La pire scène de sexe de l'année écrite par James Frey | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 09.12.2018 à 13h38 (mis à jour le 09.12.2018 à 14h00) Consécration

La pire scène de sexe de l'année écrite par James Frey

James Frey

L'un des prix les plus attendus de la fin d'année, mais pas forcément pour l'auteur, a récompensé un écrivain américain pour une romance "glorifiant les privilèges masculins" selon un journal britannique.

Le 26e Bad Sex in Fiction Award, qui récompense la pire scène de sexe dans la littérature, a distingué le 3 décembre l’auteur américain James Frey pour son roman Katerina (non traduit en France), « une glorification des privilèges masculins » selon The Guardian.
 
Dans un mélange de solennité (le très chic Club In & Out de Londres) et de paillettes (la remettante était la chanteuse pop Kim Wilde), devant 400 invités, le jury a partagé son désarroi devant plusieurs scènes du roman. Celle qui a été retenue se déroule dans une salle de bain, à Paris, avec le narrateur, Jay et son amante, Katerina, mannequin norvégien.
 
« Un. Blanc. Dieu. Jouir. Jouir. Jouir. Je ferme mes yeux et relâche mon souffle. Jouir. »
 

La scène de sexe la pire de l'année écrite par James Frey

"I’m hard and deep inside her fucking her on the bathroom sink her tight little black dress still on her thong on the floor my pants at my knees our eyes locked, our hearts and souls and bodies locked. Cum inside me.
Cum inside me.
Cum inside me.
Blinding breathless shaking overwhelming exploding white God I cum inside her my cock throbbing we’re both moaning eyes hearts souls bodies one.
One.
White.
God.
Cum.
Cum.
Cum.
I close my eyes let out my breath.
Cum.
I lean against her both breathing hard I’m still inside her smiling. She takes my hands lifts them and places them around her body, she puts her arms around me, we stay still and breathe, hard inside her, tight and warm and wet around me, we breathe. She gently pushes me away, we look into each other’s eyes, she smiles."
 
"James Frey a vaincu une liste restreinte composée exclusivement d'hommes en raison du nombre et de la longueur de passages érotiques douteux de son livre. Les multiples scènes de fantasmes dans Katerina auraient pu donner à plusieurs reprises ce prix à l’auteur"  a expliqué le jury.
 
Pas rancunier, l’écrivain s’est dit profondément honoré et se sent humble d’avoir reçu une si prestigieuse récompense. Il l’a emporté face à Gerard Wooddward et Haruki Murakami. James Frey est surtout connu pour sa série jeunesse Endgame (Gallimard jeunesse) et la série SF Lorien legacies, coécrite avec Jobie Hughes (J’ai lu). Ses quatre romans ont été publiés chez Belfond et Flammarion.
 
Présenté depuis 1993 par le très sérieux Literarry Review, ce prix littéraire a déjà distingué Erri de Luca, Nancy Huston, Jonathan Littell, Norman Mailer, Tom Wolfe, Philip Kerr…
close

S’abonner à #La Lettre