Turquie : l’écrivain Ahmet Altan de nouveau arrêté | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, avec AFP, le 13.11.2019 à 16h15 (mis à jour le 13.11.2019 à 17h02) Justice

Turquie : l’écrivain Ahmet Altan de nouveau arrêté

Ahmet Altan - Photo KOKKALIS PROGRAM - LICENCE CC BY-NC-SA 2.0

Libéré le 4 novembre après trois ans de prison, le journaliste et écrivain a de nouveau été arrêté mardi.

Le journaliste renommé Ahmet Altan a de nouveau été arrêté mardi, sur décision de la justice turque, une semaine après sa libération de prison où il se trouvait pour son implication présumée dans le putsch manqué de 2016, selon la police. Il a raconté son quotidien de prisonnier dans un essai, Je ne reverrai plus le monde, paru en septembre chez Actes Sud.

L'auteur a été arrêté à son domicile à Istanbul, quelques heures après cette décision de justice, a indiqué la police d'Istanbul. Les journalistes et écrivains Ahmet Altan, 69 ans, et Nazli Ilicak, 74 ans, avaient été libérés le 4 novembre après trois ans de prison.

Les deux intellectuels avaient été condamnés le même jour respectivement à 10 ans et demi et près de neuf ans de prison pour "aide à un groupe terroriste", mais la justice avait ordonné leur remise en liberté sous contrôle judiciaire en raison du temps déjà passé derrière les barreaux. Il leur avait également été interdit de quitter le pays.

Une arrestation "scandaleuse"

Mais un mandat d'arrêt a été émis mardi contre Ahmet Altan, après un appel du procureur général contre la décision de relâcher le journaliste, a indiqué l'agence de presse étatique Anadolu. L’écrivain est soupçonné d'être en lien avec le mouvement d'un prédicateur islamique, Fethullah Gülen, qu'Ankara accuse d'avoir ourdi la tentative de coup d'Etat de juillet 2016 – ce que l’intéressé nie.

Amnesty International a dénoncé une arrestation "scandaleuse". "Il est impossible de ne pas voir dans cette décision autre chose qu'une punition" contre un homme "déterminé à ne pas être bâillonné", a déclaré la directrice pour l'Europe d'Amnesty, Marie Struthers, dénonçant "une injustice supplémentaire" contre le journaliste.

Pour les ONG, l'affaire Altan-Ilicak est emblématique de la détérioration des droits humains en Turquie après le putsch manqué contre le président Recep Tayyip Erdogan, qui a lancé des purges massives ayant frappé de plein fouet médias et milieux intellectuels.

close

S’abonner à #La Lettre