Joël Dicker, Grand prix du roman de l'Académie française

Joël Dicker © O.Dion

Joël Dicker, Grand prix du roman de l'Académie française

Le jeune auteur suisse de 27 ans a été couronné jeudi pour son deuxième roman, La vérité sur l'Affaire Harry Quebert (De Fallois/L'Age d'homme).

J’achète l’article 1.50 €

avec mq, mci,
Créé le 25.10.2012 à 00h00,
Mis à jour le 25.10.2012 à 00h00

Le jeune auteur suisse de 27 ans Joël Dicker a été couronné jeudi par le Grand prix du roman de l'Académie française pour son deuxième roman, La vérité sur l'Affaire Harry Quebert (De Fallois/L'Age d'homme). Le livre est paru le 19 septembre 2012.

Il a obtenu 13 voix dès le premier tour, contre 6 à Gwenaëlle Aubry, auteur de Partages (Mercure de France) et 1 à Jérôme Ferrari pour Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud).
Il y avait sept auteurs lors de la première sélection, le 27 septembre dernier : outre les trois finalistes, on y trouvait Mathias Enard, Luc Lang, Tobie Nathan et Patrick Roegiers.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert, actuellement 20e des meilleures ventes de Livres Hebdo, s'est déjà vendu à plus de 20 000 exemplaires selon les estimations d'Ipsos. L'éditeur a confirmé qu'il réimprimerait 20 000 exemplaires, après un premier tirage de 50 000. Le roman, l'une des sensations de la Foire de Francfort il y a deux semaines, a été vendu dans 30 pays, et devrait commencer sa diffusion à l'étranger à partir de juin 2013.

Ce deuxième roman de Joël Dicker est également sélectionné pour le Goncourt, le Femina et l'Interallié. Il a déjà reçu le prix de la vocation Bleustein-Blanchet.

Un roman américain de 670 pages

La vérité sur l'affaire Harry Quebert est un thriller de 670 pages. Un jeune écrivain à succès vient en aide à son ami Harry Quebert, inculpé pour le meurtre trente ans auparavant d'une jeune fille avec qui il avait une liaison. Décidé à résoudre le mystère de ce meurtre, il mène sa propre enquête, qui deviendra un livre.

Né à Genève en 1985, Joël Dicker a étudié au Cours Florent, à Paris. Il est aussi diplômé de droit de l'Université de Genève. Son premier roman, Les derniers jours de nos pères, a été publié en janvier 2012 (De Fallois/L'Age d'Homme). Ayant beaucoup voyagé aux Etats-Unis et au Canada, il rêvait d'écrire un roman américain depuis longtemps.



Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités