Le Grand prix de la Critique ACBD 2020 sacre Ugo Bienvenu | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 05.12.2019 à 12h15 Bande dessinée

Le Grand prix de la Critique ACBD 2020 sacre Ugo Bienvenu

Ugo Bienvenu

Préférence système, qui nous interroge à la fois sur notre futur rapport aux machines et sur notre passé, a été récompensé par les critiques et journalistes de BD.

L'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) a décerné son Grand prix 2020 à Préférence système, d'Ugo Bienvenu, paru en octobre chez Denoël Graphic.

Le jeune auteur de 32 ans est récompensé dès son troisième album, après les remarqués Sukkwan Island (2014) et Paiement accepté (2017), chez le même éditeur. Dans Préférence système, un archiviste du Bureau des Essentiels, Yves, doit effacer les traces du passé mais il décide d'en sauvegarder en les implantant dans Mikki, le robot qui porte son enfant.
 
Extrait de "Préférence système" - Photo DENOËL GRAPHIC
"Ugo Bienvenu imagine la data de l'humanité devenue si volumineuse qu'elle ne peut plus être conservée dans son intégralité. Pour garantir le partage de photos ou de vidéos personnelles sur Instagram ou Youtube, il faut libérer de l'espace de stockage et éliminer des pans entiers du patrimoine culturel. Un corps de juges spécialisés s'y emploie, qui peut exceptionnellement laisser sauvegarder les œuvres de Victor Hugo tout en ordonnant la liquidation de celles du poète britannique Auden, ou tous les fichiers afférents à 2001 : l'odyssée de l'espace, dont le film, certes culte mais dont le taux de consultation végète à 0,0000012 %" écrit Fabrice Piault dans son avant-critique publié dans Livres Hebdo. Soupçonné de contrebande de données, le héros décide de s'enfuir avec sa femme et Mikki. Un accident tragique laissera le destin de la mémoire collective de l'humanité entre les mains de cette androïde.

Œuvre de science-fiction "effrayante et magnétique", se déroulant dans un avenir pas si lointain, l'album, au style réaliste et clair, aux influences rétro-futuristes des comics américains et aux couleurs pops, aborde "le poids des données numériques et la place de la machine dans notre quotidien" indique l'association. Cette véritable réflexion politique est par ailleurs sélectionnée pour le Fauve d'or d'Angoulême.

Diplômé de l'Ecole Estienne, passé par les Gobelins et réalisateur de clips, l'auteur et illustrateur navigue entre cinéma d'animation et bande dessinée influencée par les comics américains. Il vient d'être exposé à la Galerie Treize-Dix à Paris.
 
close

S’abonner à #La Lettre