Le Goncourt (enfin) pour Houellebecq !

Michel Houellebecq chez Drouant ©Olivier Dion

Le Goncourt (enfin) pour Houellebecq !

Largement favori, Michel Houellebecq, avec son roman La carte et le territoire (Flammarion), a reçu le prix Goncourt 2010 dès le 1er tour par 7 voix contre 2 pour Virginie Despentes (Apocalypse bébé, Grasset).

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec vt, avec mci,
Créé le 08.11.2010 à 00h00,
Mis à jour le 08.11.2010 à 00h00

Pour certains, il n'y avait plus aucun suspense depuis plusieurs semaines. Pourtant, il y avait encore, à la veille de la remise du prix, trois jurés a priori défavorables à Michel Houellebecq, et on se souvient de la violente diatribe de Tahar Ben Jalloun dans La Repubblica en août dernier.

Mais ce coup-ci le Goncourt n'a pas échappé à l'auteur de La carte et le territoire (Flammarion). Cinq ans après sa défaite pour La possibilité d'une île (Fayard), qui n'avait récolté que 4 voix contre 6 à François Weyergans, et qui sera finalement récompensé du prix Interallié, le romancier prend sa revanche en remportant dès le premier tour le prix Goncourt 2010 par 7 voix contre 2 pour Virginie Despentes (Apocalypse bébé, Grasset).

La voix manquante lors du scrutin était celle de Michel Tournier. Houellebecq avait aussi figuré dans les deux premières sélections du prix avec Les particules élémentaires en 1998 et Plateforme en 2001.

Ce cinquième roman de l'écrivain, paru le 3 septembre, retrace l'histoire d'un artiste à succès, Jed Martin. Avec une véritable maîtrise de l'art narratif, il évoque les sujets qui le touchent comme le rapport au père, la mort, la vieillesse, la solitude, le besoin de créer...

Véritable star de la rentrée littéraire, et l'un des auteurs français les plus connus au-delà de nos frontières, Houellebecq, avec ce livre, a fait taire la plupart de ses détracteurs.

Avec un premier tirage de 120 000 exemplaires, le livre est toujours classé parmi les cinq meilleures ventes de romans dans le classement Ipsos/Livres Hebdo.

Par ailleurs, cela faisait 30 ans que Flammarion n'avait pas reçu le Goncourt, depuis Le jardin d'acclimatation d'Yves Navarre.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités