Le "Global eBook 2017" dépeint un marché numérique diversifié | Livres Hebdo

Par Sophie Gindensperger, le 26.05.2017 à 18h19 (mis à jour le 26.05.2017 à 19h00) Rapport

Le "Global eBook 2017" dépeint un marché numérique diversifié

Cette étude annuelle agrège des nombreuses données sur le livre numérique à travers le monde. - Photo DR

L’édition 2017 du rapport Global eBook constate la fragmentation croissante du marché du livre numérique, dans un écosystème concurrentiel où la mobilité devient reine.

Le rapport annuel Gobal eBook, dont l'édition 2017 vient d'être publiée, révèle comme l'an dernier un marché du livre numérique mondial très segmenté, dans une période où l'ensemble du secteur connaît de grandes transformations.

En compilant de nombreuses données fournies par des partenaires dans le monde entier, Rüdiger Wischenbart, auteur et coordonnateur du rapport, donne une photographie du marché du livre mondial et de ses enjeux sur le numérique. Mais, comme il l'explique dès l'introduction, impossible de détecter dans ces données des "tendances communes qui expliqueraient un marché mondial". Il voit au contraire "un marché très segmenté". Chacun des marchés fait donc l'objet d'une analyse particulière, et le rapport s'organise en plusieurs grandes sections: le marché des livres en anglais, celui des livres non-anglophones, et enfin les marchés émergents.

L'auteur du rapport rappelle qu'en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, où les livres numériques avaient rapidement atteint une part des ventes compris entre 15 et 25% des cinq plus grandes maisons d'édition, celle-ci est en recul depuis 2013. Un fait marquant: la prise d'importance de l'auto-édition, particulièrement dans les genres de la romance, la fantasy et la science-fiction. 

Part importante des ventes numériques pour les best-sellers 

En Europe de l'ouest, dans un contexte post-crise de 2008, la part des ebooks dans la plupart des pays reste encore bien en-dessous des 10%. Il n'y a qu'en Allemagne et aux Pays-Bas, où l'on compte de gros lecteurs, que la lecture sur écran semble être adoptée plus largement. Les ventes numériques stagnent à un niveau bien plus bas que pour les livres en anglais, ce qui ne permet pas de compenser les pertes en papier, note le rapport.  Il note que malgré les différences qui existent sur les marchés du livre français, allemand et espagnol, on peut constater que la part des ventes numériques, de 10 à 15% en général, atteint 20 à 40% pour les bestsellers. La saisonnalité est forte: l'été et les fêtes de fin d'année constituent deux pics de vente importants. 

L'auteur constate enfin la diversité des modèles économiques: les prix choisis par les éditeurs sont très variables, et répondent à des logiques d'ajustement selon le genre littéraire (romance, thriller, et littérature générale sont particulièrement marqués par cette variabilité).

La Chine, un exemple unique

Du côté des marchés émergents, il constate que la Chine est un exemple unique de croissance continue dans la vente de livres, avec des consommateurs depuis peu prêts à payer pour des ebooks à un niveau significatif. Au Brésil par contre, les difficultés économiques ont brisé la dynamique des dernières années, les programmes gouvernementaux de soutien à l'innovation numérique ayant été drastiquement réduits. 

Le rapport souligne surtout l'évolution des enjeux qui attendent les éditeurs: c'est aujourd'hui un monde mobile auquel ils sont confrontés, où ils sont en concurrence avec de nombreux autres contenus numériques.

L'étude est téléchargeable en PDF pour 20 euros à cette adresse.
close

S’abonner à #La Lettre