Diplomatie

La nomination de Philippe Besson au consulat de France à Los Angeles critiquée

La nomination de Philippe Besson au consulat de France à Los Angeles critiquée

Les sphères politique, culturelle et diplomatique dénoncent la nomination de Philippe Besson au consul de France à Los Angeles. La CFDT du ministère des Affaires étrangères veut saisir la justice. 

Par Cécilia Lacour ,
avec AFP
Créé le 03.09.2018 à 15h40 ,
Mis à jour le 04.09.2018 à 08h38

La CFDT du ministère des Affaires étrangères va contester en justice le décret permettant la nomination de l'écrivain Philippe Besson au poste de consul général de France à Los Angeles. Le syndicat veut demander l’annulation devant le Conseil d’Etat du décret publié le 4 août qui permet au gouvernement de nommer librement les consuls généraux. Jusqu’ici, ces postes étaient réservés aux diplomates et dépendaient du ministère des Affaires étrangères. 

"Ça vise à reprendre la main sur des postes honorifiques pour recaser des amis du pouvoir", a analysé un haut fonctionnaire dans les colonnes du Monde. C’est précisément pour cette raison que la nomination de Philippe Besson a suscité de vives critiques. L’écrivain n’a jamais caché son amitié avec le couple présidentiel. Philippe Besson a notamment écrit Un personnage de roman (Julliard, 2017) pour lequel il a suivi Emmanuel Macron dès que ce dernier a exprimé son intention de se présenter à l’élection présidentielle. 

"Romain Gary s'étrangle un peu"

"Les louanges n’étaient pas gratuites et sont bien récompensées... Emmanuel Macron remercie son VRP, celui qui l'a aidé à créer le mirage du "miracle Macron"", a dénoncé sur Twitter la porte-parole du parti Les Républicains, Lydia Guirous.

Le journaliste, écrivain et membre de l’académie Goncourt Pierre Assouline a ironisé sur Twitter. "Le fantôme de Romain Gary s’étrangle un peu", a-t-il écrit. L’auteur de La promesse de l’aube avait occupé le poste de consul général de France à Los Angeles de 1956 à 1960.

"Sa proximité avec le pouvoir explique probablement sa nomination. […] Nous trouvons normal que les postes d'ambassadeurs soient à la décision du gouvernement car ce sont des hauts responsables qui mettent en œuvre la politique du gouvernement, mais les consuls généraux...", s'est indignée auprès de l’AFP Anne Colomb, secrétaire adjointe de la CFDT.

Tradition

Au micro de RTL, Jean-Marc Ayrault a souligné qu'il existe "un corps diplomatique d’une très grande richesse…  Il ne faudrait pas maintenant que les nominations soient uniquement le fait du prince. Après on ne peut pas juger sur un seul cas."
 
De son côté, Emmanuel Macron s’est défendu de tout "copinage" au cours d’une conférence de presse à Helsinski (Finlande). Selon lui, cette nomination est conforme à une "tradition" française d’écrivains diplomates. Un avis partagé avec Jean-Christophe Rufin, qui avait été nommé ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie de 2007 à 2010. "Philippe Besson est un écrivain, le poste de Los Angeles est un poste culturel. Je pense que c'est une tradition à laquelle il faut être fidèle, et qu'on avait d'ailleurs un peu arrêtée, c'est-à-dire nommer des gens qui sont admis pour leurs compétences pour des postes qui n'ont pas vocation à être des postes administratifs purs", a-t-il réagi au micro de RTL. 

 

Les dernières
actualités