J.M.G Le Clezio, Laurent Gaudé et Erik Orsenna signent un manifeste littéraire | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 30.05.2017 à 13h02 (mis à jour le 30.05.2017 à 14h00) Etonnants Voyageurs

J.M.G Le Clezio, Laurent Gaudé et Erik Orsenna signent un manifeste littéraire

J.M.G. Le Clezio - Photo CATHERINE HÉLIE/GALLIMARD.

Dix ans après "Pour une “littérature-monde” en français", le fondateur du festival Etonnants Voyageurs, Michel Le Bris, réunit soixante écrivains autour d'un nouveau manifeste intitulé "Nous sommes plus grands que nous", publié par l’hebdomadaire le 1, mercredi 31 mai.

A l’occasion du festival Etonnants Voyageurs, attendu du 3 au 5 juin, l’hebdomadaire le 1 publie un manifeste porté par le fondateur du festival de Saint-Malo, Michel Le Bris, et les écrivains familiers de l’événement créé en 1990 et qui a rassemblé près de 63000 visiteurs l’an passé.
 
"Nous sommes plus grands que nous" proclame solennellement l’intitulé du nouveau manifeste. Aux côtés de soixante écrivains, parmi lesquels Tahar Ben Jelloun, Patrick Chamoiseau, J.M.G Le Clezio, Laurent Gaudé, Erik Orsenna et Yann Quéffélec, la plume de Michel Le Bris fait écho à un précédent manifeste, "Pour une “littérature-monde” en français", publié dix ans plus tôt dans Le Monde des livres et pérennisé par Gallimard dans un ouvrage collectif.
 
Du manifeste littéraire à l'engagement politique

Alors que le précédent texte attirait l’attention sur la créativité et la nécessité d’une littérature française aux centres multiples et "libérée de son pacte avec la nation", dix ans plus tard, le manifeste résonne comme un appel urgent à une littérature certes "monde" mais éminemment politique, engagée pour "gagner la bataille de la culture".
 
En toile de fond ressort un contexte d’Etat d’urgence et de montée des extrêmes, où l’Autre, étranger, est perçu immédiatement comme une menace sans présomption d’innocence. Démocratie et littérature ont alors un "même enjeu", celui de faire renouer le dialogue, de générer des rencontres, d’ouvrir aux autres cultures, aux ressemblances comme dissemblances parfois troublantes pour susciter l’éveil à une grandeur poétique, celles des idées, capable d’apporter "sang neuf et respiration".
 
L’impatience est bien celle de créer de l’être-ensemble grâce à la littérature, selon ce manifeste qui prône un engagement poétique pleinement politique, ou inversement.
 
Liste des signataires
 
Christophe Bataille, Yahia Belaskri, Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, Abdennour Bidar, Enki Bilal, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bon, Malika Boussouf, Michel Le Bris, Sorj Chalandon, Bernard Chambaz, Patrick Chamoiseau, Georges-Olivier Châteaureynaud, Jemia Le Clézio, J.M.G Le Clezio, Jean-Luc Coatalem, Velibor Čolić, Paule Constant, Didier Daeninckx, Louis-Philippe Dalembert, Kamel Daoud, Ananda Devi, Ousmane Diarra, Colette Fellous, Frankétienne, Jérôme Garcin, Laurent Gaudé, Raphaël Glucksmann, Nedim Gürsel, Hubert Haddad, Pierre Haski, Jean Hatzfeld, Nicolas Idier, Christine Jordis, Lieve Joris, Michèle Kahn, Koffi Kwahulé, Björn Larsson, Marcus Malte, Carole Martinez, Yvon Le Men, Anna Moï, James Noël, Makenzy Orcel, Erik Orsenna, Pierre Péju, Jean-Pierre Perrin, Gisèle Pineau, Yann Quéffélec, Atiq Rahimi, Patrick Raynal, Jean Rouaud, Boualem Sansal, Simone Schwarz-Bart, Bertrand Tavernier, Sami Tchak, Gary Victor, Abdourahman Waberi, Olivier Weber.
close

S’abonner à #La Lettre