La mémoire du Français | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 18.01.2013 (mis à jour le 04.12.2014 à 16h49) ARCHIVES

La mémoire du Français

Costume pour le rôle d'Oronte dans Le Misanthrope, par Paul Lormier, 1837, aquarelle. - Photo © PARIS, COLLECTION DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE, BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE

La Comédie-Française ouvrira de nouveau le 28 janvier après un an de travaux de réfection. Jacqueline Razgonnikoff, qui fut pendant trente ans la bibliothécaire de l'institution, signe un livre à partir des archives du lieu, un fonds d'une rare ampleur remontant jusqu'à Molière, unique au monde pour un théâtre.

Ce lundi d'hiver, le glaive de Talma et le manuscrit autographe de Lorenzaccio comme celui d'Hernani ne sont pas au coffre. Le matin même, de jeunes pensionnaires de la Comédie-Française ont fait la traditionnelle visite de l'institution et ont eu la chance d'apprécier ces précieuses reliques du temps. "C'est un moment toujours émouvant pour eux de voir les manuscrits de ces textes mythiques", confie Agathe Sanjuan, conservateur-archiviste de la bibliothèque-musée depuis quatre ans et demi.

Régnier dans le rôle de Scapin, par Eustache Lorsay, 1848, huile sur toile. - Photo © COMÉDIE-FRANÇAISE, BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE/ANGÈLE

Le tour du propriétaire s'est terminé en apothéose dans cette réserve de la bibliothèque. Y sont conservés des trésors dont le plus précieux de tous : le registre de La Grange, ce comédien et fidèle compagnon de Molière, qui consignait la vie de la troupe, dans lequel se trouve la fameuse page sur les circonstances de la mort du dramaturge.

L'esprit des lieux

Alors que la Comédie-Française va rouvrir ses portes le 28 janvier après un an de rénovation notamment pour lui redonner une acoustique plus claire, l'ancienne bibliothécaire de l'institution Jacqueline Razgonnikoff rend un bel hommage au lieu et à ses archives dans La Comédie-Française : le théâtre de la rue de Richelieu de 1799 à nos jours (1). Elle se promène dans ces rayonnages où elle a travaillé jusqu'en 2006, connaissant par coeur chaque pile d'archives, chaque miniature peinte, chaque morceau de tissu ou registre poussiéreux. "L'histoire est partout, habite chaque pièce, explique-t-elle. Comme un musée n'a jamais été constitué, la collection d'oeuvres d'art est disséminée dans les salles de la Comédie-Française, créant un fort inconscient pour les sociétaires qui vivent avec ses tableaux et bustes, que ce soit le Talma par Delacroix dans le foyer des artistes ou Sarah Bernhardt par Georges Clairin et Jeanne Samary par Renoir dans la salle du comité." Le Français est un lieu de mémoire, où l'on respecte un passé hérité de Molière, où l'on s'imprègne des grands classiques. Ce n'est donc pas un hasard si la maison possède l'un des fonds documentaires les plus complets et les plus anciens en Europe. Et chose rare, elle propose, dans ses murs, une bibliothèque-musée accessible sur rendez-vous aux chercheurs.

Rachel, par Jean-Léon Gérôme, 1859, huile sur toile. - Photo © COMÉDIE-FRANÇAISE, BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE/CLAUDE

Les manuscrits de souffleurs

théâtre et de sa troupe, né de la volonté de Louis XIV, réorganisé par Napoléon Ier, la question de la conservation des archives s'est posée. Dès le départ, les registres comptables (recettes du jour, frais journaliers, questions d'intendance et budget luminaires) ou les manuscrits de souffleurs, ces copies manuscrites des textes parfois modifiés par les auteurs au cours des répétitions, ont été gardés, sauvés des eaux, des flammes et des divers déménagements. Les conditions de conservation ne furent pas toujours optimales. En 1779, un secrétaire souffleur note que le dépôt d'archives était plutôt "un monceau couvert de poussière et d'ordures de souris et de rats, auxquels on n'ose pas toucher". Ce n'est que lors de la première moitié du XIXe siècle qu'une conservation pérenne s'organise, les archives se trouvant alors au quatrième étage, sous la charpente de bois. En mars 1900, un incendie se propage dans le théâtre. Les cartons de documents sont miraculeusement sauvés grâce à l'omnibus Clichy-Odéon qui passait avenue de l'Opéra. Le chauffeur s'arrêta devant le bâtiment en flammes, un employé des archives se tenant sur le rebord de la fenêtre parvint ainsi à s'échapper et de nombreux documents, registres, bustes et tableaux furent sauvés, évacués par les fenêtres.

Jacqueline Razgonnikoff qui raconte cette anecdote a passé trente ans de sa vie dans ces lieux qu'elle continue de fréquenter assidûment, devenue historienne de l'institution. Cette Liégeoise passionnée de théâtre a découvert à l'âge de quatre ans les comédiens du Français au Théâtre royal de Liège où ils jouaient Le jeu de l'amour et du hasard de Marivaux. A partir de cette représentation, elle collectionnera tous les articles sur la troupe, apprendra toutes les répliques par coeur, ne manquera pas une retransmission radiophonique ou télévisée d'une des pièces de la troupe. Elle vient pour la première fois en vacances à Paris dans les années 1960 pour aller à la Comédie-Française. Et c'est justement sous ses arcades qu'elle rencontre un jeune huissier de régie qui deviendra quelques années plus tard son époux. Diplômée de philologie, elle fait plusieurs petits boulots à Paris, notamment secrétaire au Laboratoire de zoologie de l'Ecole normale supérieure ou bien correctrice aux éditions du Seuil. "J'ai relu trois fois la Bible en trois ans !" se souvient-elle. Elle rencontre alors Sylvie Chevalley, la bibliothécaire-archiviste de la Comédie-Française, la première à faire un inventaire réel des trésors conservés depuis Molière.

Après neuf mois passés à se former dans une bibliothèque municipale de la Ville de Paris, elle entre en 1976 à la bibliothèque de l'institution. Le théâtre venait juste de rouvrir après travaux et la bibliothèque venait de déménager de l'autre côté du jardin du Palais-Royal. Les panières de livres et d'archives s'amoncelaient, les chercheurs piaffaient d'impatience. "Rudes débuts, mais combien passionnants !, raconte-t-elle. Les fichiers n'existaient pratiquement pas, ou correspondaient à des "armoires" désormais inexistantes. Il fallut donc, en quelques semaines, classer les imprimés de manière pragmatique, avec à l'esprit un véritable cadre de catalogage, faire un premier tri dans les documents d'archives, afin que les dossiers d'acteurs et d'auteurs, les registres et les manuscrits de souffleurs fussent accessibles aux lecteurs."

Un catalogue en ligne

Cet apprentissage accéléré lui permet de retenir très vite le contenu du fonds et de devenir une précieuse source d'informations pour les chercheurs. Pendant des années, elle publiera dans les diverses revues aujourd'hui disparues comme la Revue Comédie-Française, les Programmes de la Comédie-Française, le Journal des trois théâtres. Elle est mise à contribution pour rédiger les programmes ou pour trouver des idées de produits dérivés, lorsque le théâtre devient en 1995 un Epic (Etablissement public à vocation industrielle et commerciale). "J'avais imaginé un jeu de tarot avec des miniatures peintes par Fesch et Whirsker représentant les comédiens ainsi qu'un jeu de l'oie !"

Dans les trois grandes pièces qui constituent la bibliothèque-centre de documentation, le visiteur circule entre les rangées de dossiers de coupures de presse et les piles de registres comptables bientôt numérisés avec l'aide du Massachusetts Institute of Technology (MIT). En ces temps de coupes budgétaires, le mécénat assure la poursuite du travail. On trouve aussi les dossiers administratifs de toute personne ayant touché de près ou de loin à la Comédie-Française, assortis d'une clause de confidentialité. Particulièrement convoitée par les éditeurs pour diverses publications, une base de données réunit plus de 10 000 images.

Il existe aussi un catalogue en ligne des ressources, baptisé La Grange, qui rassemble plus de 50 000 notices sur les pièces montées à la Comédie-Française depuis 1680. Tout est religieusement consigné et des registres sont tenus depuis trois siècles, précisant le nombre de spectateurs, la recette, le quantième. La tradition veut en effet que l'on annonce pour chaque spectacle combien de fois il a été joué au Français. Les champions toutes catégories sont Tartuffe de Molière (3 115 fois), suivi de L'avare (2 658 fois) et du Misanthrope (2 303 fois). Les relevés de mise en scène sont aussi conservés pour que la pièce puisse être reprise. "Certes, la captation vidéo permet aujourd'hui de fixer une mise en scène mais elle ne permet pas de saisir précisément les intentions", précise Jacqueline Razgonnikoff.

Dans les rayonnages de la bibliothèque, on peut lire tous les textes de théâtre et sur le théâtre. Le personnel a le droit d'emprunter les livres et quelques metteurs en scène comme Jean-Pierre Vincent ou Daniel Mesguich viennent parfois se documenter. Un peu plus loin, une petite salle rassemble les dessins des décors par les scénographes et les croquis des costumes, véritables oeuvres d'art quand ils sont signés Christian Lacroix par exemple. Si Jacqueline Razgonnikoff se souvient d'une époque où l'on refusait du monde pour faire des recherches, depuis deux ans, les six postes de travail sont moins sollicités. D'autre part, les budgets d'acquisitions sont sans cesse réduits. Et si précieux qu'il soit, le fonds n'échappe pas à la problématique de la plupart des archives aujourd'hui, souffrant d'un manque de moyens et d'une raréfaction du public.

(1) Editions Artlys, 35 euros, 240 p., ISBN 978-2-85495-518-7. Disponible en librairie le 23 janvier.

close

S’abonner à #La Lettre