de l'historien aussi, indispensable lorsque l'on traite de ces temps éloignés. James Tabor avait cartonné avec sa Véritable histoire de Jésus (Robert Laffont, 2007) qui s'était vendue à plus de 20 000 exemplaires. On peut prévoir un engouement similaire pour cette Marie qui risque de tourmenter quelques théologiens au Vatican.

James Tabor
L'histoire retrouvée de Marie - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par xxxx xxxx
Flammarion
Tirage: 7 000 ex.
Prix: 22,90 euros ; 384 p.
ISBN: 9782081379367

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités