Croatie

La pièce “Les particules élémentaires” déprogrammée à Dubrovnik

Michel Houellebecq - Photo PHILIPPE MATSAS/FLAMMARION

La pièce “Les particules élémentaires” déprogrammée à Dubrovnik

Le festival international d’été de Dubrovnik a renoncé à programmer l’adaptation théâtrale du roman de Michel Houellebecq, dont le ministère de l’Intérieur croate juge qu’elle pose des problèmes de sécurité en raison d’une vision “négative” de l'islam.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marine Durand,
avec AFP,
Créé le 15.05.2015 à 18h31,
Mis à jour le 15.05.2015 à 19h00

Le festival international d’été de Dubrovnik, en Croatie, a annoncé jeudi 14 mai avoir retiré du programme de sa 66e édition la version croate de la pièce de théâtre inspirée du roman Les particules élémentaires, de Michel Houellebecq. Selon les organisateurs de la manifestation, cités par l’AFP, l’œuvre a été retirée de l’affiche “après que le ministère de l’Intérieur eût établi qu’elle représenterait un risque de sécurité”.

Même si la pièce ne traite pas de thèmes liés à la religion mais “de la crise de la société occidentale libérale et des relations amoureuses entre hommes et femmes”, a précisé à l’agence la directrice du festival, Ivana Medo Bogdanovic, les autorités estiment que “l’auteur est contestable [...] car il a prétendûment des vues négatives sur l’islam et fait des déclarations négatives à l’'encontre de musulmans”. Le gouverneur de la région de Dubrovnik avait en effet demandé aux autorités de faire une analyse des “risques sécuritaires” que pourrait susciter l’œuvre de l’écrivain français.

Au cœur de la polémique, on trouve en fait Soumission, le dernier roman de Michel Houellebecq, paru le 7 janvier chez Flammarion et entouré d’un grand battage médiatique. Dans ce livre de politique-fiction, l’auteur imagine une France islamisée en 2022 après l’élection à la présidentielle du chef d’un parti musulman. Au cours de la promotion, Michel Houellebecq a notamment dû se défendre d’avoir écrit un ouvrage islamophobe. Mais le sulfureux romancier avait déjà fait scandale en 2001 lorsqu’il avait lancé : “La religion la plus con, c’est quand même l'islam.”

Un “acte de censure” pour le monde du théâtre croate

Une responsable du festival de Dubrovnik, la réalisatrice Mani Gotovac, a immédiatement dénoncé une décision “scandaleuse” des autorités. “Elle témoigne des catastrophes de notre époque. Le pouvoir interdit une œuvre d’art sur le manque d’amour entre un homme et une femme, une pièce qui [...] avait obtenu le premier prix au Festival d'Avignon. Pour moi, cela équivaut à une catastrophe”, a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

De son côté, le metteur en scène de la pièce interdite, Ivica Buljan, a affirmé que les autorités avaient “peur du courage exprimé par le théâtre”, avant d’ironiser : “Cet acte de censure est en fait un ordre intimant à renoncer à utiliser l’intelligence.”


Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
s

Médiathèque

il y a 5 ans à 08 h 24

Un pas en arrière vers la liberté d'expression!


v

Véronique

il y a 5 ans à 11 h 25

Si l'on pardonne aisément au metteur en scène croate de ne pas maîtriser le français, on ne peut que déplorer le choix d'un traducteur dont le français n'est pas la langue maternelle, car sa dernière phrase ne signifie rien. Sans doute Ivica Buljan voulait-il dire "Cet acte de censure ordonne de renoncer à user l'intelligence", ou "Cet acte de censure intimait (à qui ?) de renoncer à user d'intelligence"... à moins que l'acte de censure ait "intimé à Monsieur Renoncer d'utiliser l'intelligence", mais je ne peux le croire et ce serait un contresens !


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités