Disparition

L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort

Valéry Giscard d'Estaing - Photo OLIVIER DION

L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort

L'ancien président de la République et Académicien, auteur de plusieurs essais et romans, est mort à l'âge de 94 ans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 02.12.2020 à 23h12,
Mis à jour le 03.12.2020 à 16h08

"Au revoir". L'ancien président de la république (1974-1981) et Académicien depuis 2003 Valéry Giscard d'Estaing, plus communément appelé Giscard ou désigné par ses initiales VGE, né le 2 février 1926 à Coblence en Allemagne, est mort le 2 décembre 2020 à l'âge de 94 ans des suites de la Covid-19.

Inspecteur des finances, élu député du Puy-de-Dôme à partir de 1956, il a conquis le pouvoir a grande vitesse: secrétaire d'État aux Finances (1959-1962), ministre des Finances et des Affaires économiques (1962-1966 et 1969-1974), il a été longtemps le plus jeune président de la République, élu à l'âge de 48 ans, jusqu'à la victoire en 2017 d'Emmanuel Macron.

De famille bourgeoise, engagée politiquement, il a été décoré de la Croix de guerre 1939-1945 après huit mois dans l'armée. Polytechnicien, énarque, il débute comme directeur adjoint au cabinet du président du Conseil, Edgar Faure, avant de se lancer dans sa première campagne électorale.  "VGE"  a eu l'instinct de prendre ses distances avec le Gaullisme déclinant et de rompre avec l'aventure de la Nouvelle Société de Jacques Chaban-Delmas. Sous sa présidence, on retient quelques grandes avancées sociétales (dépénalisation de l'avortement, divorce par consentement mutuel, premier secrétariat d'Etat à la condition féminine, abaissement de la majorité), urbaines (arrêts de grands projets routiers en centre-ville), industrielles (projet du TGV, modernisation du nucléaire), culturelles (création du musée d'Orsay et de la Cité des Sciences, premières Journées du Patrimoine).

Diamants et safaris

Cependant, la présidence de Valéry Giscard d'Estaing est aussi assombrie par les chocs pétroliers et la fin des Trente Glorieuses, l'arrivée du chômage de masse, la faiblesse du Franc, des inégalités sociales croissantes, une politique sur l'immigration durcie, la répression des homosexuels, la peine de mort toujours appliquée, et une désindustrialisation qui progresse.  A cela s'ajoute de nombreux scandales: safaris coûteux, affaire des diamants de Bokassa, affaire des avions renifleurs, morts brutales et suspectes de trois figures de la droite dont le ministre du travail Robert Boulin, relations opaques avec les dictateurs des anciennes colonies françaises sous le règne de la Françafrique...

Favori pour sa réélection, il est finalement battu par François Mitterrand en 1981. Il redevient député par la suite, puis député européen durant trois ans, avant de s'emparer de la présidence du Conseil régional d'Auvergne durant 18 ans. Il a toujours siégé au Conseil constitutionnel depuis 1981. En 2003, il devient le titulaire du fauteuil n°16 de l'Académie française, succédant à Léopold Sédar Senghor. soutenu par Jean d'Ormesson et Hélène Carrère d'Encausse, Il est reçu sous la Coupole en décembre 2004.

Essayiste populaire, romancier moqué

Car l'ancien président a la passion de la littérature, et notamment de Charles Baudelaire et de Guy de Maupassant. Sa première publication paraît durant son septennat présidentiel, un essai intitulé Démocratie française, rédigé par Yves Cannac . Fayard en vend un million d'exemplaires. Il y écrit: "Les Français d'aujourd'hui ont du mal à comprendre la société dans laquelle ils vivent. La rapidité des transformations qu'elle a subies, le caractère contradictoire des résultats auxquels ces transformations ont conduit, l'impuissance des idéologies traditionnelles à leur fournir des perspectives qui les satisfassent complétement expliquent cette perplexité."

Pour sa campagne de 1981, il publie, toujours chez Fayard, L'Etat de la France, comprenant ses discours et son bilan économique. VGE rédige d'autres essais comme Deux français sur trois (Flammarion, 1984) et Dans cinq ans l'an 2000 (Cie 12, 1995), autour des enjeux de la campagne présidentielle de 1995 qui verra son "ennemi" et ancien Premier ministre Jacques Chirac triompher.s tôt la convention sur l'avenir de l'Europe pour réviser sa constitution (La constitution pour l'Europe, Albin Michel-Fondation Robert Schuman, 2003).

Ses Mémoires, Le Pouvoir et la vie, sont publiées entre 1988 et 2006, en trois tomes (La rencontre ; L'affrontement ; Choisir), publiés par Cie 12, la maison créée par sa fille Valérie-Anne. Dans le premier livre, il fait ainsi le portrait d'un pays qui aurait pu être son autoportrait: "La force et la faiblesse de la France, c'est que son sort n'est jamais définitivement fixé entre la grandeur et le risque de médiocrité."

VGE se lance dans le roman avec Le Passage (Robert Laffont, 1994), récit d'une passion entre un notaire et une jeune auto-stoppeuse, rapidement moqué par la critique. La sentimentalité tient lieu de fil conducteur de son œuvre romanesque. En 2009, il s'attire de nouveau les railleries avec La Princesse et le Président (De Fallois/XO), histoire d'une liaison entre le président français Jacques-Henri Lambertye et Patricia, princesse de Cardiff, aux allures de Lady Di. 35000 exemplaires se sont vendus, ce qui en fait son plus gros succès en fiction. L'année suivante, avec La victoire de la Grande Armée (Plon), il imagine Napoléon 1er gagner la guerre de Russie, fresque uchronique qui séduit 30000 lecteurs et qui a reçu le Prix du Mémorial, grand prix littéraire d'Ajaccio. Il change de registre en 2011 avec Mathilda (XO). Flop littéraire, il y narre le destin de l'Allemande Mathilda Schloss en Namibie au début du XXe siècle.Il revient à la fiction en novembre 2020, avec Loin du bruit du monde (XO), où André Reilly, président du Sénat, disparaît du jour au lendemain. Réfugié dans un lodge au coeur de l'Afrique, loin de la vie politique et des plateaux de télévision, il souhaite chasser l'éléphant dans la brousse.
En 2014, il signe son dernier ouvrage, Europa, la dernière chance de l'Europe, essai préfacé par l'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt (XO), récompensé par le prix spécial du jury du livre d'économie 2014 et Prix Europe à la Forêt des livres, soit son projet de fédération européenne alors qu'il avait présidé dix ans plus tôt la convention sur l'avenir de l'Europe pour réviser sa constitution (La constitution pour l'Europe, Albin Michel-Fondation Robert Schuman, 2003).

Valéry Giscard d'Estaing a reçu de nombreuses distinctions: Grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite, en tant que président de la République, Grand-croix dans les deux ordres, Grand-crois de l'ordre d'Isabelle la Catholique en Espagne, Grand cordon de l'ordre de la République en Tunisie, Grand-croix de l'ordre du mérite en Allemagne, Médaille d'or de la Fondation Jean-Monnet pour l'Europe, Prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle, docteur honoris causa à la Wharton School de l'université de Pennsylvannie ou encore à celle du Caire en Egypte.


 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités