Droits de l'Homme

La CEDH condamne la Turquie pour la détention d'Ahmet Altan

Ahmet Altan - Photo KOKKALIS PROGRAM - LICENCE CC BY-NC-SA 2.0

La CEDH condamne la Turquie pour la détention d'Ahmet Altan

La CEDH, bras judiciaire du Conseil de l'Europe, a ordonné à la Turquie de verser 16000 euros à Ahmet Altan, pour avoir violé de dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme relatives à la liberté d'expression, au "droit à la liberté et à la sûreté" et à celui "de faire statuer à bref délai par un tribunal sur la légalité de la détention".

Par Vincy Thomas,
avec afp,
Créé le 13.04.2021 à 18h31,
Mis à jour le 13.04.2021 à 19h00

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a sévèrement condamné mardi la Turquie pour la détention du célèbre journaliste et écrivain turc Ahmet Altan, poursuivi pour son implication présumée dans le putsch manqué de 2016. "Rien ne démontre que les actions du requérant se soient inscrites dans un plan destiné à renverser le gouvernement" turc, soulignent les magistrats européens qui siègent à Strasbourg (France).

Ceux-ci constatent la violation de dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme relatives à la liberté d'expression, au "droit à la liberté et à la sûreté" et à celui "de faire statuer à bref délai par un tribunal sur la légalité de la détention". La CEDH, bras judiciaire du Conseil de l'Europe, vigie des droits de l'homme sur le continent européen, a ordonné à la Turquie de verser respectivement 16000 euros et 11500 euros à Ahmet Altan et Murat Aksoy pour "dommage moral".

Un roman à la rentrée

Arrêté une première fois en septembre 2016, Ahmet Altan, 71 ans, avait été condamné à la prison à vie en février 2018 pour "tentative de renversement de l'ordre constitutionnel", jugement annulé par la cour de cassation turque, rappelle la CEDH. Rejugé, il avait été condamné en novembre 2019 à 10 ans et demi de prison pour "complicité avec un groupe terroriste". La justice turque lui reproche d'être en lien avec le mouvement du prédicateur islamique Fethullah Gülen, qu'Ankara accuse d'avoir ourdi la tentative de coup d'Etat de juillet 2016 - ce que M. Gülen nie.

Intellectuel respecté dans son pays, Ahmet Altan a toujours formellement nié son implication dans la tentative de coup d'Etat, rejetant des accusations "grotesques". Fondateur du journal d'opposition Taraf, il s'est notamment fait connaître en dehors de la Turquie par son récit de sa vie en prison. Son livre Je ne reverrai plus le monde: textes de prison a été publié chez Actes Sud en 2019. La maison avait également édité en français deux autres de ses ouvrages, Comme une blessure de sable et L'amour en temps de révoltes. Ahmet Altan sera l'une des voix fortes de la prochaine rentrée littéraire puisqu'Actes Sud nous a confirmé la parution de son roman Madame Hayat en septembre.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités