BD/France 4 mars Martin Quenehen et Bastien Vivès

Le gendarme s'enhardit

Extrait de Quatorze juillet de Martin Quenehen et Bastien Vivès. - Photo MARTIN QUENEHEN ET BASTIEN VIVÈS/CASTERMAN

Le gendarme s'enhardit

S'essayant à la BD réaliste, Bastien Vivès met en scène, avec Martin Quenehen, un jeune gendarme dont la trajectoire programmée va dériver à la suite d'une rencontre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 28.02.2020 à 00h00,
Mis à jour le 27.02.2020 à 20h30

La production de Bastien Vivès se répartit, depuis treize ans, en deux catégories : les récits intimistes tels Le goût du chlore (2008), qui l'a imposé, Polina (2011) ou Une sœur (2017), tous chez Casterman, et la bande dessinée de genre avec des titres comme Les melons de la colère (Requins marteaux, « BD-cul » 2011), Petit Paul (Glénat 2018) ou la série de fantasy au format manga Lastman (Casterman, depuis 2013). Avec le producteur sur France culture, auteur et documentariste Martin Quenehen au scénario, il s'essaye à la bande dessinée réaliste en suivant un gendarme ambitieux dont la trajectoire va se trouver contrariée par ses propres émotions.

Jimmy Girard, gendarme intègre et consciencieux dans l'Isère, qui occupe son temps libre à préparer des concours internes, vient d'enterrer son père lorsque, à l'occasion d'un contrôle routier, il fait la connaissance de Vincent Louyot et de sa fille Lisa. Ces deux Parisiens sont venus panser leurs plaies dans la région où ils ont loué une maison. Ils sont encore sous le choc de la mort de leur épouse et mère dans un attentat terroriste dans un magasin Leroy-Merlin. Tandis que le père, artiste-peintre, s'enfonce dans la dépression, la fille de 15 ans se laisse emporter par les élans de ses jeunes hormones. Touché et même ébranlé par la situation qu'ils traversent, le gendarme va se rapprocher d'eux et, entre surveillance et soutien, se risquer à des initiatives plus ou moins heureuses.

Avec en toile de fond le climat délétère qui se répand au plus profond du pays dans le contexte des menaces terroristes, les deux auteurs décrivent avec finesse le basculement du gardien de loi. La plasticité du trait de Bastien Vivès tient jusqu'au bout Jimmy Girard sur la ligne de crête entre les valeurs de l'uniforme et les sentiments qui l'envahissent.

Martin Quenehen et Bastien Vivès
Quatorze juillet
Casterman
Tirage: 25 000 ex.
Prix: 22 € ; 256 p. en N&B
ISBN: 9782203196834

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités