Politique

La culture selon Anne Hidalgo dans "Une femme française"

Anne Hidalgo - Photo HENRI GARAT / VILLE DE PARIS

La culture selon Anne Hidalgo dans "Une femme française"

L'essai d'Anne Hidalgo revient sur le parcours de la candidate à la présidentielle 2022. Fille d'ouvrier espagnol arrivée à Lyon à l'âge de 2 ans, la maire de Paris évoque sa vision républicaine, mais également ses inspirations littéraires et sa politique culturelle.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 15.09.2021 à 18h55,
Mis à jour le 15.09.2021 à 19h00

La candidate à l'élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo, publie Une femme française, le 15 septembre aux éditions de L'Observatoire. Tiré à 16000 exemplaires, l'essai revient sur son parcours. Fille d'ouvrier espagnol arrivée à Lyon à l'âge de 2 ans, la maire de Paris évoque sa vision républicaine, mais également ses inspirations culturelles.

Parmi ces références littéraires, Anne Hidalgo évoque Marivaux et son classique Le Jeu de l’amour et du hasard. Dans l'œuvre, les amoureux Silvia et Dorante, décident, chacun de son côté, de se rencontrer sous un déguisement. Silvia devient Lisette, sa servante, et Dorante prend l'habit d'Arlequin. Pour Anne Hidalgo, l'intrigue illustre l'égalité parfaite.
 
La République est tout l’inverse : c’est une formidable multiplicatrice d’identités. Par le truchement de l’éducation et de la culture, elle forme des citoyens capables de passer précisément parce qu’ils sont reconnus comme citoyens d’une référence à l’autre, d’un rôle à l’autre et donc d’une identité à une autre. Anne Hidalgo

Dans d'autres pages, elle cite également Mona Ozouf et son livre Les Mots des femmes (Gallimard, 1999) ou encore Camille Froidevaux-Metterie, La Révolution du féminin (Gallimard, 2015). Cette littérature féministe est développée à son entrée à l’université, en 1977. Date qui coïncide avec l’ouverture de la fameuse Librairie des femmes, place des Célestins, à Lyon, où Anne Hidalgo a développé ses lectures sur le sujet.
 
Culture et échelle sociale

Anne Hidalgo se dit sensible aux établissements culturels. Elle cite notamment en exemple l'étude de Yann Algan, Clément Malgouyres et Claudia Senik, "Territoires, bien-être et politiques publiques" (Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 55, janvier 2020). Le document montre que les communes qui ont, entre autres, perdu une librairie ont été davantage touchées par des mouvements sociaux. 
 
"La plupart de ces métiers ("de la main") relèvent d’une formation initiale puis supérieure très réduite ou relativement courte, les plus longues études durent généralement trois ans comme pour les infirmières. Les emplois qu’ils vont ensuite occuper seront donc considérés comme non ou peu qualifiés, alors même que leur activité quotidienne fait appel à une large palette de compétences sociales et relationnelles rarement reconnues." Anne Hidalgo

L'auteure se sert également du livre de l’ancien journaliste britannique David Goodhart, La Tête, la main et le coeur (Les Arènes, 2020). L'ouvrage critique la hiérarchie des métiers : entres les métiers "ouvriers" et "intellectuels". Un système inégalitaire et paradoxale, selon la maire de Paris.

Une mise en avant de la langue et de la francophonie

La maire de Paris souhaite créer un bain culturel pour les enfants avant l'apprentissage à l'école du français. Une manière "de ne pas renvoyer sans cesse l’élève à ses origines sociales ou à sa situation personnelle", dit-elle. Pour cela, elle veut développer les activités extra-scolaires mais également "une sociabilité et un environnement social qui leur permettront ensuite de réussir et de s’épanouir.

Selon elle, l'éducation "s'est étiolée avec le temps".  Elle s'appuie sur le livre de Stéphane Beaud, La France des Belhoumi, portrait de famille (1977-2017) paru à La Découverte en 2018. Le sociologue décrit quarante ans d'une fratrie algérienne de cinq filles et trois garçons installée en France depuis 1977, dans un quartier HLM. Pour la femme politique, le rôle des enseignants est centrale. Elle propose d'ailleurs de doubler leur salaire.

Au delà de l'apprentissage et l'utilisation du français à l'école, Anne Hidalgo valorise la langue à l'international. Dans son livre, ellee se remémore d'une rencontre, fin mars 2015 en Louisiane, de l’Association internationale des maires francophones (AIMF). Des enfants y ont récité des poèmes francophones. Pour elle, la francophonie est un outil de diplomatie important à utiliser dans les grands événements internationaux comme les Jeux olympiques et paralympiques qui auront lieu à Paris en 2024.

La francophonie est également le moyen de vivre plusieurs langues en même temps estime Anne Hidalgo : "J’ai souvent discuté de cette question  avec l’écrivain franco-espagnol Jorge Semprún, qui a été l’un de mes modèles. Je l’ai rencontré pour la première fois en 1994 lors d’un Salon du livre à Paris : je faisais la queue avec son livre sous le bras, L’Écriture ou la Vie, attendant une dédicace pour mon père. Je me retrouvai devant cet auteur, véritable incarnation de la double identité dans laquelle je vivais depuis l’enfance."

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités