Le Femina 2018 pour Philippe Lançon, Alice McDermott et Elisabeth de Fontenay | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, Pierre Georges, le 05.11.2018 à 12h56 (mis à jour le 05.11.2018 à 17h30) Grands prix d'automne 2018

Le Femina 2018 pour Philippe Lançon, Alice McDermott et Elisabeth de Fontenay

Photo O. DION

Le grand prix d’automne exclusivement féminin a couronné, lundi 5 novembre, Philippe Lançon. Alice McDermott remporte le Femina étranger, et Elisabeth de Fontenay le Femina essai. 

Le jury du Femina a dévoilé au Cercle de l'Union Interalliée, lundi 5 novembre, le nom de ses trois lauréats.

Le prix Femina a couronné Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard), un livre paru en avril 2018 et largement plebiscité depuis. Le romancier s'est imposé à l'unanimité moins une voix pour David Diop (Frères d'âme, Seuil). Rescapé des attentats de Charlie Hebdo, grièvement blessé à la mâchoire, ce chroniqueur à Libération y raconte sa longue reconstruction, spirituelle et physique, dans un huis clos hospitalier. "C'est un chef-d'œuvre qui répond à un moment unique. D'une certaine façon, ce livre était hors catégorie", a résumé la présidente du Femina, Chantal Thomas.

L'auteur a dédié ce prix à son père, qui est mort le jour où il a reçu les épreuves de son livre. "On écrit avant tout pour les vivants, en pensant aux morts", a-t-il déclaré aux médias présents.

Avec plus de 110 000 exemplaires (estimation GFK) vendus, Le lambeau a suscité l’unanimité chez les critiques et plus largement dans le monde du livre. Présent à la remise du prix, Antoine Gallimard, a annoncé une imminente réimpression de 50 000 exemplaires. Philippe Lançon est encore en lice pour le Renaudot.

Le Femina étranger a distingué Alice McDermott pour La neuvième heure, traduit de l'anglais par Cécile Arnaud (La Table ronde).
 
Le Femina essai a récompensé Elisabeth de Fontenay pour Gaspard de la nuit publié chez Stock. La lauréate a reçu six voix contre 4 pour Marc Weitzmann, auteur d'Un temps pour haïr (Grasset).

Un prix spécial a également été remis à Pierre Guyotat pour l'ensemble de son œuvre. "On voulait reconnaître cet exploit qui est d'avoir écrit une œuvre d'avant-garde qui a bouleversé la langue française et aussi de tracer ce chemin autobiographique singulier", a fait valoir Chantal Thomas.

Après le grand prix du Roman de l'Académie française, décerné le 25 octobre à Camille Pascal (L'été des rois, Plon), le Femina ouvre la semaine des proclamations des grands prix littéraires d'automne. Mardi 6, les jurés du Médicis annonceront leur lauréat. Le lendemain, le Goncourt et le Renaudot seront décernés. La semaine s'achèvera jeudi 8 par les prix Décembre et Flore. 

Le jury du prix Femina réunit Evelyne Bloch-Dano, Claire Gallois, Anne-Marie Garat, Paula Jacques, Christine Jordis, Camille Laurens, Mona Ozouf, Josyane Savigneau et Chantal Thomas. Le secrétariat est assuré par Anne de Caumont. En 2019, le prix sera présidé par Camille Laurens.

L'année dernière, le Femina avait couronné Philippe Jaenada (La serpe, Julliard), John Edgar Wideman (Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till, Gallimard) et Jean-Luc Coatalem (Mes pas vont ailleurs, Stock).
close

S’abonner à #La Lettre