Prix littéraire 30 millions d'amis

Joel Dicker : "Je suis un enfant de 30 millions d'amis"

Joël Dicker dimanche 28 avril 2018 au Salon du livre de Genève - Photo Salon du livre de Genève

Joel Dicker : "Je suis un enfant de 30 millions d'amis"

Le romancier rejoint le jury du prix 30 millions d'amis, qui sera remis chez Drouant à Paris le 26 novembre. Il revient pour Livres Hebdo sur son arrivée dans le jury.

Par Alexiane Guchereau ,
Créé le 25.11.2019 à 11h31

Livres Hebdo: Pourquoi avoir rejoint le jury du prix ? Comment cela s'est-il passé ?
Joël Dicker: La présidente de la Fondation 30 millions d'amis, Reha Hutin, m'a proposé de rejoindre le prix et j'ai tout de suite accepté avec émotion et humilité. Le jury est constitué de personnalités prestigieuses, d'académiciens. De plus, je suis un enfant de l'émission 30 millions d'amis : j'ai grandi en regardant l'émission et ma grand-mère avait le livre de Jean-Pierre Hutin (qui a consacré de nombreux ouvrages, aujourd'hui indisponibles, aux chiens)

Avez-vous vous même un chien?
J'ai eu des chiens et je me réjouis de pouvoir en avoir un, à nouveau, bientôt. Avoir un chien est quelque chose de très fort, je pense que ma vie n'est jamais très complète sans un chien. Je n'ai pas le projet pour le moment de m'engager dans une autre action en faveur de la cause animale mais j'ai une attache très forte à la Fondation 30 millions d'amis.  

Quelles sont vos attentes à l'idée d'intégrer ce jury ?
En littérature, on peut être attaché au style et à l'histoire. Je suis très curieux de voir aujourd'hui comment les membres du jury vont apprécier les deux pour décider du lauréat.

Vous avez publié Le Tigre en mars dernier. Qu'est ce qui a inspiré le conte ? Pourquoi avoir attendu 16 ans pour le publier ?
Il s'agissait d'une volonté de Bernard de Fallois d'attendre avant de publier le livre qu'il avait adoré. Le livre a été inspiré par la littérature russe par laquelle j'étais très fasciné. La publication a été retardée en raison du tournage de la série adaptée de La vérité sur l'affaire Henri Quebert et puis Bernard de Fallois est décédé. C'était une façon de réaliser son souhait.
 

Les dernières
actualités